La faillite du réacteur - THTR 300 Les newsletters du THTR
Études sur THTR et bien plus encore. La liste de répartition THTR
La recherche HTR L'incident du THTR dans le "Spiegel"

***


        2021 2020
2019 2018 2017 2016 2015 2014
2013 2012 2011 2010 2009 2008
2007 2006 2005 2004 2003 2002

***

Newsletter THTR n°151, décembre 2018 :


contenu:

Kugel-Rudi "pas tout à fait légalement" sur la mauvaise voie ! À propos du présumé inventeur du THTR Rudolf Schulten

Laboratoire national d'Oak Ridge - continuités historiques

La peur allemande chez HTR en Chine : "Altmaier au secours !"

Critique des réacteurs de génération IV et au thorium

Congrès de Thorium à Bruxelles

Hydrogène et HTR

Afrique du Sud - extraction d'uranium

Révolution populaire de la « feuille de frottis d'extrême gauche »

Comptabilité (livre)

Le propriétaire westphalien d'Anzeiger, Ippen, s'enfuit !

« Thessalonique : la destruction de la « ville juive » et ses conséquences » (Note)

Chers lecteurs!

 


***

Kugel-Rudi "pas tout à fait légalement" sur la mauvaise voie !

Newsletter THTR n°151, décembre 2018Le 16 août 2018, le WDR a diffusé à la radio un « Zeitzeichen » très spécial sur le « père de la technologie nucléaire allemande » et inventeur présumé du réacteur à lit de galets Rudolf Schulten (1923-1996), également appelé « Kugel-Rudi » dans son institut (1) . Le programme de quatorze minutes a été écrit par Martin Herzog, qui a rendu compte dans le film WDR « Atomstrom für Afrika » en 2009 des efforts pour construire le THTR en Afrique du Sud (2). La raison de l'émission de radio actuelle était le 95e anniversaire de Rudolf Schulten, qui a travaillé pendant plus de 30 ans à la recherche et au développement du réacteur à haute température au thorium dans ce qui était alors connu sous le nom de centre de recherche nucléaire de Jülich.

Herzog donne la parole à d'anciens compagnons et archivistes de Jülich. Ils parlent de l'esprit euphorique d'optimisme dans la science et la politique, dans lequel le développement d'une ligne de réacteurs nationale indépendante a été célébrée dans les années 50 et 60. Enfin, après avoir perdu la Seconde Guerre mondiale, l'Allemagne allait à nouveau jouer un rôle important sur la scène politique mondiale. - Mais que se cachait-il derrière l'exaltation rhétorique (« la technologie au service de l'humanité ») que le nouveau messie du réacteur Schulten répandait ? Rainer Moormann, qui a travaillé au Forschungszentrum Jülich pendant des décennies et est devenu plus tard un lanceur d'alerte, a également eu son mot à dire et a considéré le travail de Schulten d'un œil critique : « Si vous résistiez à vos idées, vous vous retrouviez dans de grandes difficultés ». Il a représenté les problèmes avec la ligne HTR.

Il est bien connu que le développement et la construction du réacteur expérimental de Jülich et du THTR 300 à Hamm-Uentrop se sont avérés extrêmement difficiles. De nombreux problèmes techniques non résolus ont dérangé les scientifiques. Il y avait des retards constants, des incidents imprévus et cela devenait coûteux. Rien de tout cela n'a défié Schulten. Il avait encore une grande gueule, qui pouvait être clairement entendue dans les séquences originales de ce "signal horaire".

"Pensez stupide"

Lorsque l'incident majeur du THTR Hamm-Uentrop s'est produit en 1986, il est devenu clair à quel point cette forme spéciale de technologie nucléaire est dangereuse. Dans une interview quelques semaines plus tard, le directeur de la centrale électrique de THTR, Glahe, a dû admettre des problèmes contrits mais honnêtement sérieux : « Un tel incident n'a pas été pris en compte dans la planification. On ne peut pas toujours penser aussi bêtement que cela arrive parfois. » Démontrer et bloquer les agriculteurs et les consommateurs a donné le reste au réacteur de la faillite.

Dans ce "signal horaire", cependant, un autre aspect est brièvement abordé, que j'aimerais ici approfondir un peu. Dans les années 50, après les expériences choquantes des bombes atomiques larguées sur Hiroshima et Nagasaki, la population était sensible aux nouvelles ambitions nucléaires de l'Allemagne à travers une grande propagande : « Notre ami, l'atome. Pas la physique de la mort, mais la physique de la vie. Les dons de la science seront accordés à toute l'humanité. Le pouvoir magique de l'atome. La fission nucléaire comme un don de Dieu ... " - ce sont toutes des citations du reportage radio.

