La faillite du réacteur - THTR 300 Les newsletters du THTR
Études sur THTR et bien plus encore. La liste de répartition THTR
La recherche HTR L'incident du THTR dans le "Spiegel"

***


        2021 2020
2019 2018 2017 2016 2015 2014
2013 2012 2011 2010 2009 2008
2007 2006 2005 2004 2003 2002

***


Bulletin THTR n°147, septembre 2016 :


contenu:

40 ans de protection de l'environnement BI Hamm !

L'incident THTR ne perturbe plus le rouge-vert en NRW

THTR en Chine : état des lieux, coopération avec le FZJ, Arabie saoudite, Indonésie, résistance

L'Australie au Forum Génération IV

Coopération Pologne - Grande-Bretagne

Nouveaux contes de fées sur le démantèlement du THTR

Salutations de BI Ahaus à l'occasion de l'anniversaire

Salutations de la BBU

Laurenz (Meyer), le remplisseur de poche (épisode 22)

Evénement sur les réacteurs à lit de galets etc. le 19 novembre 11 à Hamm

 


***

40 ans de protection de l'environnement BI Hamm !

40 ans de protection de l'environnement BI à Hamm

Le 40 juin 4, une cinquantaine de participants au total ont pris part au tour à vélo pour marquer le 2016e anniversaire de BI Environmental Protection. Après un petit rassemblement avec le tracteur de blocus original de 50, des bannières nouvellement peintes et des informations sur l'histoire de BI devant Hammer Hauptbahnhof, nous nous sommes rendus à Uentrop jusqu'à la porte principale du THTR, où nous avions si souvent bloqué ou manifesté.

Il y avait quelques vieilles affiches et dépliants à admirer et il y avait des informations sur la situation actuelle et la technologie HTR dans le monde. Le message d'accueil du partenaire BI à Ahaus, où sont stockés les éléments combustibles THTR, a été lu et Udo Buchholz de l'Association fédérale des initiatives citoyennes pour la protection de l'environnement (BBU) a souligné dans son discours que Hammer BI est l'un des plus anciens encore actifs groupes membres de l'association. Au bout d'une heure, nous sommes allés au Kurhaus prendre un café avec notre vélo. Il y avait beaucoup d'espace pour des discussions personnelles. Il y avait même d'anciens membres et sympathisants de Berlin, Marburg, Dortmund et du Münsterland. - C'était une journée réussie !

Nous avons beaucoup à faire à l'avenir. Nous accompagnerons de manière critique l'opération de démantèlement et, si nécessaire, la réflexion sur le démantèlement du THTR. Étant donné que des recherches supplémentaires ont été menées sur la ligne HTR en Rhénanie du Nord-Westphalie même après son arrêt et que le savoir-faire a été transmis à de nombreux pays, nous pouvons être confrontés à une certaine renaissance de cette ligne de réacteurs. Le 19 novembre 2016, une conférence sur ce sujet aura lieu à Hamm, qui est organisée par plusieurs initiatives NRW. Vous trouverez des informations à ce sujet dans ce numéro.

Un article détaillé dans FUgE-News sur l'histoire de BI et quelques photos du tour à vélo peuvent être consultés ici :

http://www.machtvonunten.de/atomkraft-und-oekologie/297-rotgruen-will-akw-stoerfall-nicht-aufklaeren.html

 

***

L'incident du THTR perturbe le rouge-vert
en NRW plus

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Quelques semaines avant la célébration prévue de l'anniversaire de notre initiative citoyenne pour marquer son 40e anniversaire le 4 juin 2016, une entrée Wikipedia du directeur de la mise en service du THTR Schollmeyer, qui a été impliqué dans l'incident grave, a de nouveau suscité beaucoup d'enthousiasme.

En 1986, les billes de l'élément combustible radioactif se sont coincées dans le "tube pneumatique" et la rupture de la bille qui en a résulté a été involontairement projetée dans l'environnement - du moins c'était la version officielle jusqu'à présent.

Aujourd'hui âgé de 83 ans, Schollmeyer, en tant que responsable des opérations spécialisées chez BBC AG Mannheim, était responsable des barres d'arrêt produites par cette société, ainsi que des cinq turbines à vapeur, y compris la technologie de mesure et de contrôle pour le THTR en Hamm. Dans le THTR, le 4 mai 1986, Kugelbruch bloque à nouveau le fonctionnement du réacteur. Ce qui s'est passé ensuite est décrit par Schollmeyer sur Wikipedia dans la section 34, Barres de commande / barres d'absorption :

"Le soufflage inutile de la balle cassée, le filtre avait déjà été commandé (!), Dans le 'nuage de Tchernobyl' était une décision prise par l'opérateur en chef de l'époque, le Dr. Daoud, qu'il a exécuté contre tout avertissement et a tenté de le dissimuler par manque de connaissances spécialisées. » (1)

L'opérateur n'a pas attendu pour souffler le filtre que les filtres déjà commandés soient arrivés. Apparemment, on croyait que les isotopes radioactifs soufflés n'attireraient pas l'attention à cause du nuage de Tchernobyl. Dr. Daoud, en tant que représentant de l'opérateur principal HRB (Hoch Temperatur Reaktorbau GmbH) et chef des opérations de démarrage, a agi sans autorisation, ce qui est d'une importance pénale compte tenu du rejet de substances radioactives.

