La faillite du réacteur - THTR 300 Les newsletters du THTR
Études sur THTR et bien plus encore. La liste de répartition THTR
La recherche HTR L'incident du THTR dans le "Spiegel"

Les newsletters THTR de 2014

***


      2022 2021 2020
2019 2018 2017 2016 2015 2014
2013 2012 2011 2010 2009 2008
2007 2006 2005 2004 2003 2002

***

Circulaire THTR n° 144, nov. 2014 :


contenu:

THTR en Indonésie ? Construction du réacteur planifiée avec l'aide japonaise

La construction de réacteurs à haute température en Chine progresse. Usine d'élément combustible à billes terminée

L'Afrique du Sud revoit le nucléaire à travers des lunettes roses (tom) rouges ! Huit centrales nucléaires prévues avec l'aide de la Russie

Manifestations massives contre les transports Jülich Castor annoncées !

La Caroline du Sud n'est pas un site d'élimination des déchets nucléaires THTR. Discours de Thomas Clements des États-Unis

BI protection de l'environnement Hamm aura bientôt 40 ans. Énergies renouvelables et charbon à Hamm

 


***

.... et ils continuent d'essayer :

THTR en Indonésie ?

Lettre d'information THTR n°144 - Novembre 2014Le « Nuklearforum », la page d'accueil de l'industrie nucléaire suisse, a annoncé le 21 août 2014 que le Japon et l'Indonésie avaient signé un accord pour la future construction de réacteurs à haute température (HTR) (1.).
Ainsi, le Japon, ébranlé par la catastrophe de Fukushima, relance une entreprise du Forschungszentrum Jülich (FZJ) et de l'industrie nucléaire poursuivie depuis des décennies en Indonésie.

Il n'était pas mentionné dans l'article qu'il y avait - ou même existe toujours - une collaboration entre l'Agence nationale indonésienne de l'énergie atomique (BATAN) d'une part et le Centre de recherche de Jülich et le gouvernement de l'État de NRW d'autre part. Parce que le BATAN indonésien et l'Agence japonaise de l'énergie atomique (JAEA) figurent toujours sur la liste des partenaires de coopération de FZ Jülich (2.). - Et ce malgré le fait que le FZJ renonce officiellement depuis quelques mois à toute ambition de recherche THTR.

La construction du réacteur d'essai HTR et du réacteur de puissance est prévue

BATAN et JAEA veulent d'abord construire un système de démonstration de réacteur à haute température (HTGR) refroidi au gaz avec une puissance électronique de 3 à 10 MW, qui pourrait entrer en service dès 2020. Outre les réacteurs conventionnels à eau légère, dont la mise en service est prévue à partir de 2024, des petits réacteurs de puissance HTGR de 100 MW doivent également être construits "adaptés" à chacune des nombreuses îles indonésiennes.

Le «Forum nucléaire» suisse est fier d'annoncer de nouveaux projets : «Avec l'accord récemment prolongé, la JAEA permet désormais à Batan de partager ses conclusions sur l'exploitation de son réacteur d'essai à haute température HTTR (High Temperature Engineering Test Reactor). Selon la JAEA, il est également possible que les deux pays collaborent avec HTGR sur le développement de la production d'hydrogène. Selon leurs propres déclarations, les Japonais envisagent de compléter leur HTTR par une usine de production d'hydrogène ».

Étant donné que la technologie de l'hydrogène liée à l'énergie nucléaire n'est en aucun cas mature et très controversée (3.), nous n'entendons ici que des rêves d'avenir. Et dans ce domaine aussi, l'État fédéral de Rhénanie du Nord-Westphalie et la RFA ont beaucoup à remercier pour leur financement de la recherche dans le FZJ et le Centre de recherche Karlsruhe Des millions d'euros sacrifiés à une expérience plus que contestable.

Le passé reprend vie !