Schulten comme un contrevenant

Le monde avait fait ses expériences avec le fascisme allemand et il était clair que la mesquinerie et la volonté déterminée d'anéantir en RFA n'auraient pas soudainement disparu à partir du 8 mai 1945. Les auteurs de ces actes et leur idéologie ont continué à agir et représentent une grande menace. Ces personnes ne reçoivent pas d'armes de destruction massive. Il faudra attendre les traités de Paris du 5 mai 1955 pour que les alliés accordent à la RFA le droit de mener des recherches dans le domaine de l'énergie nucléaire.

En 1952, Schulten est devenu l'assistant du lauréat du prix Nobel Werner Heisenberg, qui a occupé une position de leader dans le projet d'uranium du Heereswaffenamt sous les fascistes de 1942 à 1945. "Pas tout à fait légal", a déclaré Martin Herzog à la radio, Schulten s'était rendu aux États-Unis et en Grande-Bretagne avant 1955 pour étudier divers nouveaux concepts de réacteurs.

C'est très poli et prudemment formulé. Même dans Wikipédia c'est un peu plus clair : « Il appartenait au groupe d'étude pour la physique des réacteurs, qui n'était en fait pas autorisé par Wirtz en 1953 (...), mais qui en réalité était déjà un groupe de planification pour la conception des réacteurs » (3 ). Et ailleurs, il est écrit : « C'est pourquoi Schulten a séjourné plusieurs fois aux États-Unis, notamment au laboratoire national d'Oak Ridge, et en Grande-Bretagne pour étudier les développements actuels des réacteurs nucléaires. Cela s'est déjà produit en 1954, interdit avant le traité allemand des traités de Paris du 5 mai 1955, par lequel la République fédérale d'Allemagne était autorisée à rechercher et à développer l'utilisation civile de l'énergie nucléaire »(4).

Le HTR n'est pas un développement allemand !

Pendant des décennies, Schulten et de nombreux politiciens ont souligné à plusieurs reprises que le réacteur à lit de galets était un développement purement allemand. C'est faux. Ulrich Kirchner a expliqué les étapes de développement du HTR dans son livre très bien informé et détaillé "The High Temperature Reactor" (1991) :

« La possibilité d'utiliser des sphères comme éléments combustibles a été mise en jeu par Leo Szilard en Grande-Bretagne à la fin des années 5. Dix ans plus tard, Stefan Bauer (Harwall) a commencé à réfléchir à la façon d'atteindre des températures élevées et à utiliser des boules dans un amas globulaire »(XNUMX). Incidemment, Szilárd est surtout connu pour son implication dans la construction des premières bombes atomiques américaines dans le cadre du projet Manhattan. Ils ont été largués sur Hiroshima et Nagasaki.

Kirchner poursuit dans son livre : « Mais Farrigton Daniels (Oak Ridge) a anticipé l'idée du HTR dès 1942 aux USA. (...) Dans une brochure publiée en 1977, le groupe de travail Versuchsreaktor (AVR) et la construction des réacteurs à haute température (HRB) évoquent le "concept Daniels" et réduisent les travaux de Rudolf Schulten à avoir donné l'impulsion décisive (.. .) " (6). Daniels était à la tête du département métallurgique du projet Manhattan et était donc également impliqué dans la construction de la bombe atomique américaine. Il a donné au réacteur à lit de galets le nom anglais Pebble Bed Modular Reactor (7), qui est toujours utilisé aujourd'hui.

C'est précisément dans le laboratoire d'Oak Ridge susmentionné que Rudolf Schulten a été illégalement impliqué dans le développement du réacteur à lit de galets avant 1955. - Et d'ailleurs : Un bon soixante-dix ans plus tard, Oak Ridge a reçu la commande en 2016 de continuer à travailler sur le développement du HTR dans le cadre des projets Génération IV (voir l'article ci-dessous).

National chauvinisme

À plusieurs reprises dans son livre, Kirchner souligne que le développement du HTR était basé sur un nationalisme allemand spécifique. Pour cette raison, même les offres de coopération européenne ont été rejetées : « L'offre de la Communauté européenne de l'énergie atomique (Euratom) de rejoindre leur équipe et de travailler sur le concept européen commun de HTR a été rejetée par Rudolf Schulten et ses collègues en 1958 parce qu'ils se sentaient engagés au concept national, d'autant plus que le ministre fédéral responsable de l'époque préférait ses propres programmes aux programmes internationaux »(8).

Dans les années 50 et 60, les hymnes à l'éloge du réacteur à lit de galets en RFA se sont multipliés et ont conduit à une auto-surestimation grotesque. Ils ont révélé des schémas de pensée bien connus qui se sont manifestés dans un langage extrêmement violent sur le plan militaire : nous dans la recherche atomique loin devant l'Amérique est battue d'un nez ', puisque la construction du premier HTR ouest-allemand a commencé. Le début des travaux de construction a été retardé jusqu'en août 19 »(1959).  