La fracture de la boule contaminée par la radioactivité a donc été volontairement soufflée dans l'environnement et a ainsi exposé la population à un grand danger. L'exploitant a sciemment violé les exigences essentielles du droit nucléaire. En raison du rejet de substances radioactives, cet accident est, à notre avis, sur l'échelle internationale d'évaluation des incidents nucléaires (INES) comme stade 3 appeler.

Les questions suivantes pour l'autorité politiquement responsable et l'autorité de surveillance nucléaire du ministère de l'Économie de Rhénanie du Nord-Westphalie découlent de ces nouvelles découvertes :

« Depuis combien de temps l'autorité de réglementation nucléaire est-elle au courant de ce problème ? Pourquoi ne l'a-t-elle pas rendu public et ne l'a-t-elle pas poursuivi? » - À notre avis, les autorités sont coupables d'activités frauduleuses.

La réaction des médias à la révélation tardive de Schollmeyer a été considérable. Non seulement le Westfälische Anzeiger, mais aussi Die Glocke, WDR, taz et Neues Deutschland ont fait des reportages en partie sur leurs premières pages ; le WA a imprimé des lettres détaillées à l'éditeur (2). La faction pirate du parlement du Land de NRW et le membre du Bundestag Hubertus Zdebel (Die Linke) se sont renseignés à ce sujet.

Les opérateurs démentent

La société d'exploitation HKG regorgeait de toutes les allégations dans le Westfälischer Anzeiger (3) daté du 23 mai 5 et se référait au rapport de 2016 pages publié en 1986 par le ministère des Affaires économiques de la NRW pour prouver que la contamination radioactive était inférieure à un becquerel par mètre carré lors de l'incident. L'autorité de contrôle devrait certainement le savoir - ou non ?

Mais quiconque fera l'effort de lire l'ouvrage de 95 pages arrivera à une conclusion très sombre. Car le ministère des Affaires économiques n'en savait pas trop et l'admettait franchement à la page 13 du rapport : « Une détermination claire de l'activité aérosol dégagée le 4 mai 5 n'est pas possible ». Le jour même de l'incident, les opérateurs ont éteint l'appareil de mesure à plusieurs reprises afin de prétendument réajuster l'horloge. Quelle coïncidence! Cette formidable audace des opérateurs dans ce « scandale de la bande de mesure » a soulevé les colères de la population de Hammer pendant des mois en 1986.

Pour ne rien arranger, cet appareil de mesure était un point de mesure exploité par l'opérateur THTR. L'autorité de tutelle n'a eu l'idée d'installer un système de mesure indépendant et étatique que quelques mois après ce gâchis gênant. Dans le rapport, elle a essayé d'imaginer ce qui aurait pu se passer pendant ces heures, a fait toutes sortes de comparaisons avec le rayonnement émis peu de temps avant et après l'incident, a fait le calcul dans les deux sens, puis a décidé d'une moyenne supposée approximative. Car l'autorité de tutelle n'avait pas connaissance par elle-même, seulement des informations fournies par l'exploitant.

Si, selon les informations actuelles fournies par M. Schollmeyer, l'incident s'est déroulé de manière complètement différente de ce qui est supposé dans le rapport, alors d'autres processus et donc des émissions radioactives nettement plus élevées sont également envisageables.

Dans les jours qui ont suivi l'incident, l'Ökoinstitut et le professeur Grönemeyer ont mesuré des valeurs allant jusqu'à 50.000 XNUMX becquerels par mètre carré à proximité immédiate du THTR. United Electricity Works (VEW) a ensuite distribué son journal "Energiekontakt" à tous les foyers Hammer avec le titre : "Moins de radioactivité dans le bâtiment du réacteur qu'à l'extérieur".

Le 31 mai 5, la WA a écrit dans un commentaire comment cette politique d'information des opérateurs et des autorités a été reçue par la population : « Dans les situations critiques, ils sont trompés, la crédibilité a été perdue. Apparemment, le mot-clé Tchernobyl et la peur des émotions. suffisent à opérer une politique d'information ternie autour du THTR, afin de se taire et d'apaiser. La confiance a été déçue. Elle sera difficile à réparer...."

Le gouvernement de l'État rouge-vert est désintéressé

Retour en 2016 : comment le gouvernement de l'État de NRW a-t-il réagi à la demande parlementaire des pirates ?

Un coup de téléphone et un regard simplement superficiel sur le rapport d'enquête de 95 pages du gouvernement de l'État de NRW de l'époque sur l'incident du THTR de 1986 - c'est tout ce que le gouvernement de l'État rouge-vert voulait contribuer à la clarification. Pendant deux décennies, le THTR a été le réacteur phare de la NRW et l'espoir politique énergétique et aurait dû mériter plus d'attention compte tenu des nouvelles découvertes concernant un éventuel rejet délibéré de substances radioactives dans le sillage de Tchernobyl.

Burkhard Lüer, en tant que représentant de la supervision nucléaire du ministère de l'Économie, parle d'un effet prétendument "extrêmement faible" et "inoffensif" des émissions de radioactivité du THTR, tandis que le rapport d'enquête indique explicitement qu'aucune (!) Déclaration ne pourrait être fait dans ce rapport !

