La faillite du réacteur - THTR 300 Les newsletters du THTR
Études sur THTR et bien plus encore. La liste de répartition THTR
La recherche HTR L'incident du THTR dans le "Spiegel"

Les newsletters THTR de 2003

***


      2022 2021 2020
2019 2018 2017 2016 2015 2014
2013 2012 2011 2010 2009 2008
2007 2006 2005 2004 2003 2002

***

Lettre d'information THTR n°79 Janvier 2003


Le réacteur de la boîte à mites :

THTR toujours pas KO ?

La prépublication de l'article "Recherche en Rhénanie du Nord-Westphalie pour de nouvelles centrales nucléaires" de la dernière circulaire THTR a déclenché un nombre considérable de réactions. La coopération d'un institut de recherche subordonné à Red-Green pour la construction d'une nouvelle variante THTR en Afrique du Sud a surpris de nombreuses personnes qui pensaient que la soi-disant sortie du nucléaire pouvait mettre la main sur leurs genoux et n'avait qu'à attendre. Le contraire est le cas. L'industrie nucléaire et ses laquais de la recherche et de la science continuent de travailler sans se décourager sur l'énergie nucléaire hautement dangereuse et veulent mettre leurs projets en pratique ! L'attention désormais portée aux médias et les demandes de renseignements d'écologistes et de journalistes critiques rendront plus difficile la poursuite de leurs activités répréhensibles.

TAZ-Ruhr 28 novembre 11 :

Le Forschungszentrum Jülich est impliqué dans un projet de planification d'un réacteur nucléaire en Afrique du Sud. Le centre de recherche, détenu à 90 % par le gouvernement fédéral et à 10 % par l'État de Rhénanie du Nord-Westphalie, est impliqué dans la planification de la construction d'un réacteur à lit de galets avec la société britannique AEA-Technologies, ABB de Mannheim et la filiale de Siemens HTR GmbH Gesellschaft für Hoch Temperaturreaktoren. Selon leurs propres déclarations, les Jülich se qualifient pour le projet car "l'idée de construire un réacteur à lit de galets est venue à l'origine du centre de recherche".
Les habitants de Jülich n'aiment pas parler du projet. Les demandes de renseignements ne doivent être faites que par courrier électronique ou par télécopieur, et les chercheurs aimeraient également avoir un « profil » de l'auteur de la question. Christian Manthey, qui travaille pour le Bureau international du ministère fédéral de la Recherche à Jülich et qui, selon ses propres dires, est impliqué dans des "pourparlers germano-sud-africains au niveau gouvernemental", répond encore à quelques questions. La recherche sur les réacteurs purs n'est pas effectuée à Jülich, a-t-il déclaré. La recherche porte sur la "recherche sur la sécurité des réacteurs", ce qui est également important pour les réacteurs encore en service en Allemagne.
Les deux seuls réacteurs à lit de boulets au monde se trouvent à Hamm et Jülich. Comme la centrale Hammer VEW, le réacteur de recherche de Jülich est à l'arrêt depuis 1988 et 1989, respectivement.

Pourquoi des « recherches sur la sûreté des réacteurs » sont-elles menées à Jülich pour un type de réacteur arrêté en Allemagne ?

La recherche à Jülich porte sur des enquêtes d'accompagnement liées à la sécurité, dit Manthey, et bien sûr, vous pouvez donner des conseils aux Sud-Africains.
Sabine Baun, porte-parole du ministère fédéral de l'Éducation et de la Recherche (BMBF) dit quelque chose de différent : « Nous observons cela de manière très critique. » Le Centre de Jülich est financé par le gouvernement fédéral à hauteur de 200 millions d'euros par an. Il s'agit d'un financement institutionnel non lié au projet. Cependant, Baun ne veut rien avoir à voir avec l'énergie nucléaire : « Cette recherche est payée par l'industrie. .
Des réponses et une formation sur l'énergie nucléaire pourraient bientôt être également nécessaires aux Sud-Africains. (...) Même le réacteur d'essai de Jülich n'a pas été épargné par les accidents. En 1978, il y a eu une entrée d'eau dans laquelle 25.000 XNUMX litres d'eau ont pénétré dans le cœur du réacteur via le circuit de refroidissement à l'hélium. Les critiques prétendent que si le réacteur avait été à une température plus élevée, une explosion se serait produite. En outre, la région sud-africaine pourrait être confrontée à un autre problème de sécurité : l'uranium hautement enrichi requis dans le réacteur à haute température est de qualité militaire.