L'exemple de l'Indonésie montre clairement à quel point les décennies de recherche nucléaire et de financement du THTR en Rhénanie du Nord-Westphalie « ont encore un impact » :
Depuis le début des années 70, la construction de centrales nucléaires a suscité un intérêt dans le pays nouvellement industrialisé, qui est courtisé par l'industrie nucléaire. En 1987, un réacteur nucléaire de recherche (MPR-30) a été mis en service en coopération avec l'Allemagne. Lorsque, quelques mois après la catastrophe de Tchernobyl et l'incident de THTR-Hamm en 1986, le ministre de l'économie social-démocrate de NRW, Reimut Jochimsen, a visité ce réacteur en Indonésie, il a recommandé la construction de la technologie allemande HTR à la dictature militaire de Suharto. (4.).

La filiale de Siemens Interatom, qui avait participé au développement du THTR, espérait que Accord nucléaire avec l'Indonésie. Le 9 juillet 7, le ministre d'État indonésien chargé de la recherche et de la technologie, le professeur Habibie, a visité le THTR à Hamm-Uentrop et a demandé à Klaus Knizia (VEW) de lui expliquer personnellement ses prétendus avantages. Au cours de la période suivante, ABB et Siemens ont souligné à plusieurs reprises leur espoir d'une exportation de HTR vers l'Indonésie (5.). Lors de la conférence de l'Agence internationale de l'énergie atomique à Vienne en 1991, un expert indonésien en énergie a manifesté un vif intérêt pour son pays. Bien entendu, un article spécial sur l'utilisation des centrales nucléaires en Indonésie a également été publié dans FZJ 1992.

En 1997, la prévision énergétique (« Etude Markal »), rédigée avec le soutien de l'Allemagne, décrivait l'utilisation de l'énergie nucléaire en Indonésie comme « essentielle ». En 2004, le bureau international du ministère fédéral de l'Éducation et de la Recherche (BMBF) a désigné l'Autorité indonésienne de recherche nucléaire (BATAN) comme un partenaire important pour la coopération bilatérale et a fait référence à un réseau déjà développé d'institutions de recherche allemandes et indonésiennes. Entre-temps, plus de 20.000 XNUMX étudiants indonésiens ont été formés en Allemagne dans le cadre de la coopération scientifique et technique.

En 2002 et 2003, le Geesthacht Research Center (GKSS), qui avait fait parler d'eux en raison d'accidents nucléaires et d'un taux élevé de leucémie dans la région, a mené un projet scientifique à Jakarta (Indonésie). Günter Lohnert, alors chef du département "HTR Safety Analysis" chez Siemens / Interatom et plus tard professeur à l'Université de Stuttgart ("Competence Center for Nuclear Energy"), a donné de nombreuses conférences en Indonésie.

En 2000, le Dr. Hans-Joachim Klar de la Rheinisch-Westfälische Technische Hochschule Aachen, qui coopère intensivement avec le FZJ, a été nommé membre du Comité consultatif scientifique (SAC) par l'Agence nationale indonésienne de l'énergie atomique (BATAN). Klar a déjà organisé divers séminaires et ateliers en Indonésie. "La nomination honore ses services dans diverses collaborations scientifiques avec l'Indonésie" et "est basée sur un décret du gouvernement indonésien qui réglemente les activités de l'approvisionnement en énergie nucléaire (...)", écrivait le RWTH Aachen en mars/avril 2000 dans un communiqué de presse.

Qu'il s'agisse de volcans, de tremblements de terre ou de l'attaque terroriste islamiste dévastatrice de Bali le 12 octobre 10, qui a été largement remarquée dans le monde entier - en Indonésie, il existe de nombreux dangers supplémentaires pour l'utilisation de l'énergie atomique qui vont au-delà du « fonctionnement normal ».

Il vaut vraiment la peine de se demander si FZ Jülich coopère toujours avec les instituts nucléaires en Indonésie et au Japon et à quoi pourrait ressembler cette coopération au vu des développements les plus récents.