Ironiquement, le porte-parole des Verts en matière de politique environnementale au parlement du Land, Hans Christian Markert, a cédé lors de cette réunion de la commission de l'environnement pour qualifier les efforts visant à éclaircir cet incident scandaleux de « discussion rétrograde » et préférerait « tourner au futur" (4).

Les conséquences du financement du développement du HTR rouge-vert

Parlons donc de l'avenir : le financement de plusieurs décennies de la recherche et du développement de la ligne HTR à Forschungszentrum Jülich par les gouvernements fédéral et étatique rouge-vert avec des centaines de millions d'euros signifiait que THTR n'a finalement pas été enterré avec ce savoir agressivement exporté -comment, mais au sein de l'UE, la Chine, l'Afrique du Sud et les États-Unis se construisent et se développent ! Le Forschungszentrum Jülich (dans lequel NRW est impliqué) a soutenu de manière agressive la construction du HTR en Afrique du Sud, et le TÜV Rheinland a ajouté un certificat de qualité. Dans ce numéro, j'ai écrit un article détaillé sur l'état actuel des choses.

Aujourd'hui encore, les reporters de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) nommés par le gouvernement fédéral dressent systématiquement une image totalement dépourvue de critique et positive de la technologie HTR de la RFA et renforcent ainsi la renaissance de ce type de réacteur dans le monde. La réalité allemande du THTR est presque inconnue à l'étranger. Une déclaration critique de NRW serait d'autant plus importante dans une telle situation.

Les incidents non traités et masqués du passé ont un impact très important sur l'avenir. Le gouvernement rouge-vert de l'État ne veut pas se faire rappeler son propre rôle peu glorieux dans le financement de la recherche THTR et mettre toute la question au dossier.

Le parlementaire Vert NRW Markert parlerait plutôt des centrales nucléaires belges, dont il n'est pas responsable. En 2005, les Verts ont approuvé l'extension substantielle de l'usine d'enrichissement d'uranium de Gronau en Rhénanie du Nord-Westphalie, qui alimente les réacteurs belges en combustible nucléaire. N'oubliez pas ça ! Selon l'actuel accord de coalition rouge-vert, l'UAA aurait été fermée d'ici 2017 (élection de l'État de NRW). Cela ne fonctionnera probablement pas.

Les déclarations actuelles des politiciens verts qui appellent maintenant à la fermeture de l'UAA après d'innombrables occasions manquées sont des jeux tactiques typiques avant les élections de l'État de NRW pour maintenir les écologistes impliqués. Et les Verts de Hamm ne semblent pas se soucier beaucoup de la position de leurs amis du parti au parlement de l'État dans le débat sur l'accident du THTR. Nous n'entendons rien d'eux à ce sujet.

Anmerkungen

(1) https://de.wikipedia.org/wiki/Diskussion:Kernkraftwerk_THTR-300#Steuerst.C3.A4be.2FAbsorberst.C3.A4be

(2) http://www.machtvonunten.de/leserbriefe-von-horst-blume/293-neues-zum-stoerfall-im-thtr.html

http://www.machtvonunten.de/leserbriefe-von-horst-blume/296-weltweite-thtr-renaissance-dank-stoerfall-vertuschung-in-nrw.html

(3) https://www.wa.de/hamm/radioaktivitaet-uentrop-absichtlich-freigesetzt-thtr-dementiert-vorwuerfe-vehement-6424886.html

(4) Westfälischer Anzeiger du 16 juin 2016

 

***

THTR en Chine :

Le statut actuel, la coopération avec le FZJ,
Arabie saoudite, Indonésie, Résistance

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

"Je dis ça comme ça Chine, Chine, La Chine« J'ai entendu le chancelier Kurt Georg Kiesinger à la télévision quand j'étais petit garçon en 1969, et avec cela il n'a pas seulement mis en garde contre la puissance économique à venir. Une dose d'anticommunisme était également présente.

Seulement sept ans plus tard, le ministre chinois des Affaires économiques a visité le chantier de construction du THTR en 1976, et l'étudiant chinois Wang a fait son doctorat à Jülich et Aix-la-Chapelle. Il devint plus tard président de l'université Tsinghua de Pékin. Un mini-THTR y est entré en service en 2000 et l'histoire a suivi son cours. Forschungszentrum Jülich, soutenu financièrement par les coalitions rouge-vert en Rhénanie du Nord-Westphalie et au sein du gouvernement fédéral, a toujours été là en tant que partisan (1).

Ironiquement, à l'emplacement de l'ancienne base coloniale impériale allemande de Tsingtao - à Shidaowan - sur la péninsule du Shandong, la construction de deux réacteurs HTR de 2012 MW a débuté en 200. Ils devraient entrer en service en décembre 2017. A quoi ça ressemble aujourd'hui ?