TAZ-Ruhr 5 novembre 12 :

Le premier modèle de réacteur à haute température développé en collaboration avec le Forschungszentrum Jülich (FZJ) a réussi son test d'endurance en Afrique du Sud. C'est ce qu'a annoncé le 29 novembre le futur opérateur, la compagnie nationale d'électricité sud-africaine Eskom. Il a été prouvé que le modèle du réacteur peut être démarré et fonctionne à pleine charge.

Selon ses propres déclarations, le Forschungszentrum Jülich a une part importante dans la sûreté des réacteurs. 90 pour cent du FZJ appartient au gouvernement fédéral et 10 pour cent à l'état de Rhénanie du Nord-Westphalie. Au total, il a reçu de l'un et de l'autre environ 262 millions d'euros de financement en 2002. Il s'agit d'un financement institutionnel : selon Sabine Baun, porte-parole du ministère fédéral de la Recherche, seuls les fonds industriels affluent vers le projet. Après tout, le gouvernement fédéral ne veut pas payer pour la recherche sur les réacteurs.

C'est pourquoi l'Afrique du Sud paie « 300.000 500.000 à XNUMX XNUMX euros » pour la recherche, explique Wolfgang Jaek, chef du bureau de transfert de technologie à Jülich. Pour ce faire, enseignez aux Africains
"Pour se mettre à jour dans la recherche en sécurité". Le fait que le dernier réacteur à haute température allemand ait été arrêté en 1989 n'a pas d'importance pour Jaek : « Le type de réacteur à haute température ne change pas », dit-il. De plus, le centre de recherche n'a jamais laissé la technologie hors de vue.
Les Sud-Africains veulent produire en masse le réacteur de 165 mégawatts et l'exporter vers les pays sous-développés.

Alternativement, jusqu'à dix réacteurs devraient pouvoir être combinés pour former une grande centrale électrique. Le FJZ a développé le logiciel et les astuces pour « interconnecter les systèmes », explique Jaek.

La société de développement du réacteur, la filiale d'Eskom "Pebble Bed Module Reactor" (PBMR), affirme que le réacteur, qui doit être construit à partir de pièces chinoises, américaines, russes et turques, est sûr. Les réactions en chaîne ou les fusions du cœur ne sont pas possibles car le réacteur refroidi à l'hélium n'a pas la température nécessaire pour provoquer la réaction en chaîne. De plus, l'uranium contenu dans les billes des éléments combustibles est conditionné de manière thermorésistante sous graphite et couche de carbonate de silicium.
Même ainsi, les propriétaires du FZJ sont inquiets. Isabelle Lorenz du service de presse du ministère de la Recherche de NRW affirme que l'État, en tant qu'actionnaire minoritaire, ne peut pas s'affirmer contre le gouvernement fédéral. (...) L'état de Rhénanie du Nord-Westphalie finance le FZJ à hauteur de 26 millions d'euros environ en 2002. de l'Association Helmholtz des centres de recherche allemands », répond Lorenz per Mail et après quelques jours la question de la responsabilité de NRW.

Sceau TÜV pour le nouveau THTR d'Allemagne !

