La faillite du réacteur - THTR 300 Les newsletters du THTR
Études sur THTR et bien plus encore. La liste de répartition THTR
La recherche HTR L'incident du THTR dans le "Spiegel"

Les newsletters THTR de 2004

***


        2021 2020
2019 2018 2017 2016 2015 2014
2013 2012 2011 2010 2009 2008
2007 2006 2005 2004 2003 2002

***

Bulletin THTR n°92 août 2004


Fuite de barils THTR dans Ahaus ?

Après que des dommages dus à la corrosion se soient produits dans les emballages de 1999 THTR dans l'installation de stockage provisoire d'éléments combustibles (BEZ) à Ahaus en 305, il y a maintenant manifestement de nouveaux problèmes. Nous citons le "Münsterländer Zeitung" du 17.07.2004 juillet XNUMX, le "Westfälische Anzeiger" n'a pas fait de rapport.

« Le système de surveillance des emballages de l'installation de stockage intermédiaire d'éléments combustibles d'Ahaus a signalé le dysfonctionnement d'un pressostat sur l'un des 17.35 emballages Castor THTR jeudi vers 305hXNUMX. Cela a été annoncé hier par le porte-parole de BZA, Michael Ziegler. Il a souligné : " L'étanchéité du système de double couvercle sur le fût n'en est pas affectée. Le conteneur est encore complètement étanche. Nous en avons immédiatement informé notre autorité de tutelle, le MVEL (Ministère des Transports, de l'Energie et de l'Aménagement de l'Etat). couvercle est utilisé Surveillance de cette étanchéité, sa fonctionnalité elle-même est vérifiée par un système d'autosurveillance, qui a maintenant déclenché un signal.

Ahaus : Attaque brutale de la police !

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

L'activiste de BI, originaire de Hamm, porte-parole de la presse WIGA et reporter constant dans la "révolution populaire", Matthias Eickhoff, a été arrêté par la police lors de la dernière promenade dominicale à Ahaus et brutalement agressé alors qu'il organisait une manifestation spontanée contre celles prévues. sur un pont autoroutier Je voulais enregistrer les transports Castor de Rossendorf à Ahaus.

La police d'Ahauser est dure face aux opposants à l'énergie nucléaire : deux manifestants ont été arrêtés dimanche en fin d'après-midi sans raison, selon des initiatives antinucléaires du Münsterland. "Je voulais enregistrer une manifestation auprès des responsables sur place", explique Matthias Eickhoff, porte-parole du groupe Résistance contre les centrales nucléaires (WIGA) de Münster. "puis j'ai été jeté par terre par trois policiers." Un officier de la gare lui avait également conseillé de sauter par la fenêtre - de préférence du deuxième étage, car il y avait une plus grande probabilité de fracture du cou. "Si c'était une blague, c'était plutôt un échec", dit non seulement Eickhoff: "Évidemment, cela est censé empêcher les protestations."

La démarche semble avoir une méthode : la police d'Ahaus a même décidé en interne de n'accepter aucune inscription pour des manifestations dites spontanées - un "scandale", constatent les initiatives : "La police d'Ahaus ne peut pas choisir de qui elle accepte les manifestations". Le ministère d'État de l'Intérieur est désormais requis. »

Dans un communiqué de presse de l'initiative citoyenne, il est dit :

"Après les attaques policières les plus violentes depuis 1998, les groupes de citoyens demandent maintenant des excuses à la police pour avoir méprisé le droit de manifester et les actions brutales de certains policiers. De tels incidents ne se sont pas produits depuis le dernier transport Castor à Ahaus en 1998 . Nous sommes également très préoccupés par la dureté avec laquelle la police réagit aux manifestations totalement pacifiques et essaie simplement de passer outre les droits protégés par la Constitution. La police d'Ahaus semble être submergée par les manifestations contre le projet de transport Castor de Dresde à Ahaus. Nous demandons à la police de recommencez pour revenir à une position coopérative et nous excuser pour leur comportement du 18 juillet. Nous appelons également à l'arrêt immédiat des poursuites pénales qui ont été engagées.