Anmerkungen:

1. http://www.nuklearforum.ch/de/aktuell/e-bulletin/htgr-forschung-abkommen- between-japan-und-indonesien

2. http://www.fz-juelich.de/iek/iek-6/DE/ueberuns/kooperationen/Forschungsinstitute.html

3. "L'hydrogène pour les rêves nucléaires" http://www.machtvonunten.de/atomkraft-und-oekologie/215-wasserstoff-fuer-nukleare-traeume.html

4. Voir : "Ruhrnachrichten" du 20 février 2

5. Voir : « Der Spiegel, n° 2/1989

 

Tout sur le sujet Indonésie in
www.Reaktorpleite.de

 

***

Le réacteur à haute température en Chine en 2014

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

La construction du réacteur à haute température (HTR) sur la péninsule du Shandong en Chine avance, selon les derniers rapports. Un petit réacteur d'essai HTR est en service près de Pékin depuis 2000. A partir de décembre 2012, un « High Temperature Reactor - Pebble Module » (HTR-PM) de 210 MW sera construit sur la péninsule du Shandong à proximité de l'ancienne base coloniale allemande (1).

Pour fabriquer les éléments combustibles sphériques nécessaires à ce type de réacteur, la construction d'une usine d'éléments combustibles a débuté en février 2013 en Mongolie-Intérieure près de Baotou, à environ 700 kilomètres au nord-ouest de Pékin. Dans cette zone minière de terres rares, les normes minimales écologiques les plus élémentaires ne sont pas respectées et une partie de la population est réinstallée (2).

En mars 2014, le World Nuclear News (WNN) a annoncé que la coopération entre la Chinese Nuclear Engineering and Construction Corporation (CNECC) et l'Université de Tsinghua, qui existe depuis une décennie, va être intensifiée et que la commercialisation du HTR doit être renforcée. être intensifié (3).

En août 2014, WNN a annoncé que la filiale de Shanghai Electric « Shanghai Blower Works » avait commencé à fabriquer un prototype du système de refroidissement du gaz pour le HTR-PM à Shidaowan en 2010. L'université de Tsinghua a testé ce système pendant une centaine d'heures le 16 juillet 2014 à pleine puissance et à une température de 250 degrés. On dit que le rotor de quatre tonnes fonctionne sans usure. L'ensemble du réacteur devrait être opérationnel en 2017 (4). Selon le lanceur d'alerte Rainer Moormann, ce HTR-PM chinois est une variante extrêmement bon marché : il n'a pas de conteneur de sécurité sous pression et aucune roulette n'est utilisée pour l'élimination des déchets nucléaires, seulement des barils à paroi mince. Une procédure qui n'est plus exécutoire en RFA depuis 1990.

Usine d'éléments combustibles à billes achevée avec l'aide de Jülich

La construction de l'usine de production d'éléments combustibles sphériques en Mongolie-Intérieure, commencée en février 2013, s'est achevée en septembre 2014 (5). La capacité de production annuelle sera de 300.000 2015 billes d'éléments combustibles. L'usine devrait entrer en service en août XNUMX.

Avant même la construction de cette centrale à grande échelle, il y avait une ligne de production d'essai de 100.000 30 éléments combustibles sphériques par an, qui était réalisée par l'Institut des technologies nucléaires et des nouvelles énergies (INET) de l'Université de Tsinghua. INET travaille sur cette technologie spéciale de carburant depuis XNUMX ans. Forschungszentrum Jülich (FZJ) est bien entendu toujours membre de l'INET (6) et participe au transfert de savoir-faire depuis des décennies. Même aujourd'hui, INET figure sur la liste des partenaires de coopération du FZJ, bien que le FZJ ait déclaré que la recherche HTR était terminée.

Les recherches sur la ligne HTR se poursuivent

La collaboration dans la recherche sur les réacteurs de génération IV s'est à nouveau intensifiée en septembre 2014. L'alliance américaine « Next Generation Nuclear Plant » (NGNP) et l'« Initiative industrielle nucléaire KWK » européenne (NC2I) ont également convenu de travailler ensemble sur le développement et l'introduction de HTGR par le biais d'un protocole d'accord (MoU) (7).

NC2I est un groupe de travail au sein de la "Plateforme Technologique pour l'Energie Nucléaire Durable" (SNETP). Tous ceux qui sont de haut niveau dans la communauté nucléaire européenne y sont réunis - de l'industrie à leurs instituts de recherche. En 2013, FZ Jülich est apparu comme un partisan des événements de propagande nucléaire au sein de ce groupe d'intérêt (8) et bien sûr votre satellite RWTH Aachen en tant que membre enregistré ne devrait pas manquer non plus (9).

