04 juin 2012

Réacteur à lit de galets à Jülich : sur la piste des tentatives de dissimulation de l'opérateur !

De Horst Blume

Le 15 mai 2012, Rainer Moormann et le journaliste Jürgen Streich se sont tournés vers Christian Küppers, le président de la commission d'enquête qui s'occupe de l'historique des accidents et de l'infiltration d'eau radioactive jusque-là non traitée à l'AVR en 1978 à Jülich.

Le Forschungszentrum Jülich (FZJ) a typiquement refusé de donner aux deux détracteurs du réacteur à lit de galets des informations détaillées sur cet accident souvent ignoré. Cependant, les deux ont trouvé une source d'information différente et donnent maintenant des premières indications sur des faits et des questions qui n'ont pas été suffisamment pris en compte. Vous écrivez : « Nous avons commencé à parcourir les documents nouvellement accessibles sur les problèmes de sécurité technique et les processus d'incident et pouvons déjà dire que nos pires soupçons ont été dépassés - également en ce qui concerne la gestion des risques de criticité et même la manipulation non autorisée du système de protection du réacteur dans le cours de l'événement de 1978 ci-dessus. "

Eau radioactive dans le sol depuis 1978

Avertissement - nouveau symbole de rayonnementMoormann et Streich soulignent que 25 à 30 t d'eau accidentelle hautement radioactive dans le sol et dans les eaux souterraines n'ont été découvertes qu'après 21 ans en 2000 et que des mesures supplémentaires seront nécessaires lors des futurs travaux de remédiation afin d'arriver à des évaluations réalistes de la potentiel de danger pour la santé.

Selon la version officielle, la majeure partie du strontium radioactif est restée sur place et n'a quitté le site du réacteur que dans une moindre mesure. Cependant, de l'avis de Moormann et Strauch, il est urgent de vérifier si des influences mobilisatrices telles que des modifications de la valeur du pH peuvent être exclues sur des décennies.

Moormann et Strauch considèrent que la concentration de tritium est très problématique :

« Il est toujours possible que des quantités de tritium plus importantes que l'HTO soient trouvées à proximité du joint de sol défectueux pendant la vidange de l'eau du réacteur et pendant la tentative peut-être quelque peu amateur de solidifier l'eau radioactive avec un béton apporté à la hâte. mélangeur Si tel avait été le cas, l'AVR aurait conduit à la plus grande contamination radioactive connue des eaux souterraines en Europe occidentale : Nous avons la limite d'eau potable actuellement en vigueur de 100 Bq/l pour le tritium avec une quantité totale de tritium déversé d'environ 500 milliards de becquerels.
D'où la question : est-il vraiment certain que ce tritium a emprunté la voie probablement la plus inoffensive dans l'atmosphère par évaporation, au lieu d'aller dans les eaux souterraines ? Ou cet argument était-il peut-être au premier plan de ne pas avoir à admettre une contamination radioactive massive des eaux souterraines et donc de réduire davantage les opportunités de marché pour les réacteurs à lit de galets ? Comme vous le savez probablement, l'expert de l'époque espérait le projet de réacteur à lit de galets d'Afrique du Sud PBMR et s'y était relativement fortement impliqué d'environ 2000 jusqu'à son effondrement en 2010. »

L'eau souterraine a-t-elle été contaminée radioactivement?

Après l'accident de l'aqueduc, aucune quantité notable de tritium n'a été découverte dans les étages inférieurs. Selon la version officielle, la contamination des eaux souterraines qui s'est produite est limitée au niveau supérieur des eaux souterraines, tandis que l'eau potable publique a été prélevée aux niveaux inférieurs. Cependant, cela ne signifie pas qu'un feu vert peut être donné :

« En ce qui concerne l'argument 3, il convient de noter que

a) En plus du captage public d'eau potable, d'autres formes d'utilisation des eaux souterraines existent (irrigation, abreuvement du bétail, etc.), qui auraient de préférence affecté l'étage supérieur. De telles utilisations de la nappe supérieure peuvent-elles être définitivement exclues pour la période 1978-1982 en aval de l'AVR ?

b) Selon les informations des experts de Rheinbraun, il existe des connexions entre les niveaux d'eau souterraine dans la zone concernée. Une infiltration de radioactivité dans des nappes phréatiques plus profondes avec captage d'eau potable peut-elle être exclue avec suffisamment de certitude ? La séquence de prélèvement dans l'aqueduc pour la mesure du tritium était-elle si proche qu'un « nuage de tritium » temporaire aurait de toute façon dû être découvert ?