L'arrogance nationaliste avec laquelle les hommes politiques allemands sont apparus à l'étranger dès 1960 est illustrée par l'incident suivant : pas acheter un réacteur canadien veut, avec la contre-question « Vous ne voulez pas acheter un réacteur allemand ?

Le projet AVR à Jülich a été lancé bien que des composants importants tels que les boules d'éléments combustibles n'aient pas encore été développés pour être prêts à l'emploi (11). « Le développement décisif a alors eu lieu à Oak Ridge (USA) : vers le tournant de l'année 1962/63 la fabrication possible d'un élément combustible est devenue apparente ici (...) » (12).

Les premières boules HTR pour l'AVR Jülich sont venues des USA (13) ! L'industrie nucléaire ouest-allemande n'a pas été en mesure de les produire. Mais frapper des slogans nationalistes, ils pourraient le faire.

Afrique du Sud

Retour au reportage radio. A la fin des années 80, l'AVR Jülich et le THTR 300 à Hamm avaient depuis longtemps dépassé leur zénith après divers incidents et ont été arrêtés. Après cet échec, il est devenu difficile d'allumer le réacteur à lit de galets de quelqu'un d'autre. Dans cette situation, le lobby HTR n'était au courant d'aucun scrupule moral au sujet de fournir au régime d'apartheid internationalement interdit en Afrique du Sud la technologie HTR à usage militaire.

Robert Jung a écrit à ce sujet : « Les « bureaux internationaux » établis à Karlsruhe et Jülich en 1969 ont joué un rôle majeur en veillant à ce que le gouvernement de Pretoria, qui a été boycotté dans le monde entier en raison de sa politique raciale, reçoive la méthode de la glande de séparation de Becker pour l'enrichissement de l'uranium. développé à Karlsruhe" (14).

Le reportage radio dit : « A la fin des années 80, l'Afrique du Sud a montré son intérêt en tant que moteur de sous-marins nucléaires. On ne sait toujours pas à quel point Schulten y a participé après sa retraite. L'affaire Africa est stoppée par ses anciens employés ». Dans son émission, Herzog parle de 2.500 300 employés de FZ Jülich ; la plupart d'entre eux auraient travaillé directement ou indirectement pour le réacteur de Schulten. Au total, XNUMX doctorants ont travaillé pour Schulten. Ils avaient tous intérêt à continuer d'une manière ou d'une autre avec cette technologie nucléaire.

Après la chute du régime d'apartheid en 1994, les six bombes atomiques en Afrique du Sud ont été mises en veilleuse et le lobby de Jülich s'est concentré sur la fabrication de la technologie allemande HTR acceptable à des fins civiles pour le nouveau gouvernement. Après que l'Afrique du Sud ait versé 1,5 milliard de dollars dans le Pebble Bed Modular Reactor (PBMR), le pays a dû abandonner (15).

Provoquer autant de faillites et être toujours au top des médias, c'était la spécialité de Rudolf Schulten. Il a également influencé la presse spécialisée dans le nucléaire pendant des décennies, ce qui est encore perceptible aujourd'hui par ses liens profonds et non critiques avec le sujet des piles globulaires. Car : « De 1958 à 1995, Schulten a d'abord été co-éditeur puis membre du comité de rédaction de la revue spécialisée " atw - atomwirtschaft - atomtechnik " (aujourd'hui " atw - International Journal for Nuclear Power "), le responsable technique et d'information officiel feuille de la Kerntechnischen Gesellschaft eV" ( 16).

Anmerkungen

1) https://www1.wdr.de/mediathek/audio/zeitzeichen/audio-rudolf-schulten-kernphysiker-geburtstag--100.html

2) https://www.reaktorpleite.de/nr.-126-april-09.html#3.Thema

3) https://de.wikipedia.org/wiki/Rudolf_Schulten

4) Voir 3

5) Ulrich Kirchner « Le réacteur à haute température. Conflits, intérêts, décisions », Campus Research (1991), page 34

6) Voir 5, page 34

7) https://de.wikipedia.org/wiki/Farrington_Daniels

8) Voir 5, page 36

9) Voir 5, page 37

10) Voir 5, page 38

11) Voir 5, page 58

12) Voir 5, page 57

13) Voir 5, page 35

14) Robert Jungk « L'État atomique », Kindler (1977), page 129

15) Circulaire THTR n°132 : https://www.reaktorpleite.de/39-frontpage/thtr-rundbriefe/rundbriefe-2010/380-thtr-circular-no-132-juillet-2010.html # 1.Sujet

16) voir 3

 

***

Laboratoire national d'Oak Ridge - continuités historiques

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Ce laboratoire technique et scientifique a été fondé aux USA en 1943 afin, entre autres, de développer les bombes atomiques qui ont été larguées sur Hiroshima et Nagasaki dans le cadre du projet Manhattan. Rudolf Schulten étudia illégalement le réacteur à lit de galets qui y avait été développé avant même les traités de Paris en 1955, emporta le savoir-faire avec lui en Allemagne de l'Ouest et affirma qu'il était le père de ce type de réacteur (voir l'article ci-dessus sur Schulten).