Travaux de génie civil et simulation

Les « travaux de génie civil » du HTR chinois étaient terminés, ils ont été officiellement annoncés fin 2015. Le 4 janvier 2016, les autorités chinoises ont annoncé que l'installation d'un banc d'essai avec un simulateur pour le personnel à pratiquer avait été complété (2). Selon la réglementation chinoise, un tel simulateur doit être achevé un an avant la mise en service du système. Et le personnel doit certainement encore s'entraîner, s'entraîner, s'entraîner car, comme l'écrivait le journal du lobby atomique atw en janvier 2016, lors de la simulation, il est déjà aux prises avec un problème bien connu du réacteur à lit de galets : « Des expérimentations sont menées sur il pour déterminer ces paramètres pour déterminer les cailloux ». Parce que souvent les balles ne roulent pas comme elles le devraient. Ensuite, il se bloque quelque part et l'amas globulaire fait ce qu'il veut.

Le 2 mars 2016, Shanghai Electric Nuclear Power Equipment Co. Ltd. La cuve sous pression du réacteur du HTR à destination du Shandong, où il est arrivé huit jours plus tard (3). Le conteneur lourd de 25 mètres de haut et de 800 t a été descendu dans le bâtiment du réacteur fin mars 2016 sous les applaudissements des représentants de la direction du parti et des dignitaires.

Une seule turbine pour deux blocs

La presse chinoise a profité de l'occasion pour révéler un détail intéressant : la centrale jumelle avec les deux blocs réacteurs est entraînée par une seule turbine (4). - Si cela ne fonctionne pas, des problèmes surviennent avec le refroidissement dans deux réacteurs en même temps. Cela fonctionnera-t-il sur le long terme ? Afin de faire face aux conséquences de cette construction bon marché et économique, le personnel doit s'entraîner, s'entraîner, s'entraîner avant la mise en service : Le 16 juillet 2014, un essai de cent jours de cette turbine à pleine puissance et à une température de 250 degrés a été « avec succès » terminé (5).

Des éléments combustibles sphériques, qui sont produits en Mongolie intérieure à Baotou, sont également nécessaires pour le fonctionnement du HTR. J'ai déjà signalé dans la circulaire 141 que des terres rares ont été extraites dans cette zone et que les normes écologiques minimales n'ont pas été respectées et que des parties de la population ont été réinstallées de force (6). Et bien sûr, la société de Wiesbaden SLG Carbon a aidé avec ses composants en graphite et son savoir-faire dans la production d'éléments combustibles.

Le 29 mars 2016, les autorités chinoises ont annoncé (7) qu'après une production expérimentale de 100.000 300.000 éléments combustibles, l'usine a officiellement reçu le permis d'exploitation et que la production de 2015 16 sphères a démarré chaque année. Incidemment, les tests de rayonnement pour les éléments de l'échantillon ont été achevés en décembre XNUMX au Centre commun de recherche néerlandais (JPC) de Petten (XNUMX km d'Alkmaar).

Coopération entre la Chine et l'Arabie saoudite

Le 20 janvier 2016, la page d'accueil chinoise a rapporté "World Nuclear News" (8) la conclusion de 14 accords de coopération nucléaire entre l'Arabie saoudite et la Chine. Un accord particulier prévoit la construction en commun d'un HTR. Il a été signé par le président de la ville du roi Abdallah pour l'énergie atomique et renouvelable (Kacare), Hashim Abdullah Yamani, et le président de la China Nuclear Engineering Corporation (CNEC), Wang Shu Jin.

Jülich s'agite dans un journal chinois

Le lobby nucléaire chinois est également actif dans le domaine du journalisme. Le magazine chinois de langue anglaise "Hindawi" (9) a invité les scientifiques nucléaires du monde entier à souligner les avantages des réacteurs à haute température dans un numéro spécial début 2017. Il n'est pas surprenant que les propagandistes les plus zélés de HTR, Hans-Josef Allelein et Karl Verendung du Forschungszentrum Jülich (FZJ), aient déjà été confirmés comme écrivains. Le FZJ devra se demander si ces deux personnes sont aptes à représenter le centre de recherche dans une revue internationale. Car il y a aussi des voix critiques sur le HTR dans le domaine scientifique. Le gouvernement rouge-vert de Rhénanie du Nord-Westphalie surveille une fois de plus ces événements dans le lobby nucléaire et finance toujours ces personnes !

Coopération Chine - Indonésie

Déjà en 2014, j'ai écrit dans le THTR-Rundbrief (10) a souligné la coopération parfois longue de plusieurs décennies entre les organisations et institutions allemandes, japonaises et indonésiennes qui souhaitent construire des HTR en Indonésie. L'année dernière, dans le cadre d'un consortium, "Nucem Technologies" d'Alzenau (Allemagne) a remporté l'appel d'offres pour la construction d'un HTR d'essai en Indonésie (11). « La technologie des éléments combustibles HTR est l'une de nos forces particulières », écrit cette société sur son site Internet.

Le 11 août 2016, le portail suisse "Nuklearforum" a rapporté :

"La China Nuclear Engineering Corp. (CNEC) et le gouvernement indonésien ont signé un accord pour développer des réacteurs à haute température refroidis au gaz (HTGR) en Indonésie. Selon la CNEC, les deux parties souhaitent pour l'instant travailler ensemble sur le développement d'un réacteur expérimental à haute température refroidi au gaz en Indonésie et sur la formation de personnel spécialisé.

Le CNEC travaille avec l'université chinoise de Tsinghua pour concevoir, construire et commercialiser la technologie HTR depuis plus de dix ans. En mars 2014, ils ont renforcé leur coopération avec un nouvel accord pour intensifier la commercialisation nationale et internationale "(12).