Enfin, la question qui se pose pour nous est de savoir comment exactement les émissions de tritium ont été enregistrées via l'air extrait. Comme vous le savez peut-être, de 1966 à août 1973, on n'a pas remarqué que les filtres au tritium de l'AVR ne fonctionnaient pas et que tout le tritium était rejeté dans l'environnement sans être filtré.

Dans la mesure où les cas fréquents de leucémie infantile (1980-90) survenus dans la région de Jülich peuvent, au moins dans le temps, être liés à l'accident d'infiltration d'eau AVR, nous considérons qu'un traitement approfondi de ces questions est absolument nécessaire. En particulier, ce que nous considérons comme la dissuasion prématurée de FZJ, AVR et de certains organismes officiels en la matière doit être remis en cause, car la population a droit à une documentation complète des processus de libération et des conséquences possibles sur la santé, y compris toutes les incertitudes. »

Des températures de réacteur élevées étaient-elles autorisées ?

En conclusion, Moormann et Steich soulignent qu'en décembre 1987, il a été établi expérimentalement que le petit THTR de Jülich avait des températures beaucoup plus élevées qu'on ne le supposait auparavant à certains endroits. La question est posée de savoir si les températures élevées pendant l'exploitation de 1974 à 1987 étaient en dehors du 13e avis complémentaire à l'agrément AVR. En d'autres termes, le réacteur a-t-il même fonctionné conformément aux exigences légales approuvées ?

Les résultats indésirables ne seront pas publiés !

Les incidents, les températures élevées et les infiltrations d'eau à l'AVR ont été calculés à l'aide du programme informatique WAPRO du Jülich Research Center. Cependant, uniquement sur la base de températures de pointe estimées qui sont beaucoup trop basses.

« Les calculs avec des températures de pointe plus élevées ne sont connus que pour les conditions du réacteur à partir de 1988, c'est-à-dire pour les cas moins problématiques avec un niveau de température global du réacteur plus bas. À notre connaissance, les résultats WAPRO sont également vrais pour les conditions problématiques 1974-87 (température du gaz 950°C plus un pic de température réel du Graphite de plus de 1300°C) a été généré, mais n'a jamais été rendu public en raison des résultats indésirables (accident de conception non contrôlé, réacteur donc dangereux). Nous vous recommandons donc de demander de tels résultats WAPRO à AVR . "

Il est ahurissant de voir comment le FZJ gère les résultats de tests désagréables et la sécurité des personnes depuis des décennies. Ici, la pointe d'un iceberg devient visible. Qu'en sortira-t-il d'autre ?

Un article plus long sur Rainer Moormann avec le titre « La vérité peut-elle être un péché ? » Paru dans le journal économique mensuel « Brand eins » à partir de mai 2012. Vous pouvez le lire ici : http://www.westcastor.de/br1.pdf

*

Continuer à: Article de journal 2012

***


haut de pageFlèche vers le haut - Jusqu'en haut de la page

***

Appel aux dons

- Le THTR-Rundbrief est publié par le 'BI Environmental Protection Hamm' et est financé par des dons.

- Le THTR-Rundbrief est entre-temps devenu un support d'information très remarqué. Cependant, il y a des coûts permanents en raison de l'expansion du site Web et de l'impression de fiches d'information supplémentaires.

- Le THTR-Rundbrief recherche et rapporte en détail. Pour que nous puissions le faire, nous dépendons des dons. Nous sommes heureux de chaque don!

Les dons représentent:

BI protection de l'environnement Hamm
Objet : circulaire THTR
IBAN : DE31 4105 0095 0000 0394 79
BIC : WELADED1HAM

***


haut de pageFlèche vers le haut - Jusqu'en haut de la page

***

 

GTranslate

deafarbebgzh-CNhrdanlenettlfifreliwhihuidgaitjakolvltmsnofaplptruskslessvthtrukvi
haute puissance-derfilm.jpg