A Oak Ridge, des travaux ont également été menés sur le développement du Molten Salt Reactor (MSR), que Schulten a rejeté à l'époque et qui appartient également à la génération IV et fonctionne au thorium. Ce petit MSR n'a fonctionné que cinq ans dans les années 70, car des problèmes sont survenus car le sel corrode le métal :  
« Dans l'installation d'essai d'Oak Ridge, de fines fissures ont été trouvées sur les surfaces partout où le métal et le sel fondu sont entrés en contact. Ces pauses auraient pu devenir un problème avec une période de fonctionnement plus longue » (1).

Récemment, Oak Ridge a de nouveau travaillé sur les éléments combustibles sphériques de la ligne HTR avec un volume de commandes de 40 millions de dollars US. X-Energy LLC travaille ici depuis 2018 avec le soutien du département américain de l'Énergie (DOE) sur la poursuite du développement du carburant dit TRISO, qui est nécessaire pour les sphères HTR. « La prestation comprend, entre autres, des analyses de criticité, la conception d'équipements et d'infrastructures de production, et la conception d'emballages de transport de carburant » (2). La société allemande SGL Carbon, déjà impliquée dans la production d'éléments combustibles sphériques en Afrique du Sud et en Chine, est également présente (3).  

Anmerkungen

(1) https://www.welt.de/print/die_welt/wissen/article162760506/Geboren-aus-Asche.html

(2) https://www.nuklearforum.ch/de/aktuell/e-bulletin/centrus-unterstuetzt-x-energy

(3) https://www.nuklearforum.ch/de/aktuell/e-bulletin/doe-neue-investitionen-generation-iv-reaktoren

 

Recherchez sur reaktorpleite.de avec le mot-clé : Kugelkaufenreaktor
http://www.reaktorpleite.de/interne-suche.html?searchword=Kugelkaufenreaktor

 

***

La peur allemande chez HTR en Chine : "Altmaier au secours !"

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Si vous tenez ce bulletin entre vos mains, le rêve audacieux d'innombrables amis du réacteur à lit de galets est peut-être déjà devenu réalité ! - Exactement à l'endroit où, il y a plus de 150 ans, les troupes coloniales allemandes ont pris possession d'une base dans la baie chinoise de Kiautschou sur la péninsule du Shandong (1). Le lien avec cet endroit est donc très spécial. 

17 ans après la décision de construire un HTR plus grand en Chine, les boulets du réacteur devraient rouler ici à partir de décembre 2018 et les particules élémentaires s'activent en cercle. - Mais oh mon Dieu, qu'est-ce que j'ai à lire maintenant de tous les temps ? Les amis allemands de l'atome sont très inquiets. Le travail de votre vie serait en danger ! Un réacteur à lit de galets échappant au contrôle de l'Allemagne - est-ce que cela peut fonctionner ? Le copie chinois peut-il faire cela ? En tant qu'étudiants à Aix-la-Chapelle et à Jülich, avez-vous toujours fait attention à l'époque ?

Comme l'histoire le prouve sans aucun doute, seuls les bio-allemands peuvent mettre de l'ordre dans le chaos sphérique anarchique du réacteur. L'oracle de Schulten dans la grande boule de cristal a déjà signalé : « Quelque chose va arriver bientôt ! 10 septembre 2018 et n'est pas (!) satire :
« Les Chinois ont construit et seront bientôt terminés. Ils mettent en œuvre la technologie de réacteur développée à Jülich, la plus sûre au monde. Malheureusement, des consultants allemands les ont mis sur une piste douteuse, comme ils l'ont fait en Afrique du Sud. Les avertisseurs expérimentés craignent que cela ne se passe également mal en Chine. Et quel serait le résultat alors : ce développement allemand séculaire par le professeur Schulten et son équipe est discrédité dans le monde entier. Si la Chine n'y parvient pas, même les États-Unis, le Japon ou la Russie ne le feront plus. La réputation allemande serait perdue, le domaine du ministre de l'Économie. Et vous laissez simplement « les Chinois le construire ». Je vous ai demandé d'intervenir le 27 février. D'où la demande encore une fois : adhérez, vous avez plus d'options que n'importe quel citoyen ordinaire. S'il vous plaît, évitez le mal des gens! (...) Bien cordialement, Jochen Michels ». 

Pour moi, la question se pose de savoir si les sprinters du noyau organique savent quelque chose que nous ne savons pas et qui est très préoccupant ? - Alors ils devraient sortir avec !