Et bien que la RFA ait dit au revoir à la ligne HTR il y a longtemps et que même le Centre de recherche de Jülich ait dit à contrecœur son cheval de bataille préféré sous la pression du public, assez étrangement, de nouveaux résultats de recherche sont constamment publiés sur des dizaines de pages dans la revue spécialisée " Atomwirtschaft" ( atw) publié pour HTR (10):

- "Evaluation expérimentale de scénarios d'accidents pour les circuits combustibles des réacteurs à haute température" (atw, novembre 2013).

- « Des chercheurs clarifient une question importante sur le réacteur à lit de galets » (atw, mars 2014).

- « Une méthode d'évaluation des structures en graphite d'un VHTR » (atw, avril 2014).

- « Une méthodologie d'évaluation de la fiabilité des systèmes de sécurité passive de VHTR » (atw, octobre 2014).

Dans un étrange contraste avec les activités mentionnées ci-dessus, il y a l'annonce suivante du FZJ : « Le centre de recherche documentera soigneusement les découvertes liées au HTR qui ont été obtenues dans le passé et terminera le travail de manière ordonnée. Cela correspond aux principes de bonnes pratiques scientifiques "(11). « Conclusions de documents » ? - Bien sûr, vous pouvez aussi l'appeler ainsi.

Remarques

1. « Première nucléaire » : http://www.machtvonunten.de/atomkraft-und-oekologie/180-nukleare-premiere.html

2. Circulaire THTR n°141 : http://www.reaktorpleite.de/nr-141-juli-2013.html

3. http://www.world-nuclear-news.org/NN-Working-together-for-high-temperature-reactors-2103147.html

4. http://www.world-nuclear-news.org/NN-Helium-fan-produced-for-Chinese-HTR-PM-1908144.html

5. http://www.world-nuclear-news.org/ENF-HTGR-fuel-production-equipment-in-place-1909144.html (n'existe plus)

6. http://www.fz-juelich.de/iek/iek-6/DE/ueberuns/kooperationen/Forschungsinstitute.html

7. http://www.world-nuclear-news.org/NN-Working-together-for-high-temperature-reactors-2103147.html

8. http://www.snetp.eu/wp-content/uploads/2014/04/nc2i.pdf

9. http://www.snetp.eu/wp-content/uploads/2014/02/snetp-members_may2014.pdf

10. http://www.kernenergie.de/kernenergie/service/fachzeitschrift-atw/hefte-themen/2014/index.php

11. http://www.fz-juelich.de/SharedDocs/Meldungen/PORTAL/DE/2014/14-05-14aufsichtsrat-sicherheitsforschung.html

 

Tout sur le sujet Chine in
www.Reaktorpleite.de

 

***

L'Afrique du Sud revoit le nucléaire à travers des lunettes roses (tom) rouges !

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Cela fait seulement quatre ans que les rêves nucléaires en Afrique du Sud ont été brisés. Pendant plusieurs décennies, la société d'utilité publique Eskom et le gouvernement sud-africain ont tenté de construire un Pebble Bed Modular Reactor (PBMR). Les préparatifs faits avec l'aide du Forschungszentrum Jülich (FZJ) et de l'industrie nucléaire allemande pour construire ce réacteur à haute température (HTR) ont coûté à l'Afrique du Sud au moins un milliard d'euros et ont lamentablement échoué (1)!

Il y a quelques années à peine, les plans grandioses prévoyaient que 24 modules de ce réacteur de génération IV devraient être construits en Afrique du Sud et devenir un succès à l'exportation. Malgré la grande pauvreté d'une grande partie de la population et les meilleures conditions pour l'expansion des sources d'énergie renouvelables, le gouvernement s'est appuyé sur l'énergie nucléaire et y a gaspillé beaucoup d'argent de manière insensée. En 2010, les acteurs admettaient humblement : « La sévérité de la crise financière a contraint le gouvernement à repenser sa politique de dépenses et à se fixer de nouvelles priorités » (2).