haut de pageVers le haut de la page - reaktorpleite.de -

Bien sûr, la politique n'est pas entièrement sans responsabilité. Au Sénat de l'Association Helmholtz siègent la ministre fédérale de la Recherche, Edelgard Bulmahn, celle du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie, Hannelore Kraft et le président de ver.di, les Verts et membre d'attac Frank Bsirske. Peut-être qu'ils peuvent être rassurés par le TÜV Rheinland. Le PBMR a délivré un certificat en matière d'assurance qualité.
Selon l'article de la TAZ cité ci-dessus, le "Westfälische Anzeiger" a rapporté ce qui suit sur presque toute une page de journal dans son édition nationale du 20 décembre :
Le prototype, qui a été développé depuis 1993, doit être construit l'année prochaine et entrer en production en série à partir de 2007. Dans ce pays, il pourrait devenir un enjeu politique que le savoir-faire allemand soit acheté pour l'ambitieux projet, malgré la sortie du nucléaire décidée par les gouvernements fédéral et étatique. Les connaissances spécialisées proviennent du Forschungszentrum Jülich (FZJ), de tous les lieux, qui à l'époque a eu l'idée du type de réacteur floppé et a soutenu techniquement le réacteur nucléaire Hammer depuis le début. (...) Horst Blume, porte-parole de BI Environmental Protection Hamm, s'énerve : « Il s'agit évidemment de continuer dans un autre Etat avec l'aide d'un centre de recherche NRW et au moins avec la tolérance du Rouge-Vert dans le gouvernements fédéral et des États, où l'industrie nucléaire de Rhénanie du Nord-Westphalie a dû s'arrêter », a-t-il déclaré dans une interview à notre journal. (...) Flower se fait aider par le porte-parole politique atomique du groupe parlementaire des Verts, Rüdiger Sagel : "Si cela devait se confirmer, je le considère comme hautement problématique." FZJ avec son

Les résultats de la recherche permettent en premier lieu la construction de centrales nucléaires à l'étranger. Dans une demande, Sagel exige également des éclaircissements du gouvernement de l'État quant à savoir si de l'uranium de qualité militaire est également utilisé en Afrique du Sud, comme c'était le cas à l'époque au THTR de Hamm. Cela aurait alors une pertinence pour la politique étrangère au-delà de l'aspect environnemental.
Le ministère de la Recherche de NRW n'était pas du tout satisfait de la participation du FZJ à la planification de nouvelles centrales nucléaires en Afrique du Sud. "Nous avons immédiatement demandé au centre de recherche de nous informer en détail sur le projet et l'état d'avancement du projet d'ici la mi-janvier 2003", a déclaré le porte-parole de presse Thomas Breustedt. Ces activités des Jülich n'étaient pas connues au ministère. D'abord une lettre du Hamm e. V. avait incité le gouvernement de l'État à s'asseoir et à prendre note.
En revanche, au ministère fédéral de l'Éducation et de la Recherche. Là, ils ont été informés de la coopération entre le FZJ et l'Afrique du Sud, qui était "purement commerciale" et limitée à la "recherche de sécurité". « Concrètement, il s'agit du transfert des normes de sécurité allemandes vers une centrale électrique qui sera construite en Afrique du Sud », a déclaré le porte-parole de la presse Peter Ziegler interrogé par notre journal. Et il a ajouté : « Cette coopération est dans l'intérêt du gouvernement fédéral. » En définitive, il s'agit du transfert des normes de sécurité qui s'appliquent dans notre pays à des pays tiers.
Le ministère fédéral de la Recherche a également pris position sur la compatibilité avec la sortie du nucléaire allemand. Dans l'accord de consensus entre le gouvernement fédéral et les entreprises de fourniture d'énergie, les travaux de développement sur de nouveaux concepts de réacteurs seraient exclus, selon Ziegler, mais uniquement "dans la mesure où ceux-ci ne concernent pas exclusivement les aspects de sécurité". Le document confirme expressément que la recherche dans le domaine de la technologie nucléaire, en particulier de la sécurité, reste libre. "Ceci est principalement destiné à souligner la possibilité d'une implication du secteur privé", a déclaré Ziegler. Dans le cas de l'Afrique du Sud, c'est le cas. - C'est ce que le WA a écrit. le 20 décembre 12.

Questions de l'initiative citoyenne

haut de pageVers le haut de la page - reaktorpleite.de -

Le 29.11.2002 novembre XNUMX, à titre d'initiative citoyenne, nous avons posé entre autres au ministère de l'Économie et des Moyennes Entreprises, de l'Énergie et des Transports de l'État de Rhénanie du Nord-Westphalie la question suivante : quel a été l'objectif par le gouvernement de l'État de NRW et le gouvernement fédéral ? » Cette question difficile n'était pas celle à laquelle ce ministère voulait répondre et a transmis notre catalogue de questions au ministère de la science et de la recherche, qui était bien sûr confronté aux mêmes questions depuis longtemps .