Pendant ce temps, les Chinois ont continué à construire avec le retard typique des réacteurs à lit de galets. Le 2 octobre 2018, ils ont signalé que le premier générateur de vapeur pour le HTR-PM avait passé avec succès les tests de pression : Test réussi ! (2). - Tout est facile, pas de soucis, on peut le faire, annoncent-ils !

Critique sérieuse

En attendant, la discussion sérieuse et critique sur le HTR-PM en Chine dans les médias et en ligne se poursuit. Dans le magazine scientifique « Spektrum », la journaliste Katja Maria Engel a écrit le 9 octobre 10 dans l'article « Un nouveau départ pour une vieille idée » :
« Le chimiste et chercheur nucléaire Rainer Moormann, ancien employé de ce qui était alors le centre de recherche nucléaire de Jülich, suppose également que plusieurs systèmes de sécurité active protègent la centrale chinoise de la vapeur d'eau : après tout, on sait qu'il y a une certaine probabilité que les générateurs de vapeur d'eau fuient. Il pense cependant que la situation de l'incident pourrait rapidement devenir déroutante, aussi le chercheur nucléaire met-il en garde contre trop peu de mesures de protection à ce stade et suggère également des garanties nettement plus spécifiques. Après tout, en cas d'urgence, le matériel et les personnes devraient réagir sans erreur. Si la vapeur d'eau de ce second circuit pénètre dans le coeur chaud du réacteur, l'avantage de l'autoprotection inhérente serait compromis, le graphite pourrait surchauffer et réagir avec l'eau. (...)

Mais même au-delà des détails techniques spécifiques du réacteur chinois, les anciennes questions fondamentales sur ce nouveau type de centrale nucléaire se posent toujours. Presque personne ne sait comment les près de 250 000 sphères d'un réacteur se comportent pendant le fonctionnement. « Comment puis-je surveiller leur état ? Y a-t-il des points chauds cachés avec des pics de température locaux ? Combien déteignent-ils en fonctionnement ou peuvent-ils même casser ?", s'interroge l'expert en sécurité de Darmstadt Pistner.

L'incertitude concernant l'abrasion et les particules fines et probablement très dangereuses qui en résultent sont également critiquées par le chercheur nucléaire Moormann et deux scientifiques du MIT dans un commentaire spécialisé actuel dans »Joule«. La physique des poussières n'est pas entièrement comprise, en particulier dans l'hélium gazeux chaud. "Le graphite est un excellent lubrifiant, mais les billes s'effacent en milieu sec." (...)

L'ingénieur en chef de la centrale nucléaire de Zuoyi Zhang écrivait dans « Engineering » en 2017 : « Le HRT-PM n'est pas encore une technologie éprouvée. Sa sécurité sera donc continuellement améliorée. « Zhang, ancien boursier Humboldt de ce qui était alors le centre de recherche nucléaire de Jülich, souligne qu'une grande partie de la recherche résulte de la collaboration avec des scientifiques allemands, mais que les nouveaux appareils et technologies ont été développés uniquement sur la base de leur propre industrie." (3).

Les prochains mois seront donc vraiment passionnants. Le réacteur chinois peut-il réellement entrer en service ? Et plus important encore : ne se passera-t-il rien qui puisse mettre en danger la vie des habitants de la région ?

Anmerkungen:

1) https://www.machtvonunten.de/atomkraft-und-oekologie/333-neuer-thtr-in-china.html

2) http://www.world-nuclear-news.org/Articles/HTR-PM-steam-generator-passes-pressure-tests

3) https://www.spektrum.de/news/neuer-anlauf-fuer-eine-alte-idee/1593456

 

Recherchez sur reaktorpleite.de avec le mot-clé : Chine
http://www.reaktorpleite.de/interne-suche.html?searchword=China

 

***

Critique des réacteurs de génération IV et au thorium

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Le numéro 40 de « Ausgestrahlt magazin » se concentre sur cinq pages sur le thème des réacteurs de « Génération IV », souvent négligé dans le mouvement écologiste.

Le battage médiatique actuel pour les réacteurs au thorium est discuté dans une interview avec Rainer Moormann :

« Y a-t-il des recherches à ce sujet en Allemagne ? Au Centre commun de recherche (JRC) de Karlsruhe, un centre de recherche d'Euratom dans les locaux du Karlsruhe Institute of Technology (KIT ; anciennement Karlsruhe Nuclear Research Center et Université de Karlsruhe), le développement du Molten Salt Fast Reactor (MSFR) est largement réalisée, y compris le KIT lui-même est inclus à petite échelle. Il existe de nombreuses publications à ce sujet ».