À l'avenir également, nous n'accepterons pas que même les ponts autoroutiers soient déclarés zone généralement sans manifestation. Nous tenons à souligner que les manifestations ont été approuvées sans problème dans le cadre de la Journée d'action de l'autoroute le 29 février, à la fois sur les ponts autoroutiers et sur l'autoroute elle-même. Le changement d'avis actuel est complètement arbitraire. Nous préparons des mesures politiques et juridiques pour garantir le droit illimité de manifester à Ahaus. Nous attendons du gouvernement du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie qu'il fasse une déclaration claire sur ces incidents. Nous attendons également une déclaration claire selon laquelle le gouvernement de l'État ne prépare aucun transport Castor vers Ahaus pour la période de fin septembre à mi-octobre. Nous serons sur 19. Septembre organiser une longue marche dominicale pour protester contre d'éventuelles livraisons nucléaires. Si nécessaire, nous manifesterons également le 26 septembre (élections locales dimanche) à Ahaus pour inaugurer la phase chaude contre les Castors de Dresde. Les plans pour un automne chaud battent déjà leur plein pour les initiatives anti-nucléaires. »

La compétence de base reste à Jülich !

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Il est garanti que les travaux scientifiques approfondis sur la recherche HTR de 1998 dans le cadre de la coalition rouge-verte ne figurent pas dans la liste actuelle des dix premiers de la série de livres de vulgarisation scientifique du Forschungszentrum Jülich (FZJ).

Au contraire, ils doivent être laborieusement choisis parmi les listes de publications confuses, qui comprennent des milliers de titres. Au premier coup d'œil, on ne voit parfois pas au premier coup d'œil que ces ouvrages et anthologies, dont certains sont en anglais, ont quelque chose à voir avec la recherche HTR, car on ne voit pas ce qui se cache vraiment derrière certains titres. Par conséquent, la liste ci-dessous est définitivement incomplète, car seulement dans quelques cas, des informations sur le contenu sont fournies. Mais là où ils peuvent être trouvés, ils donnent des informations intéressantes.

Il y a quelques semaines, une étude de 160 pages sur le HTTR en 日本 complété. En 2002 et 1999, le FZJ a documenté ses propres travaux sur le développement ultérieur du PBMR en Afrique du Sud.

D'après le contenu des publications, il ressort que les recherches sur la ligne HTR sont toujours en cours avec diverses installations d'essais spécialisées construites depuis le début des années 90. Et autre chose devient clair. Les auteurs ne se lassent pas de parler de « grands potentiels » et d'un « système de réacteur hautement développé » comme un mantra dans chaque travail, « dans lequel la sécurité contre les accidents est garantie uniquement par des principes physiques » (Zucker, 2003).

Kuhlmann a également fait l'éloge de son sujet de recherche en 2003 et affirme : « Une 'technologie nucléaire sans catastrophe', dans laquelle même les accidents les plus graves sont limités à l'intérieur de la centrale et n'ont donc pas d'effets significatifs sur l'environnement de la centrale, peut être obtenu avec des réacteurs à haute température.

Des recherches sont menées ou ont été menées sur la ligne HTR au FZJ dans les moyens d'essais suivants :

NACOK (utilisation dans le noyau avec corrosion)

Dans l'installation d'essais, des expériences sur le transport de gaz et la corrosion du graphite dans le HTR ont été menées pendant au moins huit ans. Le FZJ écrit : « NACOK devrait fournir des données sur la stabilité chimique d'un réacteur à haute température à lit de galets. La stabilité chimique signifie que le maintien automatique de la stabilité de l'élément combustible est garanti lorsque des fluides corrosifs pénètrent dans le circuit primaire ». Après que le scientifique Kuhlmann a publié un ouvrage de 2003 pages à ce sujet en 148, le FZJ a encore de grands projets : « L'installation d'essai NACOK doit être utilisée pour d'autres expériences avec une coopération internationale à l'avenir.