Les économistes mettent en garde

haut de pageVers le haut de la page - reaktorpleite.de -

Outre les innombrables mensonges répandus sur Internet par l'industrie nucléaire selon lesquels le THTR fonctionnait « avec succès » depuis cinq ans, il a été rapporté à plusieurs reprises que le groupe Exelon avait commandé 20 réacteurs aux États-Unis. Ce message n'est désormais plus correct, comme on peut le voir dans le journal du ministère fédéral de l'Environnement, de la Protection de la nature et de la Sûreté nucléaire « Environnement » n° 11/2002, page 750. Dans un rapport du secrétaire d'État Rainer Baake lors d'un voyage d'information aux États-Unis, il est dit : « Les ONG nient à l'unanimité que les investisseurs s'intéressent à de tels projets, ne serait-ce que pour des raisons économiques. Ceci est également indiqué par le fait qu'Exelon s'est détourné du projet jusqu'ici "le plus prometteur" d'un nouveau réacteur sous la forme du réacteur à lit de galets. à l'étranger. Le PBMR est un investissement très risqué qui pourrait se faire au détriment des contribuables et des clients d'électricité s'il échoue, prévient Steven Thomas de l'Université du Sussex, qui conseille l'Agence internationale de l'énergie atomique. La demande d'énergie nucléaire diminue sur le marché mondial ; les récents troubles en Californie ont montré que les grandes entreprises recherchent des alternatives rapides et moins chères. "Il n'y a pas la moindre chance que quiconque dans le monde achète de tels réacteurs à l'Afrique du Sud." Le département américain de l'Énergie est également plus susceptible d'être du côté des sceptiques qui considèrent que les coûts de revient estimés par Eskom sont trop optimistes : 11 centimes le kilowattheure, construction, exploitation, maintenance, carburant, assurance incluses. (...)
Le calcul bas des Sud-Africains est possible, selon les experts américains, car ils économisent sur la sécurité et assument un taux d'intérêt extrêmement bas et stable - six pour cent - sur le marché des capitaux. (...) En novembre dernier, British Nuclear Fuels (THTR-RB, qui détient une participation de 22,5 % dans le projet) a annoncé qu'elle serait « pratiquement insolvable » en raison des coûts de suivi extrêmes de la fermeture et de l'élimination des centrales nucléaires centrales électriques; ceci pourrait avoir un impact sur la participation au développement du mini-réacteur. La déclaration de l'investisseur britannique se lit comme l'annonce d'un retrait."

Recherche HTR à Stuttgart aussi

haut de pageVers le haut de la page - reaktorpleite.de -

En dehors de Jülich, l'Allemagne est également occupée à rechercher le développement ultérieur du THTR. L'Institut pour l'énergie nucléaire et les systèmes énergétiques (IKE) de l'Université de Stuttgart fait l'éloge de son projet de recherche "Simulation numérique tridimensionnelle des flux et du transport de chaleur dans des réacteurs modulaires à haute température à galets avec noyau annulaire" sous la direction de Dipl. L'ingénieur Aer. Sascha Becker : « Avec l'intérêt croissant pour les réacteurs à haute température refroidis au gaz (HTR) dans le monde depuis 1990, les efforts de développement pour le développement ultérieur de ce type de réacteur qui ont été arrêtés entre-temps ont repris. Outre la demande croissante d'énergie électrique, notamment dans les pays émergents et en développement, la principale motivation était l'intention de l'Afrique du Sud notamment de construire des réacteurs de ce type en série sur la base du module allemand HTR. Dans chaque cas, 10 réacteurs doivent être regroupés dans un grand système d'approvisionnement en énergie. Ce réacteur, baptisé PBMR, doit maintenant être mis en œuvre par la société sud-africaine d'approvisionnement en énergie Eskom avec le soutien de l'État. » (août 2001)
La démolition du réacteur d'essai HTR de 15 MW à Jülich coûtera cher : « Au lieu des 190 millions d'euros initiaux, le Contrôle fédéral des finances assume désormais des coûts de près de 500 millions d'euros. » (TAZ-Ruhr, 27 juin 6)

Des missiles nucléaires pour l'Inde depuis Hamm ?