Info: https://www.ausgestrahlt.de/informieren/akw-generation-iv/

 

Recherchez sur reaktorpleite.de avec le terme de recherche : Génération IV
https://www.reaktorpleite.de/interne-suche.html?searchword=Generation%20IV

 

***

Congrès de Thorium à Bruxelles

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Depuis le 28 octobre 2018, le congrès « Thorium Energy World » des Atomic Friends a eu lieu à Bruxelles. Les opposants aux centrales nucléaires de Belgique et de la RFA ont planifié une manifestation et préparé une déclaration détaillée sur la question du thorium, qui a été envoyée cinq fois dans des versions complétées et corrigées par courrier électronique.

L'action elle-même n'a pas eu lieu afin de ne pas revaloriser inutilement les amis nucléaires dans les médias. Il y a maintenant le texte "Non à l'énergie nucléaire au thorium" dans le réseau :

https://atomreaktor-wannsee-dichtmachen.de/pressemitteilungen/85-24-10-2018-nein-zur-thorium-kernenergie.html

 

Recherchez sur reaktorpleite.de avec le terme de recherche : Thorium
https://www.reaktorpleite.de/interne-suche.html?searchword=Thorium

 

***

Hydrogène et HTR

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Sur une page entière, Andreas Brändle a abordé la question de savoir s'il serait judicieux de combiner la production d'hydrogène avec l'exploitation de réacteurs à haute température dans le « Junge Welt » le 22 juin 6. Comme beaucoup d'autres, il arrive à la conclusion que, d'un point de vue physique, l'économie de l'hydrogène est un pur gaspillage d'énergie et ne sert qu'au lobby atomique pour poursuivre ses ambitions nucléaires.

Pendant des décennies, les mêmes personnes et entreprises ont été mentionnées ici : outre Rudolf Schulten, ce sont Hermann Josef Werhahn, Fritz Vahrenholt, SGL Carbon, AAB, Forschungszentrum Jülich, etc.

Brändle fournit essentiellement un bon résumé de 150 numéros de la circulaire THTR et souligne que la « communauté HTR » est une combinaison d'une secte dogmatique dirigée par des intérêts et d'un pouvoir économique qui a trouvé des alliés même dans les gouvernements rouge-vert.

Les deux articles « Il n'y a jamais eu de sortie du nucléaire » et « L'économie sans issue de l'hydrogène » ne sont malheureusement pas disponibles en ligne gratuitement.

(Mise à jour : L'article "Il n'y a jamais eu de sortie du nucléaire"Il existe, sous forme de fichier PDF sur Internet.)

Cependant, j'ai écrit les deux articles suivants sur ces sujets, par exemple :

https://www.reaktorpleite.de/nr-127-juli-09.html#Der-Werhahn-knurrt

https://www.machtvonunten.de/atomkraft-und-oekologie/215-wasserstoff-fuer-nukleare-traeume.html

 

Recherchez sur reaktorpleite.de avec le mot-clé : hydrogène
http://www.reaktorpleite.de/interne-suche.html?searchword=Wasserstoff

 

***

Afrique du Sud - extraction d'uranium

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Stefan Cramer est encore connu de nombreux lecteurs de newsletters comme « notre homme en Afrique du Sud » car, en tant que directeur de la Fondation Böll, il y a travaillé avec l'organisation environnementale « Earthlife Africa » pour empêcher le Pebble Bed Modular Reactor (PBMR) et en continu pour une pluie A fourni l'échange d'informations.

Stefan est aujourd'hui géologue à la retraite et est toujours actif en Afrique du Sud et en matière nucléaire.

Dans le numéro 1 de "afrika süd", il a rapporté en détail comment l'extraction d'uranium pourrait être arrêtée dans le semi-désertique sec du Karoo en Afrique du Sud. Dans une zone très peu peuplée de la taille de l'Allemagne, la compagnie minière australienne Peninsula Energy a acheté des droits miniers et des terres avec l'aide de capitaux oligarques russes (200 millions de dollars américains). Après que la résistance à ces efforts ait été initialement faible, de plus grands succès ont pu être obtenus car la société minière a procédé de manière amateur et une toute nouvelle espèce de plante a été trouvée dans la zone avec une usine de glace.

Il y a eu plus de 2.000 XNUMX pétitions contre l'extraction d'uranium auprès des autorités chargées de l'octroi des licences. Une autre raison importante du retrait de la société minière australienne est le bas prix actuel de l'uranium. - Définitivement un grand succès en Afrique du Sud !

Info: https://www.afrika-sued.org/ausgaben/heft-1-2016/radioaktiver-staub-ueber-der-karoo-/

https://www.afrika-sued.org/ausgaben/heft-1-2018/geplanter-uranbergbau-vor-dem-aus/

 

Recherchez sur reaktorpleite.de avec le mot-clé : Afrique du Sud
http://www.reaktorpleite.de/interne-suche.html?searchword=Südafrika

 

***

« Fiche de diffamation d'extrémistes de gauche »

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Depuis quelque temps, les médias critiques ressentent de plus en plus le virage à droite, l'antisémitisme et la xénophobie.