SEAT (séparation automatique des gouttes d'eau)

Ce système de soufflerie, qui se compose d'un circuit d'écoulement, a également été conçu et construit il y a au moins huit ans à l'Institut de recherche en sécurité et de technologie des réacteurs (ISK) du FZJ et mis en service avec une technologie de mesure sélectionnée. Un analyseur de particules optique laser a été acheté. Esser écrit que dans le cas de "scénarios accidentels tout à fait hypothétiques, la pénétration d'eau liquide dans le circuit primaire ne peut être exclue". L'objectif des tests réalisés au moins jusqu'en 2003 était de prouver que, grâce à des automatismes, la masse d'eau peut être limitée à des « grandeurs sous-critiques au niveau de la réactivité ».

SANA (évacuation automatique de la chaleur résiduelle dans un réacteur du module HTR)

L'installation d'essai est constituée d'une section cylindrique du lit de galets d'un cœur de réacteur HTR et a un diamètre de 1,5 m et une hauteur de 1 m, avec un volume de 1,77 m3 il y a 9.500 6 sphères en graphite d'un diamètre de 100 cm. L'objectif de plus de 80 expériences stationnaires et interstationnaires était d'analyser les phénomènes de transport de chaleur au sein d'un lit de galets lâches. Les calculs ont été effectués, entre autres, avec le système de programme TINTE. Cela était déjà utilisé dans le système Jülich AVR dans les années 2000. Il n'est pas clair si des tests ont été effectués dans ce domaine à partir de XNUMX.

Par ailleurs, dans la liste des matériaux FZJ 1998 et 1999, les travaux de Khorochev et Neuhaus / Philippen, qui traitent de l'utilisation de plutonium d'armes traiter des réacteurs à haute température.

Également en 2003 a une longue liste de Demandes de brevet du FZJ un certain nombre sur la recherche HTR. Le plus clairement dans le brevet de M. Piontek « Dispositif de retrait des billes d'éléments combustibles et méthode d'élimination des billes d'éléments combustibles des réacteurs nucléaires » du 7 mars 3.

Dans le rapport de sûreté du FZJ, le résultat pour l'année 2003 pour le domaine « recherche de sûreté pour les réacteurs nucléaires » est enregistré : « Pour sécuriser le Maintenir la compétence pour un financement efficace par des tiers Grâce à des contrats et des accords de licence avec des partenaires internationaux dans le domaine de la recherche sur la sûreté des installations nucléaires, les modèles théoriques et les programmes informatiques VSOP-99 et TINTE ont été adaptés aux nouvelles normes internationales et soumis à des tests de validation approfondis. Une autre licence pourrait être attribuée pour le VSO-99. »

La simulation numérique du PBMR pour l'Afrique du Sud a également été réalisée avec le cycle de programme VSOP, comme on peut le voir dans les travaux approfondis d'EJ Mulder à partir de 1999.

Liste probablement incomplète des travaux de recherche du FZJ sur la lignée HTR :

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

2004

Auteur, Nishihara : "Valorisation du concept de sûreté du complexe combiné nucléaire/chimique pour la production d'hydrogène avec HTTR". 160 pages, à paraître prochainement.

2003

Kuhlmann : "Expériences sur le transport de gaz et la corrosion du graphite dans les accidents d'infiltration d'air dans les réacteurs à haute température". 148 pages.

Leber : « Transport et séparation des gouttelettes dans le circuit primaire du réacteur haute température en cas d'accident avec infiltration d'eau ». 161 pages.

Sucre : « Propriétés physiques neutroniques d'un réacteur à lit de galets refroidi à l'eau lourde avec un cœur non fondant ». 120 pages.

Raepsaet, Ohlig, Haas, Wallerbos : "Analyse des résultats européens sur les benchmarks de physique de base du HTTR". Dans : Ingénierie et conception nucléaires 222. pp. 173-187

2002

Schröder : " Données du récupérateur d'exploitation pour PBMR : work package ; récupérateur HTR-E (composants et systèmes) Commission européenne. Article dans un livre.