En septembre 2014, il est devenu clair que le gouvernement sud-africain n'était en aucun cas devenu sage à cause des dommages. En marge de la conférence de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), des représentants de l'entreprise d'État russe Rosatom et de la ministre sud-africaine de l'énergie Tina Joemat-Pettersson ont signé un accord intergouvernemental sur un partenariat stratégique et une coopération industrielle dans le domaine de l'énergie nucléaire. .
« L'accord jette les bases de l'achat et de la construction d'un maximum de huit centrales nucléaires de style russe avec une puissance installée totale pouvant atteindre 9600 XNUMX MW. (...) Outre la construction en commun de centrales nucléaires, l'accord prévoit également une coopération étendue dans d'autres domaines de la technologie nucléaire. Ceux-ci incluent la construction d'un réacteur de recherche polyvalent avec la technologie russe, le soutien au développement de l'infrastructure nucléaire sud-africaine et la formation de spécialistes sud-africains dans les universités russes. Selon Joemat-Pettersson, l'Afrique du Sud est plus que jamais intéressée par une expansion massive de l'énergie nucléaire - un moteur important de la croissance économique nationale "(3).

Selon les informations du Spiegel, la première centrale nucléaire devrait entrer en service dès 2023. Si toutes les centrales nucléaires prévues étaient achevées d'ici 2030, cela apporterait à Rosatom jusqu'à 39 milliards d'euros de bénéfices (4).

Avec ce contrat, les vieilles erreurs sont exactement répétées et justifiées avec les vieux mensonges : « Avec cela, le gouvernement veut contribuer à l'industrialisation du pays, relancer l'industrie nucléaire locale, créer des emplois et renforcer le développement et le transfert des connaissances. L'Afrique du Sud s'efforce de renforcer sa position de pays exportateur de services et composants nucléaires "(5).

Outre la coopération avec Rosatom, l'Afrique du Sud a signé le 14 octobre 2014 un accord de coopération pour le développement du nucléaire avec la France. « Il englobe à la fois la coopération technique et scientifique ainsi que les futurs partenariats industriels. L'accord offre également la possibilité de travailler ensemble dans des domaines tels que la production d'électricité, le stockage des éléments combustibles usés et la sûreté nucléaire "(6).

Anmerkungen:

1. http://www.machtvonunten.de/atomkraft-und-oekologie/197-der-thtr-in-suedafrika-uld-not-build.html

2. http://www.nuclearforum.ch/de/aktuell/e-bulletin/suedafrika-ende-fuer-pbmr-entwicklung

3. http://www.nuklearforum.ch/de/aktuell/e-bulletin/ausbau-der-suedafrikanische-kernenergie-mit-russischer-unterstuetzung

4. http://www.spiegel.de/wirtschaft/unternehmen/atomreakreactors-russia-liefert-an-suedafrika-und-jordanien-a-993153.html

5. http://www.nuclearforum.ch/de/aktuell/e-bulletin/suedafrika-bestaeigt-neubauprogramm

6. http://www.nuklearforum.ch/de/aktuell/e-bulletin/nukleare-zollerarbeit-entre-frankreich-und-suedafrika

 

***

Manifestations massives contre les transports Jülich Castor annoncées !

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Des organisations environnementales et antinucléaires de toute l'Allemagne ont annoncé des manifestations massives tout au long de l'itinéraire en cas de transport de Castor depuis l'installation de stockage provisoire AVR à Jülich.

152 roulettes contenant des déchets hautement radioactifs d'assemblages combustibles sont entreposées à Jülich. De toute évidence, le Forschungszentrum Jülich (FZJ) n'a pas encore été en mesure d'obtenir une autorisation juridiquement sûre pour l'installation de stockage provisoire ou une autorisation de transport pour les roulettes. On ne peut que deviner si cette situation a été provoquée consciemment par le FZJ ou est due à l'incompétence.