« World Nuclear News » en provenance de Chine devient encore plus spécifique : en plus des grands réacteurs à eau légère sur les îles densément peuplées de Java, Bali, Madura et Sumatra, de petits réacteurs à haute température jusqu'à 100 MW doivent être construits pour Kalimantan, Sulawesi et d'autres îles. Mais d'abord, un petit réacteur de démonstration doit être construit (13). Ces annonces grandioses sont bien sûr encore loin. Il reste à voir dans quelle mesure cette technologie sera réellement mise en œuvre et si cette technologie fonctionnera au cours des prochaines années et décennies.

Pays-Bas

Il en va de même pour les Pays-Bas, l'ancienne puissance coloniale de l'Indonésie : à quelques kilomètres de la Rhénanie du Nord-Westphalie, le parti libéral de droite au pouvoir néerlandais « Volkspartij voor Vrijheid en Democratie » (VVD) a pris l'initiative d'un bâtiment HTR dans le Région d'Overijssel. Une manifestation d'information sur ces efforts a déjà eu lieu en février 2016 à Zwolle (14).

Pendant des décennies, les scientifiques du Forschungszentrum Jülich ont assuré un flux permanent de savoir-faire vers l'Asie. Pas étonnant que "Nuklearia" en tant qu'association nationale de lobbying à but non lucratif pour les réacteurs HTR et de génération IV lors de leur réunion annuelle le 29 octobre 2016 Jochen Michels avec la conférence "Statut of THTR development in China" (15) célébrant le nouveau développement ancien avec espoir. - Incidemment, "Nuklearia" est basé à Dortmund.

Résistance en Chine

Peut-être, cependant, les amis atomiques ont-ils fait le calcul sans le propriétaire. Tant de choses changent dans le monde que l'on n'avait jamais pensé auparavant. En Chine aussi, il y a eu une forte résistance aux centrales nucléaires depuis plusieurs années. Inutile donc d'être pessimiste :

« C'est peut-être la crainte d'une conflagration qui a poussé les dirigeants chinois à suspendre un autre projet nucléaire majeur. Les habitants de la ville de Lianyungang dans la province du Jiangsu (est de la Chine) étaient dans la rue pendant un week-end seulement pour manifester contre un projet d'installation de retraitement des déchets nucléaires.

C'était évidemment suffisant. L'administration municipale a annoncé mercredi que les travaux de sélection du site avaient été "suspendus". Cette annonce ne signifie pas la fin définitive. Les militants considèrent toujours leur manifestation comme un succès. "Nous avons gagné", a écrit un manifestant dans une entrée sur Weibo, l'homologue chinois de Twitter. Le projet a été bloqué.

Des témoins oculaires ont déclaré le week-end dernier que des milliers de personnes sont descendues dans les rues de la ville de Lianyungang pour protester contre les projets nucléaires. Les habitants craignent des atteintes à leur santé et accusent le gouvernement de ne pas agir de manière transparente. Selon des témoins oculaires, de violents affrontements auraient également eu lieu entre la police et des manifestants. Les fonctionnaires auraient agi brutalement. Les protestations n'ont pas été officiellement confirmées. Même maintenant, la brève déclaration indique seulement qu'il existe des "controverses concernant la construction de l'usine". De toute façon, aucune décision n'a encore été prise.

Les protestations ont pour toile de fond le projet de la société nucléaire d'État CNNC de construire une usine de retraitement avec la société énergétique française Areva. Les deux sociétés s'étaient entendues sur la construction en 2012, mais n'avaient jusqu'à présent pas nommé d'emplacement "(16).

Anmerkungen

(1) http://www.machtvonunten.de/atomkraft-und-oekologie/180-nukleare-premiere.html

(2) http://www.world-nuclear-news.org/NN-Simulator-delivered-for-Chinas-HTR-PM-0401164.html

(3) http://www.nuklearforum.ch/de/aktuell/e-bulletin/china-erster-reaktordruckbehaelter-des-htr-pm-eingebaut

(4) http://www.world-nuclear-news.org/NN-First-vessel-installed-in-Chinas-HTR-PM-unit-2103164.html

(5) http://www.world-nuclear-news.org/NN-Helium-fan-produced-for-Chinese-HTR-PM-1908144.html

(6) http://www.reaktorpleite.de/nr-141-juli-2013.html

(7) http://www.world-nuclear-news.org/UF-Chinas-HTGR-fuel-production-line-starts-up-2903165.html

(8) http://www.world-nuclear-news.org/NN-China-Saudi-Arabia-agree-to-build-HTR-2001164.html

(9) https://www.hindawi.com/journals/stni/si/283581/cfp/

(10) http://www.reaktorpleite.de/thtr-rundbriefe-2014/55-sp-590/rundbriefe-2014/495-thtr-rundbrief-nr-144-november-14.html

(11) http://www.nukemtechnologies.com/info/pressecenter/singleview/article/nukem-technologies-gewinnt-als-mitglied-eines-konsortiums-ausschreibung-fuer-die-planung-eines-versu.html?tx_ttnews[backPid]=189&cHash=d8db8df9825d408c6d66dbac16295990&PHPSESSID=a6f3f01437297c1173ee0589e1d2fdba