Fröhling, Unger, Dong : « Comparaison des rendements des installations de divers systèmes de conversion de puissance pour les modules HTR ENS, HTR-TN »

2001

Hittner, von Lensa : « Évaluation de la sécurité et des technologies innovantes pour la centrale de production d'électricité à haute température (INNOHTR) Recherche coparrainée par l'UE sur les concepts évolutifs de sécurité des réacteurs. Article dans un livre, 28 pages.

2000

Niephaus : « Concept de référence pour le stockage final direct d'éléments combustibles HTR usés dans des emballages de transport et de stockage CASTOR THTR / AVR. 91 pages.

Rütten, Haas : "Recherches sur l'incinération du plutonium dans un HTR modulaire utilisant du combustible à base de thorium. In : Nuclear engineering and design 195.

1999

Schaaf : "Expériences sur le transfert de chaleur et de masse par convection naturelle dans un accident impliquant une entrée d'air dans le réacteur à haute température". 144 pages.

Neuhaus, Philippen : "Comparaison du recyclage du plutonium à base d'uranium et de thorium dans un réacteur à eau sous pression". 57 pages.

Mulder : « Réacteur à lit de galets avec distribution de puissance du cœur égalisée - intrinsèquement sûr et simple. 150 pages.

Moormann, Hinssen, Latge : « Oxydation des matériaux à base de carbone pour les systèmes énergétiques innovants (HTR, réacteur de fusion) : état et besoins futurs ». Article dans un livre. 11 pages.

Moormann, Schenk, Ver bitten : « Estimation du terme source pour les HTR de petite taille ; une approche allemande Proceedings of the 1st Enquête de réunion sur les études fondamentales dans le domaine de l'ingénierie à haute température (y compris les études de sécurité) ". Article dans un livre. 9 pages.

1998

Stöcker : « Enquêtes sur l'élimination automatique de la chaleur résiduelle dans les réacteurs à haute température avec une considération particulière de la convection naturelle ». 134 pages.

Esser : « Enquêtes expérimentales sur le transport et la séparation des gouttelettes dans le flux gazeux des réacteurs à haute température en cas d'accidents avec infiltration d'eau ». 159 pages.

Rainer, Fachinger : "Études sur le comportement à long terme des éléments HTR-Fuel dans un référentiel hautement concentré - Saumures pertinentes". Dans : Radiochimica Acta 80.

Khorochev : « Utilisation du plutonium dans le réacteur à haute température à lit de galets ». 107 pages.

Kugeler, Alkan, Briem : "Production d'énergie électrique dans les centrales nucléaires à haut rendement". 85 pages.

Le gouvernement de l'État de NRW est satisfait des exportations nucléaires HTR

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

"Contribution de valeur"

Vous pouvez lire ici notre déclaration sur la réponse du ministère des Sciences et de la Recherche de l'État de Rhénanie du Nord-Westphalie du 12 juillet 2004 à nos questions sur le financement de la ligne HTR. 

Même 15 ans après la fermeture du réacteur à haute température de thorium (THTR) à Hamm, le ministère de la Recherche de NRW n'est pas en mesure de déclarer clairement que cette ligne de réacteur est en panne. Le ministère n'a pas non plus commenté l'expérience antérieure avec ce réacteur de faillite. Et certainement pas sur les perspectives d'avenir de la ligne HTR, bien qu'au vu de la récente discussion sur le HTR (y compris à Spiegel et Stern, Süddeutsche Zeitung et Die Zeit), une clarification se ferait attendre depuis longtemps.

Dans sa lettre du 12 juillet 2004 à l'initiative citoyenne pour la protection de l'environnement Hamm e. V. poursuit ses recherches sur la technologie HTR en tant que « contribution précieuse à la sûreté internationale des réacteurs HTR ».