haut de pageVers le haut de la page - reaktorpleite.de -

Dans notre numéro 72 de décembre 2001, nous vous avons parlé de la société allemande "Montanhydraulik GmbH", qui, selon le ministère public, avait des soupçons initiaux raisonnables d'avoir fourni des accessoires de missiles nucléaires pour l'Inde. À la mi-juillet 2001, les locaux de l'entreprise à Hamm ont également été perquisitionnés et un important matériel a été saisi.
Après presque un an et demi, le THTR-Rundbrief a voulu savoir si les résultats étaient "déjà" disponibles. Le parquet de Dortmund nous a informés des deux mois suivants après notre demande du 23.11.2002 novembre XNUMX :

« Les informations que vous recherchez ne peuvent pas être données. Pour des raisons de protection de la vie privée, conformément aux lignes directrices relatives aux procédures pénales et administratives d'amende, les particuliers ou les institutions privées doivent se voir refuser des informations dans le cadre des procédures d'enquête sans démontrer un intérêt légitime. Une fois l'enquête terminée, il faut s'attendre à ce que la procédure d'enquête que vous avez nommée fasse l'objet d'une couverture médiatique, de sorte que généralement (? Typo?) Des sources d'information accessibles soient suffisamment disponibles. »Signé Düllmann

Eh bien, où irions-nous si tout le monde voulait savoir s'ils travaillaient sur un arsenal atomique dans leur ville natale et s'ils manifesteraient contre cela ? Soit dit en passant : « Lors d'une conférence des Nations Unies sur le contrôle des armements pour les missiles à longue portée, les représentants de 92 pays ont signé un code de conduite pour gérer ces vecteurs. L'Inde et le Pakistan n'en font pas partie !" (Junge Welt, 27 novembre 11) - Peut-être que le procureur de la République devrait accélérer son enquête ?

Veillées contre la guerre en Irak

haut de pageVers le haut de la page - reaktorpleite.de -

Jour X - le jour du début de la guerre contre l'Irak approche. La position autrefois claire du gouvernement fédéral en faveur de la non-participation s'est affaiblie. Le gouvernement américain s'est déjà vu promettre des droits de survol et un soutien logistique au sol pour les troupes américaines, tout comme l'utilisation de troupes allemandes dans des avions de reconnaissance (AWACS) à la frontière avec l'Irak.
Une large alliance de pacifiques appelle donc à des veillées à partir du 10 janvier tous les vendredis de 17h à 18h dans la zone piétonne (près de Mc Don). Jusqu'à présent, quatre veillées ont été enregistrées.

Appel au don et "dernier rappel"

Certains des abonnés au THTR-Rundbrief ont fait un don dans le passé pour recevoir cette feuille, tandis que d'autres ne l'ont pas fait. Les subventions de l'initiative citoyenne ne sont plus possibles. Les "notes de rappel" jointes séparément ne sont pas autorisées pour le formulaire d'envoi Infopost. Donc, si vous souhaitez recevoir ce journal à l'avenir, vous devez soit avoir fait un don de 10 ou 20 euros, soit faire un don maintenant. Sinon nous ne pouvons plus envoyer la circulaire THTR ! Surtout maintenant, alors que l'industrie nucléaire veut implanter une nouvelle variante du THTR sur le marché mondial, un minimum de rapports critiques et la capacité d'intervenir sont nécessaires de toute urgence !

***


haut de pageFlèche vers le haut - Jusqu'en haut de la page

***

Appel aux dons

- Le THTR-Rundbrief est sponsorisé par le 'BI Environmental Protection Hamm e. V. ' émis et financés par des dons.

- Le THTR-Rundbrief est entre-temps devenu un support d'information très remarqué. Cependant, il y a des coûts permanents en raison de l'expansion du site Web et de l'impression de fiches d'information supplémentaires.

- Le THTR-Rundbrief recherche et rapporte en détail. Pour que nous puissions le faire, nous dépendons des dons. Nous sommes heureux de chaque don!

Les dons représentent:

BI protection de l'environnement Hamm
Objet : circulaire THTR
IBAN : DE31 4105 0095 0000 0394 79
BIC : WELADED1HAM

***


haut de pageFlèche vers le haut - Jusqu'en haut de la page

***

GTranslate

deafarbebgzh-CNhrdanlenettlfifreliwhihuidgaitjakolvltmsnofaplptruskslessvthtrukvi
poisson.jpg