(12) http://www.nuklearforum.ch/de/aktuell/e-bulletin/indonesien-htgr-mit-chinesischer-unterstuetzung-geplant

(13) http://www.world-nuclear.org/information-library/country-profiles/countries-g-n/indonesia.aspx

(14) http://overijssel.vvd.nl/nieuws/14303/voor-in-uw-agenda-informatiebijeenkomst-over-thorium-als-bron-van-schone-energie

(15) http://nuklearia.de/verein/jahrestagung-2016/

(16) http://www.taz.de/Anti-Atom-Protest-in-China/!5324777/

 

***

L'Australie au Forum Génération IV

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

La Communauté européenne de l'énergie atomique fondée en 1957 "Euratom« Continue de participer à la recherche et au développement des réacteurs de génération IV, dont le THTR. Pour cette raison, « Euratom » a prolongé de dix ans son adhésion au « Generation IV International Forum » (GIF), fondé en 2000 à l'initiative des États-Unis, jusqu'en 2026. Jusqu'à présent, la Chine, la France, le Japon, le Canada, la Russie, la Suisse, l'Afrique du Sud, la Corée du Sud, les États-Unis et Euratom ont été impliqués. L'Argentine, le Brésil et le Royaume-Uni sont des membres inactifs. Selon le « Nuclear Forum Switzerland » du 15 juillet 7, l'Australie fait partie de l'illustre groupe de sponsors de la nouvelle filière de réacteurs.

 

***

Coopération Pologne - Grande-Bretagne

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

est encore Pologne pas perdu! Le secrétaire adjoint à l'Énergie, Michal Kurtyka, a signé un accord avec des représentants de l'industrie nucléaire britannique (Urenco, etc.) et Rolls-Royce, un protocole d'accord sur la politique énergétique lors de sa visite au Royaume-Uni le 25 mai 2016. Le consortium U-Battery et le Centre national polonais de recherche nucléaire à Świerk (à 30 km de Varsovie) ont convenu de construire un réacteur refroidi par gaz à haute température (HTGR).

Source: http://www.londyn.msz.gov.pl/en/c/MOBILE/news/polish_energy_ministers_visit_uk

 

***

Nouveaux contes de fées sur le démantèlement du THTR

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Le 28 avril 4, l'employé de RWE et poète Ralf Versemann a donné au "Westfälischer Anzeiger" un autre échantillon de son art de lire le marc de café. Il s'agissait d'un éventuel démantèlement des ruines du THTR : « Après une période de planification et d'approbation de sept ans, le démantèlement pourrait commencer en 2016, selon le directeur général de HKG. Cela prendrait douze ans. »

Évidemment, il a des nombres mystiques, car qui ne se souvient pas de Blanche-Neige et des sept nains et tout ésotérique sait : « Les nombres avoisinant douze ont moins bonne réputation. Soit il leur manque quelque chose, soit ils en ont un peu trop ». La plupart du temps - comme on peut le dire par expérience - les chiffres chez THTR sont plus élevés.

Quoi qu'il en soit, cet « expert » continue de jongler avec des informations aventureuses : « Versemann évalue le coût du démantèlement de la centrale nucléaire de Hammer à environ 400 millions d'euros. 6 mètres cubes doivent être stockés - dans un dépôt de déchets radioactifs de faible et moyenne activité. Selon Versemann, le référentiel Konrad devrait être disponible d'ici 000 ». - Ce sont encore des spéculations très étranges qu'il lance dans le monde. Ce n'est peut-être pas tout à fait involontaire pour minimiser les dimensions d'un projet aussi audacieux.

Les faibles coûts fantastiques ont été transférés au royaume des contes de fées il y a 10 ans, même par des experts enclins à l'énergie nucléaire. Le démantèlement du THTR vingt fois plus petit à Jülich coûtera au moins un milliard d'euros et le THTR de Hamm seulement 400 millions d'euros ? Les poulets rient !

Peut-être en raison des coûts élevés à prévoir, les politiciens garderont leurs mains sur le sujet pendant les prochaines années ou décennies et préféreront dépenser l'argent « au compte-gouttes » : chaque année, trois ou quatre milliards de livres par an pour le « démantèlement « sans aucune imagination ! Parce que tous les oncles de conte de fées le savent : plus les chiffres sont petits, moins ils reçoivent d'attention.

 

Rechercher tous les contenus de la recherche « faillite du réacteur » : Démolition démolition

 

***

Salutations de BI Ahaus à l'occasion de l'anniversaire

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Cher Horst Blume, cher BI protection de l'environnement Hamm,

Nous avons découvert votre campagne samedi à l'occasion de vos 40 ans. Il est peu probable que l'un d'entre nous puisse participer au tour à vélo prévu, mais nous vous souhaitons beaucoup de succès. Mais surtout nous tenons à vous féliciter pour votre "anniversaire" de 4 ans et pour la persévérance dont vous avez fait preuve dans la résistance à l'énergie atomique !

Notre initiative citoyenne "Pas de déchets nucléaires à Ahaus" est un peu plus jeune que la vôtre (seulement 39 ans...), mais on peut se retourner sur une aussi longue période que vous. Et il y a eu de bons contacts entre nos BI dès le départ. A ce stade, nous souhaitons vous rappeler que votre membre Claus Mayr nous a apporté un soutien très important dans la fondation de notre BI et de nos premières activités au nom de la BBU en 1977. Ceux d'entre nous qui étaient là y repensent avec gratitude.