Dans sa justification, elle a évidemment inversé la cause et l'effet de la recherche HTR en Allemagne : précisément parce qu'ici depuis des décennies - même sous des gouvernements rouge-vert ! - la recherche a été spécifiquement promue et financée, les entreprises et instituts peuvent utiliser les résultats obtenus ici partout dans le monde et n'ont pu construire de nouvelles centrales nucléaires que grâce à cette recherche allemande !

L'affirmation du gouvernement de l'État selon laquelle le Forschungszentrum Jülich (FZJ) n'a effectué que des analyses de sécurité pour cette technologie de réacteur appartient au domaine des légendes. L'industrie nucléaire elle-même se vante que pour le Pebble Bed Modular Reactor (PBMR) en Afrique du Sud, "le travail de développement fondamental a été effectué au Forschungszentrum Jülich" (in: atw, dans le rapport sur l'événement "La coopération internationale du point de vue de l'AIEA " du 24. 10. 2000 à Bonn). Ce travail de développement fondamental se lit dans les 20 publications de la FZJ dont certaines sont très abondantes.

Étant donné que l'État et le gouvernement fédéral soutiennent expressément la recherche HTR, il n'est pas surprenant qu'il s'engage également à apporter un soutien financier au niveau de l'UE et qu'il fournisse ainsi des services d'assistance aux entreprises nucléaires à l'échelle internationale. Le HTR-Technology Network (HTR-TN) opérant au niveau international est vraiment chanceux d'avoir reçu autant de soutien d'un gouvernement fédéral et d'un État qui voudrait prétendument sortir de l'énergie nucléaire.

Lothaire Hahn, ancien scientifique de l'Öko-Institut et ancien président de la Commission allemande de sécurité des réacteurs, a non seulement soumis les concepts HTR à une critique fondamentale dans ses rapports en 1986, mais aussi dans ce cas en 1988 et 1990, qui est toujours valable aujourd'hui . Si, selon le gouvernement de l'État, il aurait dû soutenir les efforts nucléaires du FZJ dans « les temps plus récents » en tant que membre d'une commission scientifique par son vote, ce serait regrettable, car nous l'apprécions beaucoup en tant que scientifique critique. Nous lui demanderons en temps utile de nous donner quelques explications sur les détails des circonstances et les déclarations réelles faites par cette commission. (...)

À la réponse du ministère fédéral de l'Éducation et de la Recherche

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

du 20.07.2004/03.03.2004/XNUMX à nos questions du XNUMX/XNUMX/XNUMX sur le financement du HTR :

Le ministère fédéral de la Recherche a eu besoin de près de 5 mois pour répondre à nos questions (libellé sur notre page d'accueil) Il y a des années, Rotgrün ne pouvait vraiment pas s'en empêcher. Et dans deux ans, il y aura un autre gouvernement CDU au pouvoir et même alors, malheureusement, malheureusement, il n'y aura plus grand-chose à voir avec la rapidité avec laquelle le temps passe.

Pour travailler à l'abandon de la recherche sur la ligne controversée HTR d'ici huit ans, le rouge-vert est en quelque sorte dépassé. Parce que la décision de financement est prise "sur la base d'une évaluation internationale" par les gouvernements fédéral et des Länder, et le Forschungszentrum Jülich (FZJ) n'est détenu qu'à 100 % par le gouvernement fédéral et la Rhénanie du Nord-Westphalie. Bien sûr, vous n'avez pas trop de latitude pour faire quelque chose. Mais au moins le ministère fédéral de la Recherche annonce-t-il la bonne nouvelle que le FZJ ne poursuit pas une "intensification de cette ligne de recherche au niveau de l'UE". Nous sommes cependant rassurés puisque ce centre de recherche a publié plus de 1998 articles de recherche approfondis sur la ligne HTR sous Rotgrün depuis 20 - beaucoup plus n'est de toute façon pas possible à l'avenir. La recherche sur le Pebble Bed Modular Reactor (PBMR) pour l'Afrique du Sud était "un travail commandé sur une base purement commerciale", rien ne peut être fait à ce sujet. Pour des raisons de concurrence, le ministère de la Recherche n'est pas autorisé à publier plus de détails et, par précaution, n'entre même pas dans nos autres questions sur le financement de HTR, Dieu merci, Bruxelles s'en charge désormais.