En tant que co-éditeur du mensuel "Graswurzelrevolution", j'ai d'abord été ravi que même le président de l'Office pour la protection de la Constitution de Thuringe, Stephan Kramer, ait cité une analyse de notre journal par Andreas Kemper d'une manière très détaillée et approbatrice lors d'une conférence de presse et retransmis à la télévision pendant plusieurs minutes. L'article portait sur l'agenda fasciste du politicien AfD Björn Höcke (1).

Les insultes, les injures et les menaces qui se sont ensuite abattues sur nous et l'agence de protection de la constitution défient toute description ! De plus, Kramer était l'ancien président du Conseil central des Juifs d'Allemagne ; le nazi hyperventile d'autant plus.

L'AfD s'est déchaînée contre la révolution populaire de la « diffamation d'extrême gauche » et le journal Bild a alimenté la chasse comme toujours : « L'anarcho-postille se bat pour l'abolition de NOTRE État depuis 1972 ».

Il y a quelques semaines, alors que j'étais au stand d'information d'Amnesty International au bord de la place du marché à Hamm, où des signatures ont été recueillies pour les personnes persécutées dans le monde entier, j'ai vu un certain nombre de personnes d'apparence ordinaire se révolter, s'agiter contre réfugiés et prônant la peine de mort. En vue, une centaine de mètres plus loin, un point de départ médiatique de cette agitation était bien visible : Paradoxalement, la librairie Holota, où j'achète mes livres depuis vingt ans, a récemment mis en place une double cloison avec de la publicité pour le journal Bild. tous les jours devant leur boutique et vendre cette feuille. - Ici, en Allemagne, il se passe des choses qui n'auraient pas été imaginées il y a quelques années.

(1) https://www.graswurzel.net/gwr/2018/09/bjoern-hoeckes-faschistischer-fluss/

 

***

comptabilité

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Le livre de Reiner Szepan « Les centrales nucléaires les plus sûres au monde ? Un règlement professionnel avec la communauté atomique "dans la maison d'édition" von Lorbas ".

Sur plusieurs pages, Szepan traite également du THTR, qu'il a déjà commenté à plusieurs reprises dans le passé. Malheureusement, la « comptabilité » se transforme souvent en une véritable insulte envers nous les élus bienveillants, qu'il qualifie d'apparatchiks.

Et la phrase « les femmes au foyer ne peuvent qu'être impressionnées par ce comportement » (p. 65) n'a pas besoin d'être commentée à ce stade et parle d'elle-même ...

Le livre compte 92 pages au format A4 et coûte 12,90 euros.

 

***

Le propriétaire de WA, Ippen, s'enfuit !

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Le propriétaire de "Westfälischer Anzeiger" (WA) Ippen est en première ligne là où les mesures contre le changement climatique sont à contrecarrer (voir son article du 13 octobre 10 dans le WA) ou la roue de l'histoire en matière de droits des salariés est de être refoulé :

« La FSD traditionnelle (Frankfurter Societäts-Druckerei) a grandi en tant qu'imprimeur interne du« Frankfurter Allgemeine Zeitung »(FAZ) et n'a été reprise qu'au printemps dernier par le groupe de presse Ippen (Munich) et le Rempel («Gießener Allgemeine ") famille d'édition de Giessen. "Les nouveaux propriétaires veulent échapper à la négociation démocratique des conventions collectives et dicter plutôt les salaires et les conditions de travail selon le style du propriétaire", a critiqué Manfred Moos de ver.di Hessen.

Des politiciens de Hesse tels que le chef de l'État du SPD Thorsten Schäfer-Gümbel et le membre du Bundestag Achim Kessler (LINKE) condamnent la fuite de la FSD de la négociation collective et font preuve de solidarité avec ver.di et les travailleurs de la FSD. Ici, comme dans d'autres entreprises avec un niveau élevé d'organisation syndicale, un conflit de travail prolongé est en train d'émerger. " (De : Neues Deutschland du 24 novembre 11)

Plus d'informations sur WA et Ippen :

https://www.machtvonunten.de/medienkritik/313-antifa-haekelclub-im-visier-der-lokalpresse.html

 

***

« Thessalonique : la destruction de la « ville juive » et ses conséquences »

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

À ce stade, je voudrais faire référence à un article plus long de moi dans la « Révolution populaire », qui était très apprécié dans la communauté grecque, reflétait le côté juif bien connu Hagalil et très souvent diffusé sur FB et suscitait des inquiétudes. Voici le début :

« Quelqu'un a-t-il pensé à ce qui s'est passé ici avant ? » Je pense en errant dans les rues bruyantes de Thessalonique avec leurs bâtiments en béton laids, en passant devant des foules de gens qui se précipitent avec des sacs à provisions.