Le FZJ essaie actuellement, en coopération avec l'État et le gouvernement fédéral, de déplacer les déchets nucléaires vers les États-Unis pour y être retraités. Légalement, cependant, l'exportation de déchets nucléaires n'est autorisée que pour les réacteurs de recherche. Cependant, l'AVR est un réacteur expérimental pour la production d'électricité commerciale (1967-1988). Ainsi, l'exportation est illégale. Afin de contourner l'actuelle loi sur l'énergie atomique, la redéclaration audacieuse de l'AVR (Arbeitsgemeinschaft VersuchsReaktor) doit être effectuée en tant que réacteur de recherche. Il en va de même pour les 305 roulettes du réacteur à lit de galets déclassé Hamm-Uentrop, qui sont actuellement stockées à Ahaus. Selon une annonce publique du département américain de l'Énergie, ceux-ci devraient être envoyés aux États-Unis en même temps - c'est également illégal !

Si les plans américains échouent, il existe toujours un risque de relocalisation des « West Castors » vers l'installation de stockage provisoire d'Ahaus. Dès 2013, ces plans ont dû être abandonnés en raison des protestations. L'entrepôt d'Ahaus n'est pas beaucoup plus sûr que celui de Jülich, n'a qu'un permis plus long jusqu'en 2036. Les ordures doivent être conditionnées pour un stockage final à un moment ultérieur. Ce n'est pas possible à Ahaus, mais c'est possible à Jülich . La base de toute planification doit être d'éviter les transports nucléaires et donc un danger inutile pour la population.

La devise "Rien dedans ! Rien de dehors !" fait consensus parmi les signataires. Tout transport de déchets nucléaires est généralement rejeté tant qu'il n'y a pas d'installation de stockage de déchets nucléaires à l'échelle nationale. Au lieu de cela, les déchets nucléaires doivent rester dans une installation de stockage provisoire antisismique et approuvée sur le site de Jülich.

Lors d'une réunion nationale des organisations antinucléaires et environnementales, il a été décidé de déplacer toute la résistance de la centrale nucléaire allemande sur les voies de transport dans le cas des transports Castor. L'accent sera mis sur Jülich et la destination Ahaus (ou Nordenham pour les exportations américaines). Mais aussi sur les voies de transport possibles, des initiatives locales amèneront tout le spectre de la résistance dans les rues - à l'instar des campagnes réussies à Gorleben.

Alliance d'action d'Aix-la-Chapelle contre l'énergie atomique
Action alliance Münsterland contre les installations nucléaires
Alliance d'action Stop Westcastor
Groupe antinucléaire Osnabrück
Groupe de travail Schacht Konrad
Groupe de Travail Environnement (AKU) Gronau
Attac Inde-Rur
BUND Landesverband NRW eV
Association fédérale des initiatives citoyennes pour la protection de l'environnement (BBU)
Alliance des trains radiologiques de Mönchengladbach
Initiative citoyenne "Pas de déchets nucléaires à Ahaus"
Initiative citoyenne pour la protection de l'environnement, Hamm
Cattenom Non Merci eV
Association pour la protection de la nature et de l'environnement Gronau (NUG)
SofA Münster (Sortie nucléaire immédiate)
UmweltFAIRaendern.de
Wegberger Monday poussettes contre le nucléaire

 

***

La Caroline du Sud n'est pas un site d'élimination des déchets nucléaires allemands !

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Depuis le 20 septembre, le militant écologiste américain Tom Clement est invité en République fédérale à l'invitation du mouvement antinucléaire allemand.
A Düsseldorf, Jülich, Ahaus, Hambourg et Berlin, il a rendu compte des conditions du Savannah River Site (SRS) aux USA destiné aux plans d'exportation de déchets nucléaires du FZJ (Forschungszentrum Jülich).
Voici ce que Thomas Clements a dit pour vous de lire :

Tout d'abord, un grand merci à mes collègues allemands pour l'organisation de cette tournée et les avertissements concernant l'exportation prévue d'un problème de déchets nucléaires allemands.

Les efforts visant à exporter illégalement des déchets nucléaires de Jülich et d'Ahaus vers le « Savannah River Site » (SRS) en Caroline du Sud du département américain de l'Énergie (DOE) sont inacceptables car le SRS n'est pas une décharge de déchets nucléaires ou une décharge pour les déchets commerciaux exploités réacteurs nucléaires. L'Allemagne doit s'occuper d'une installation de stockage de déchets nucléaires chez elle et ne pas nous imposer les problèmes.