Et plus tard, il y a eu une coopération très intense entre nos initiatives lorsqu'il est devenu clair dans les années 80 que les éléments combustibles sphériques usés devaient être acheminés du THTR Hamm-Uentrop à Ahaus - un projet contre lequel nous avons protesté ensemble. En 303, nous n'avons pas pu empêcher le transport et le stockage de ces éléments combustibles dans 1992 fûts Castor dans l'« installation de stockage intermédiaire » d'Ahaus. Mais à quel point votre résistance au THTR et la résistance au stockage du BE à Ahaus étaient justifiées, est devenu clair plus d'une fois entre-temps.

L'exemple le plus récent est l'aveu qu'en 1986 des gaz radioactifs provenant d'un accident à Hamm ont été soufflés dans l'environnement et que les opérateurs voulaient « remonter le moral » de la GAU de Tchernobyl. Une fois de plus la preuve du peu de confiance que l'on peut avoir envers les exploitants d'installations nucléaires !

Mais aussi le fait que jusqu'à aujourd'hui personne ne sait ce qu'il adviendra des déchets radioactifs du THTR et de l'AVR de Jülich, car il n'existe absolument aucune technologie d'élimination pour cela. Les responsables de l'ancien KFA Jülich veillent uniquement à retirer les objets de Jülich afin que l'image de leur lieu de recherche ne soit pas endommagée par le problème d'élimination non résolu de leur propre passé. Ils veulent l'expulser vers Ahaus ou même l'expédier aux USA, selon la devise « hors de vue, hors de l'esprit ». Et le "Nuclear Research Facility (KFA) Jülich" s'appelle désormais "Forschungszentrum Jülich (FZJ)" - comme si les problèmes de votre propre héritage nucléaire avaient été éliminés !

Tout cela nous montre à quel point notre vigilance et notre résistance à l'industrie nucléaire et à ses machinations sont importantes. Dans cet esprit, nous vous souhaitons, ainsi qu'à nous, la force dont nous aurons besoin pour notre travail à l'avenir !

Nous souhaitons un bon déroulement à votre événement et espérons poursuivre notre coopération!

Initiative citoyenne "Pas de déchets nucléaires à Ahaus"

iA : Hartmut Liebermann

 

***

Salutations de la BBU

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Udo Buchholz (Gronau) a participé à un événement organisé par l'initiative citoyenne à Hamm à l'invitation de l'initiative citoyenne de Hamm pour la protection de l'environnement. À l'occasion de son 40e anniversaire, l'initiative citoyenne a effectué une balade à vélo de Hammer Hauptbahnhof au réacteur à haute température de thorium THTR à Hamm-Uentrop.

Le THTR est à l'arrêt depuis longtemps. Udo Buchholz a été invité en tant que membre du conseil d'administration de l'Association fédérale des initiatives citoyennes pour la protection de l'environnement (BBU) en tant que conférencier. La Bürgerinitiartive est membre du BBU depuis 1977 et est donc l'un des plus anciens groupes membres du BBU.

Dans son discours, Udo Buchholz a félicité les membres de l'initiative citoyenne au nom du BBU et a souhaité à l'initiative beaucoup de force pour la suite de ses travaux. Dans le même temps, Buchholz les a félicités au nom du groupe de travail sur l'environnement de Gronau. Dans son discours, Buchholz a rappelé les manifestations conjointes des groupes de citoyens amis.

Le THTR de Hamm-Uentrop et l'usine d'enrichissement d'uranium de Gronau ont tous deux été mis en service dans les années 80.

Alors que le THTR a été arrêté assez rapidement, l'uranium est toujours en cours d'enrichissement à Gronau pour les centrales nucléaires du monde entier.

Dans son discours, Buchholz a également rappelé les transports controversés de déchets nucléaires du THTR Hamm-Uentrop à Ahaus, qui ont été effectués au début des années 90. Les trains spéciaux chargés de déchets nucléaires ont également traversé Gronau à cette époque et ont déclenché à plusieurs reprises des protestations.

Dans un message de salutation de l'initiative citoyenne « Pas de déchets nucléaires à Ahaus » à l'initiative citoyenne à Hamm, il a été dit : «                                                                    plus d'une fois entre-temps.

L'exemple le plus récent est l'aveu qu'en 1986 des gaz radioactifs provenant d'un accident à Hamm ont été soufflés dans l'environnement et que les opérateurs voulaient « remonter le moral » de la GAU de Tchernobyl. Une fois de plus la preuve du peu de confiance que l'on peut avoir envers les exploitants d'installations nucléaires !

 

***

Laurenz (Meyer), le remplisseur de poche
(Épisode 22)

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Laurenz Meyer - consultante en gestionLes années sombres sans les reportages habituels de Laurenz Meyer dans la presse (tabloid) sont enfin terminées. Laurenz, l'ancien lobbyiste de VEW et général de la CDU, a fait la dernière fois dans le bulletin THTR en tant que "consultant en gestion" qui souhaitait établir un magasin d'armes dans le centre-ville de Hammer. Heureusement, comme tant d'autres choses qu'il a ramassées, ça s'est mal passé.