Rotgrün 2004 : Vous pensiez être au pouvoir, mais vous n'êtes qu'au gouvernement. Et je ne veux pas qu'il en soit autrement.

Le nouveau (ancien) gouvernement sud-africain sur la voie du nucléaire !

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Après la clôture du dialogue prévu avec la société civile sous la forme d'une grande conférence sur l'énergie atomique en janvier 2004 (voir aussi la circulaire n° 89), les partisans de l'énergie nucléaire se sont de plus en plus imposés en Afrique du Sud. Comme prévu, l'African National Congress (ANC) a obtenu la majorité aux élections législatives du 14 avril 2004. Avec 69,68% des suffrages et 279 députés, c'était une énorme victoire, si bien que personne ne peut éviter le parti de l'ancien mouvement de libération.

Le Nouveau Parti National (NNP), le parti de l'ancien régime d'apartheid, l'a reconnu. Après avoir obtenu 1994% lors des premières élections libres en 20, il est désormais tombé à 1,65% et ne compte que 7 membres. Il y a deux mois, ce parti, dirigé par son président Marthinus van Schalkwyk, a décidé de le dissoudre et de l'intégrer à l'ANC afin de tirer un peu plus parti de la répartition des bénéfices et des sphères d'influence. Jusqu'aux élections, Schalkwyk était Premier ministre de la même province du Cap dans laquelle se trouve la centrale nucléaire de Koeberg et où le projet de réacteur modulaire à lit de galets (PBMR) doit être construit. L'ANC de cette province du Cap occidental n'a pas pu se prononcer clairement contre le PBMR en raison de certaines considérations pour le partenaire conservateur de la coalition - du moins c'est ce qu'ils ont dit. Et maintenant, Schalkwyk est récompensé pour son adhésion à l'ANC et - nous l'avons deviné - ministre de l'Environnement et du Tourisme dans le nouveau gouvernement fédéral !

Son collègue, le ministre de l'Energie Phumzile Mlambo-Ngcuka, a fait campagne avec véhémence pour la construction du PBMR le 22 juin 2004 : pays pour leur Etat veulent prescrire des solutions énergétiques. Ce dernier accuse ce dernier d'empêcher l'utilisation de la haute technologie sur le continent par intérêt personnel afin de pouvoir continuer à exploiter les ressources de l'Afrique" (Neues Deutschland, 30 juin , 6). Seulement 2004% de l'énergie en Afrique du Sud est produite à partir du soleil et du vent. D'ici 1,5, il ne devrait être que de 2013 %. Contrairement à l'énergie nucléaire, la recherche indépendante sur les énergies alternatives ne fait que commencer.

Puisque dans l'article du ND le journaliste sud-africain un Geheimen Suspicion de transfert de connaissances du Forschungszentrum Jülich (FZJ) vers l'Afrique du Sud en matière de HTR et d'utilisation militaire, la « Ligue verte de Brandebourg » a justement appelé cela sur place avec une lettre rectificative à l'éditeur, qui a révélé d'autres aspects intéressants du problème : « Personne ne peut prédire comment le développement sera En Afrique du Sud, l'ANC devrait décevoir les espoirs des masses noires pour une vie décente. Les développements au Zimbabwe voisin montrent que de tels échecs peuvent conduire à des politiques irrationnelles. Une bombe atomique entre les mains de politiciens comme Mugabe serait une menace pour la paix mondiale. Mais le réacteur "pacifique" de Koeberg est aussi un danger. Des islamistes militants sont déjà devenus actifs en Afrique du Sud" (ND, 5 juillet 7).