Le site de Savannah River est une vaste installation de fabrication d'armes nucléaires qui a été établie dans les années 1950 et s'étend sur plus de 800 kilomètres carrés. Cinq réacteurs SRS ont produit 36 ​​tonnes de plutonium de qualité militaire et de tritium radioactif (H3). Ces activités ont produit environ 140 millions de litres d'eaux usées liquides hautement radioactives, stockées dans 51 réservoirs en acier vieillissants et actuellement vitrifiées dans de grands conteneurs.

Le stockage des déchets nucléaires dans le SRS coûte environ 1,5 milliard de dollars US par an et durera au moins jusqu'en 2040. Nous ne voulons pas avoir à gérer plus de déchets nucléaires ! Les réservoirs vidés et les bâtiments des réacteurs étaient remplis de béton et restent un témoignage continu de la folie de la guerre froide.

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles nous défions l'intention :

Le public est fermement opposé aux efforts visant à transformer le SRS en un site d'élimination des déchets nucléaires à long terme sur une base commerciale. Les journaux les plus importants de la région se sont clairement prononcés dans des éditoriaux contre l'acceptation des déchets nucléaires allemands ; le Comité consultatif fédéral pour la réhabilitation du SRS a officiellement protesté contre l'inclusion des déchets nucléaires des installations commerciales.
+ Selon la législation américaine, les déchets nucléaires hautement radioactifs et les éléments combustibles usés doivent être stockés dans des couches géologiques. Le SRS, en revanche, repose sur un sous-sol côtier sableux et ne convient donc pas comme installation de stockage de déchets nucléaires ; Tous les déchets nucléaires qui y sont stockés doivent donc être acheminés vers un centre de stockage. Cependant, un tel référentiel n'existe pas aux États-Unis et les projets de développement de celui-ci ont été arrêtés.
+ Le DOE permet le retraitement des déchets de graphite hautement radioactifs, avec lesquels SRS n'a pas d'expérience, pour produire des déchets nucléaires pour une installation de stockage intermédiaire, ce qui implique en pratique un stockage à plus long terme dans les réservoirs non étanches susmentionnés. Cela augmentera les coûts de réaménagement et retardera le réaménagement urgent du site.
+ Il existe des sphères atomiques qui contiennent encore de l'uranium hautement enrichi de qualité militaire en provenance des États-Unis, mais cela ne s'applique en aucun cas à tous. En particulier, les sphères atomiques de l'AVR ne constituent plus une menace en termes de capacité d'armement.Jusqu'en 2011, tant l'Allemagne que les États-Unis considéraient que dans une perspective de prolifération, rien n'empêchait de stocker localement ces déchets.
+ SRS développe actuellement une nouvelle technique de récupération de l'uranium du revêtement de graphite et c'est là que réside le risque réel de prolifération. L'Allemagne supporte les coûts de ce développement. Le DOE a refusé de préparer une « analyse des risques de prolifération » adéquate qui examine les risques de la nouvelle méthode de retraitement.
+ L'installation de retraitement "H-Canyon" dans le SRS est une installation militaire et non sous la supervision de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), il n'y aura donc pas de documentation indépendante du traitement des déchets nucléaires ou de l'uranium séparé.
+ Le ministère de l'Énergie n'est pas supervisé par la Commission de réglementation nucléaire des États-Unis, ce qui signifie qu'il n'y aura pas de surveillance et de réglementation publiques du retraitement et des expéditions de CASTOR.
L'importation de déchets nucléaires provenant de centrales commerciales aux États-Unis est sans précédent. Le site de Savannah River a dans le passé récupéré des déchets nucléaires de réacteurs de recherche, y compris d'Allemagne, mais ce programme prendra bientôt fin. Les tentatives de redéfinir l'AVR et le THTR en tant que réacteurs de recherche n'ont aucune base factuelle et juridique et échoueront.

Campagne "Stop aux exportations de déchets nucléaires vers les USA !"