Pouvez-vous vous enfoncer encore plus du haut du Montblanc du pouvoir ? - Oui, bien sûr, Laurenz montre comment c'est fait. Une fois de plus, l'ancienne tante Bildzeitung l'a embauché et a scruté les derniers mois de son mandat parlementaire au Bundestag en 2009. Et voilà, à la fin tout sort :

« A l'époque, les instruments d'écriture de luxe de la marque Montblanc ont été achetés pour plus de 3.000 2009 euros via le compte d'avantages personnels du député de l'époque. Au cours des neuf derniers mois avant qu'il ne quitte le Parlement après les élections fédérales de 14, 18 articles ont été acquis de cette manière », écrivait le WA le 8 août 2016.

Ici, il a également affirmé qu'il ne voulait rien savoir de tout cela, que ses anciens employés de bureau et « d'autres personnes que je ne connais même pas » (WA) avaient commandé des articles de luxe en son nom. Oui, c'est comme ça qu'on connaît notre Laurenz. Nous croyons chaque mot qu'il dit!

Vous pouvez trouver plus d'épisodes de cette série populaire dans les éditions plus anciennes, par exemple ici :
http://www.reaktorpleite.de/nr.-126-april-09.html#5.Thema

 

Rechercher tous les contenus de la recherche « faillite du réacteur » : Laurence Meyer

 

***

Evénement sur les réacteurs à lit de galets
etc. le 19 novembre 11 à Hamm

Réacteurs à lit de galets, thorium et transmutation -
les dernières gouttes du lobby nucléaire

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Les réacteurs à lit de galets AVR et THTR-1990, qui ont échoué en Allemagne vers 300, sont toujours célébrés par le lobby nucléaire comme un produit phare de l'ingénierie allemande, comme "intrinsèquement sûrs" et presque exempts de déchets nucléaires difficiles. La Chine étant susceptible de mettre en service un petit réacteur à lit de boulets HTR-PM en 2017/18 - bien que dans des conditions qui n'inspirent pas confiance en termes de sécurité - une flambée de la discussion sur le « réacteur à lit de boulets manqué » est de être attendu. Plusieurs pays émergents ont déjà manifesté leur intérêt pour le HTR-PM chinois.

Dans ce cas, l'histoire des réacteurs à lit de galets, leur technologie et leurs problèmes techniques, de sûreté et de stockage définitifs non résolus ainsi que leur position dans l'industrie nucléaire internationale seront expliqués. Les grands problèmes actuels de stockage des réacteurs à lit de boulets allemands sont également présentés en détail.

Le mouvement anti-nucléaire en Allemagne peut-il rester les bras croisés et regarder ce développement ?

Date : samedi 19.11.2016 novembre XNUMX

Lieu : Bureau de district Die Linke, Oststr. 48, 59065 Hamm

Heure 11h - 17h

Participation aux dépenses pour les boissons et les repas : 10 €

Organisateur : BUND et Académie de protection de la nature et de l'environnement NRW (NUA)

Processus prévu jusqu'à présent :

11:15 - 11:45
Jürgen Streich : Revue I - Les réacteurs à lit de galets d'hier et d'aujourd'hui

12:45 - 13:15
Horst Blume : Review II - Résistance contre le THTR Hamm

13:15 - 14:00
Collation du midi

14:00 - 14:45
Dr. Rainer Moormann : Look - Technologie et potentiel de risque

14:45 - 15:30
Uwe Hiksch, Naturfreunde Deutschlands eV, membre du conseil fédéral : Prospective - La situation dans le monde

15:30 - 16:00
pause café

16:00 - 17:00
Ensemble participants et intervenants :

Perspectives : Élaboration d'une stratégie d'information, de communication et de résistance contre le « nucléaire vert »

Inscription et informations complémentaires ici :

Inscription ferme au plus tard le 1er novembre 2016
(par coupon, e-mail ou téléphone) au BUND Landesverband NRW eV, Rolf Behrens, Merowingerstr. 88, 40225 Düsseldorf ; Tél. : 0211/30 200 50, Fax : -26, rolf.behrens@bund.net

Le flyer de l'événement

***


haut de pageFlèche vers le haut - Jusqu'en haut de la page

***

Appel aux dons

- Le THTR-Rundbrief est publié par le 'BI Environmental Protection Hamm' et est financé par des dons.

- Le THTR-Rundbrief est entre-temps devenu un support d'information très remarqué. Cependant, il y a des coûts permanents en raison de l'expansion du site Web et de l'impression de fiches d'information supplémentaires.

- Le THTR-Rundbrief recherche et rapporte en détail. Pour que nous puissions le faire, nous dépendons des dons. Nous sommes heureux de chaque don!

Les dons représentent:

BI protection de l'environnement Hamm
Objet : circulaire THTR
IBAN : DE31 4105 0095 0000 0394 79
BIC : WELADED1HAM

***


haut de pageFlèche vers le haut - Jusqu'en haut de la page

***

GTranslate

deafarbebgzh-CNhrdanlenettlfifreliwhihuidgaitjakolvltmsnofaplptruskslessvthtrukvi
stage de survie-1989.jpg