Jusqu'ici, tout va bien. La lettre à l'éditeur selon laquelle le ministre de l'Environnement Trittin aurait rejeté la ligne HTR lors de discussions internes en marge d'un congrès vert et que même la CDU n'y croirait plus, m'a cependant amené à une réponse dans laquelle j'ai pointé du doigt a souligné la responsabilité de deux gouvernements différents, rouge et vert, et le soutien de cette ligne par le futur parti au pouvoir CDU/CSU (ND, 9 juillet 7). Dans l'ensemble, un débat agréablement diversifié dans un journal bien connu. C'est juste dommage que les écologistes engagés en Afrique du Sud en aient très peu...

En Grande-Bretagne aussi, le gouvernement pense tout haut à la renaissance du nucléaire et à l'intensification de la recherche nucléaire indépendante. Le « Handelsblatt » du 28 juillet 7 soulignait la crainte de Blair de devoir acheter à l'avenir des réacteurs nucléaires « à de jeunes industries comme l'Inde ou l'Afrique du Sud ».

Médias, revue de presse :

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Un fils 20. Mai Le ministre des Affaires étrangères Fischer s'est arrêté à Münster lors d'une tournée de campagne électorale européenne pour s'exprimer devant 500 auditeurs, Thomas Rabe - membre fondateur de notre BI en 1975 et éco-militant de Münster au sein du BUND et des Verts pendant plus de 20 ans - et moi distribué trois cents Feuillets supplémentaires de la newsletter THTR, ce qui a rendu problématique la participation de Fischer à l'exportation de HTR vers l'Afrique du Sud. Avant et pendant l'événement, nous avons réussi à remettre une feuille supplémentaire à un grand nombre de personnes présentes et à répondre poliment à nos préoccupations. Comme Thomas connaissait une personne sur trois, il y eut de nombreuses conversations compréhensives, ce qui n'allait pas de soi ce jour-là, comme tout le monde peut l'imaginer.

Am 9 juin 2004 était aussi le "Star" affligé par la renaissance, ce brouillard mental perfide qui afflige majoritairement les journalistes qui, sans connaissance approfondie du sujet, sont censés écrire un article sensationnel sur le retour du nucléaire. L'absurdité désormais courante sur la sécurité inhérente des petits HTR a été brûlée dans l'article de couverture. Après tout, j'ai tenu compte du fait que les deux phrases les plus importantes sur un total de cinq phrases ont été envoyées sous forme de lettres à l'éditeur le 23. Juin im "Star" publié : « Vous pouvez déjà voir à quel point les HTR sont sûrs au HTR de Hamm-Uentrop. Au cours de son mandat de trois ans dans les années 80, il n'a pu fournir de l'électricité que pendant 423 jours car presque chaque semaine de nouveaux incidents et événements à signaler ont interrompu son fonctionnement."

Am 22. juillet a aussi "Le temps" mâché sur ce que l'industrie nucléaire lui a dit de faire et a également fait l'éloge de la ligne HTR dans son article de couverture "Le retour de l'énergie nucléaire". Le contexte de l'article de DZ sera analysé plus en détail dans le prochain numéro de la circulaire (et un peu plus tôt sur notre page d'accueil).

***


haut de pageFlèche vers le haut - Jusqu'en haut de la page

***

Appel aux dons

- Le THTR-Rundbrief est sponsorisé par le 'BI Environmental Protection Hamm e. V. ' émis et financés par des dons.

- Le THTR-Rundbrief est entre-temps devenu un support d'information très remarqué. Cependant, il y a des coûts permanents en raison de l'expansion du site Web et de l'impression de fiches d'information supplémentaires.

- Le THTR-Rundbrief recherche et rapporte en détail. Pour que nous puissions le faire, nous dépendons des dons. Nous sommes heureux de chaque don!

Les dons représentent:

BI protection de l'environnement Hamm
Objet : circulaire THTR
IBAN : DE31 4105 0095 0000 0394 79
BIC : WELADED1HAM

***


haut de pageFlèche vers le haut - Jusqu'en haut de la page

***

GTranslate

deafarbebgzh-CNhrdanlenettlfifreliwhihuidgaitjakolvltmsnofaplptruskslessvthtrukvi
haute puissance-derfilm.jpg