Depuis l'été 2014, une grande campagne contre l'exportation de déchets nucléaires vers les USA est menée en « broadcast ». Tirée à 50.000 25 exemplaires, la lettre d'information « radiodiffusée » n°7.500 traite de ce sujet. Il y a des cartes postales, des empreintes publicitaires et bien sûr une pétition en ligne, où plus de XNUMX XNUMX personnes se sont inscrites à ce jour :

https://www.ausgestrahlt.de/mitmachen/export-usa

 

Tout sur le sujet ÉTATS-UNIS in
www.Reaktorpleite.de

 

***

Chers lecteurs, BI Environmental Protection Hamm aura bientôt 40 ans !

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Cette circulaire contient des rapports sur le HTR couvrant quatre continents. Qui aurait pensé cela il y a 39 ans lorsque nous nous préparions à fonder notre initiative citoyenne dans un petit groupe de travail de la Société allemande pour la paix (DFG/VK) à l'automne 1975 ? Bien que « notre » réacteur sur le pas de la porte ait dû être arrêté, des gens de pays lointains ont maintenant des problèmes avec cette ligne de réacteurs. Ils dépendent de la réception d'informations sur notre expérience avec le réacteur. Ceci est possible grâce au programme de traduction installé sur notre page d'accueil « Reaktorpleite » et est activement utilisé.

À Hamm, nous pouvons maintenant passer un an à réfléchir à la manière dont nous voulons célébrer notre 18e anniversaire en tant qu'initiative citoyenne le 2016 février 40. Pour me mettre dans l'ambiance, j'ai mis un certain nombre de photos de nos actions sur ma page d'accueil "Machtvonunten" dans plusieurs articles sur l'histoire de la BI :

+ "20 ans après Tchernoby : Oubli du futur ?" (Photos sur le blocus des tracteurs 1986)

http://www.machtvonunten.de/lokales-hamm/217-20-jahre-nach-tschernoby-vergesslich-in-die-zukunft.html

+ "Camp de tentes contre KKW" (photos de l'occupation au VEW Info Center 1976)

http://www.machtvonunten.de/lokales-hamm/176-zeltlager-gegen-kkw.html

+ « Pas de centrale nucléaire avec notre argent ! Refus de l'argent de l'électricité comme forme de protestation "

http://www.machtvonunten.de/lokales-hamm/205-kein-atomkraftwerk-mit-unserem-geld.html

Uli Mandel a ajouté l'ajout « Énergies renouvelables pour Hamm » à la page d'accueil « Hamm gegen Atom » créée en 2011 après la catastrophe du réacteur de Fukushima. Parce que : « Mais il y a plus que ça. Pas seulement pour empêcher l'énergie nucléaire. Ce n'est pas seulement contre quelque chose, mais POUR les énergies renouvelables. Vérifiez-le:

http://www.ernergie-hamm.de/

La série de pannes du bloc D de la centrale au charbon de Hamm-Uentrop promet d'être une histoire sans fin. Une date de mise en service n'est plus du tout mentionnée. On s'attend à ce que les coûts passent à terme de 2 milliards d'euros à 3 milliards. Les Hammer Stadtwerke ont déjà constitué des provisions car on leur « demande » toujours de payer. - Tout cela est un excellent point de départ pour une critique large et engagée de l'utilisation de la technologie du charbon. À cet égard, malheureusement, il se passe trop peu de choses à Hamm.

***


haut de pageFlèche vers le haut - Jusqu'en haut de la page

***

Appel aux dons

- Le THTR-Rundbrief est sponsorisé par le 'BI Environmental Protection Hamm e. V. ' émis et financés par des dons.

- Le THTR-Rundbrief est entre-temps devenu un support d'information très remarqué. Cependant, il y a des coûts permanents en raison de l'expansion du site Web et de l'impression de fiches d'information supplémentaires.

- Le THTR-Rundbrief recherche et rapporte en détail. Pour que nous puissions le faire, nous dépendons des dons. Nous sommes heureux de chaque don!

Les dons représentent:

BI protection de l'environnement Hamm
Objet : circulaire THTR
IBAN : DE31 4105 0095 0000 0394 79
BIC : WELADED1HAM

***


haut de pageFlèche vers le haut - Jusqu'en haut de la page

***

GTranslate

deafarbebgzh-CNhrdanlenettlfifreliwhihuidgaitjakolvltmsnofaplptruskslessvthtrukvi
thtr1a.jpg