Quand j'avais treize ans, je suis tombé sur un petit livret de la taille d'une carte postale : "Une courte promenade à travers Salonique. Souvenirs de l'invasion des troupes allemandes à Salonique le 9 avril 1941". C'était le dernier signe de vie de l'oncle de ma mère, vingt ans, avant qu'il ne soit tué par des partisans grecs quelques mois plus tard. Mon intérêt a été piqué.

Cinquante ans après la découverte du livret, je suis là. Il ne reste presque plus rien de l'ancienne métropole juive. Je me demande comment 46.000 XNUMX Juifs séfarades de Salonique ont pu être déportés à Auschwitz et presque tous tués ?

Comment ce passé est-il traité à Thessalonique et en Allemagne ? Le maire libéral de Thessalonique Giannis Boutaris, qui milite pour la mémoire des Juifs assassinés dans son bureau depuis 2014, a été battu par des extrémistes de droite devant 2018 4.000 spectateurs lors d'un événement en avril XNUMX et n'a pu monter dans une voiture avec difficulté, qui a ensuite été démoli. (...)

Comme en Allemagne, les tendances d'extrême droite et l'antisémitisme ont considérablement augmenté ces dernières années. »

Pour plus de lecture: https://www.machtvonunten.de/nationalisten-rechte-neoliberale/332-thessaloniki-die-annihilation-de-la-ville-juive-et-ses-consequences.html

 

***

Chers lecteurs!

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Tout d'abord je tiens à vous remercier pour les félicitations et les encouragements pour l'édition anniversaire 150. Il n'est en aucun cas évident qu'un magazine traitant d'un sujet aussi spécial paraîtra encore. - Cependant, j'ai dû écrire moi-même un article sur cet anniversaire. Et en effet - comment pourrait-il en être autrement - dans la « Révolution à la base » en septembre 2018. Elle peut être visionnée ici, complétée par 20 images des différentes premières pages :

https://www.machtvonunten.de/medienkritik/334-jubilaeumsausgabe-nr-150-vom-thtr-rundbrief-erschienen.html

Le 15 septembre 2018, à l'invitation du groupe de travail d'État NRW Énergie des Verts, qui s'est réuni à Hamm, j'ai donné une conférence d'une heure sur le thème « THTR : entre le démantèlement et le démantèlement ». Une longue et intéressante discussion a eu lieu et j'ai demandé aux Verts de demander au parlement du Land dans un proche avenir à quoi ressemble concrètement la feuille de route pour le démantèlement, car il n'y a pas d'informations actuelles significatives à ce sujet pour le moment.

Mentions légales : Le THTR-Rundbrief est publié par l'initiative citoyenne pour la protection de l'environnement Hamm, c/o Horst Blume, Schleusenweg 10, 59071 Hamm. Montage et textes : Horst Blume.

Courriel: h.blume@thtr-a.de

 


haut de pageFlèche vers le haut - Jusqu'en haut de la page

***

Appel aux dons

- Le THTR-Rundbrief est publié par le 'BI Environmental Protection Hamm' et est financé par des dons.

- Le THTR-Rundbrief est entre-temps devenu un support d'information très remarqué. Cependant, il y a des coûts permanents en raison de l'expansion du site Web et de l'impression de fiches d'information supplémentaires.

- Le THTR-Rundbrief recherche et rapporte en détail. Pour que nous puissions le faire, nous dépendons des dons. Nous sommes heureux de chaque don!

Jamais la caisse de l'initiative citoyenne n'a été aussi peu remplie en 43 ans d'histoire !

Notre travail est très réussi. Grâce au travail acharné de notre administrateur réseau, non seulement cette newsletter, mais l'ensemble du site Web « www.reaktorpleite.de » peuvent facilement suivre les sites antinucléaires les plus connus d'Allemagne.

Le très élaboré au monde unique et alimenté avec plus de 900 entrées détaillées'Carte du monde nucléaire'a été visité plus de cent mille fois en trois ans. Jusqu'à présent, même les plus grandes organisations environnementales avec un certain nombre de postes à temps plein n'ont pas été en mesure de créer une telle carte interactive.

Nous ne recevons qu'une petite allocation de quelques centaines d'euros pour ce travail - par an. Mais cet argent doit aussi être réuni en premier. Par conséquent, nous demandons votre don à ce stade!

Les dons représentent:

BI protection de l'environnement Hamm

Objet : circulaire THTR

IBAN : DE31 4105 0095 0000 0394 79

BIC : WELADED1HAM

***


haut de pageFlèche vers le haut - Jusqu'en haut de la page

***

 

GTranslate

deafarbebgzh-CNhrdanlenettlfifreliwhihuidgaitjakolvltmsnofaplptruskslessvthtrukvi
avr-juelich.jpg