La faillite du réacteur - THTR 300 Les newsletters du THTR
Études sur THTR et bien plus encore. La liste de répartition THTR
La recherche HTR L'incident du THTR dans le "Spiegel"

Les newsletters THTR de 2005

***


        2021 2020
2019 2018 2017 2016 2015 2014
2013 2012 2011 2010 2009 2008
2007 2006 2005 2004 2003 2002

***

Bulletin THTR n° 98, mars 2005


Succès en Afrique du Sud : Le processus PBMR doit être à nouveau déployé !

La Cour suprême sud-africaine a pris une décision importante sur l'avancement du processus d'évaluation de l'impact environnemental du projet de réacteur modulaire à lit de galets (PBMR) en Afrique du Sud. L'organisation environnementale Earthlife Africa s'était plainte que les opérateurs n'avaient pas rendu tous les faits pertinents accessibles au public et qu'un processus de consultation approprié n'avait pas eu lieu. Dans son verdict de 40 pages, le tribunal a donné raison aux écologistes. Le gouvernement a accepté le verdict. Cette décision signifie que la procédure doit être relancée. Selon les observateurs, cela entraînera un retard d'environ un an. - Une belle réussite pour les écologistes sud-africains !

La Chine entre massivement sur le marché du HTR !

"Mangez de la pizza d'abord après l'incident"

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

« Les ingénieurs ont fait l'impensable : ils ont coupé les systèmes de sécurité du petit réacteur, puis ils ont donné les pleins gaz et tiré les barres de commande de la chambre de combustion à pleine puissance - et cela à la périphérie de Pékin. Dans toutes les autres centrales nucléaires dans le monde, il y aurait une catastrophe à Tchernobyl Mais les Chinois étaient sûrs de leur cause et ont invité 60 experts du monde entier dans la salle de contrôle de leur réacteur expérimental HTR-10 pour cette expérience spectaculaire. avec soulagement lorsque la catastrophe ne s'est pas matérialisée. »

Le magazine d'information suisse "FACTS" a rendu compte de cet événement macabre le 21.10.2004 octobre 2004 avec une admiration reconnaissable et y a ajouté quelque chose : L'équipe de service pourrait d'abord manger une pizza et prendre votre temps pour discuter de ce qu'il faut faire ensuite. " Cet événement était la conférence internationale HTR en septembre 93 (voir THTR-RB n°XNUMX).

En 2010, HTR devrait fournir de l'électricité

Entre-temps, les efforts déployés depuis des décennies par le lobby allemand HTR ont porté leurs fruits. Spiegel-Online a rapporté le 8 février 2 : « Un consortium énergétique chinois a déjà sélectionné un chantier dans la province du Shandong, rapporte le « Financial Times », où doit être construit un réacteur de 2005 mégawatts qui fonctionnera sur le principe du lit de galets.
Un responsable de la société énergétique chinoise Huaneng a déclaré que la centrale devrait commencer à fonctionner dans cinq ans. Cela ferait de la Chine un pionnier en matière de technologie nucléaire. Le pays a un besoin urgent de nouvelles sources d'énergie pour satisfaire la soif énergétique de l'économie en plein essor. »

Les amis du Pebble Bed Modular Reactor (PBMR) sont également à bord : « Le président sud-africain Thabo Mbeki a annoncé qu'il souhaitait coopérer avec la Chine sur le développement ultérieur de la technologie. Le 11 février 2, le très favorable à l'industrie VDI-Nachrichten a commenté prudemment cette évolution : « Cependant, les critiques considèrent les réacteurs à lit de galets comme une cible pour des attaques terroristes. En outre, la question de savoir comment éliminer les déchets radioactifs demeure. "

Le magazine suisse "FACTS" cité ci-dessus, en revanche, laisse le professeur Günter Lohnert, qui travaillait auparavant pour Siemens, s'extasier sans aucune critique sur le petit HTR, qui n'est pas incontesté par le lectorat. Ce professeur avait été impliqué dans le développement du HTR pendant près de 30 ans, a tenté de convaincre l'Indonésie d'entrer dans ce réacteur (voir THTR-RB n°89) et a occupé la chaire de l'Institute for Nuclear Energy Technology and Energy Systems (IKE) à l'Université de Stuttgart depuis 1997. Ici, sous Rotgrün, la recherche HTR est menée avec des fonds de l'UE et est maintenant élargie en un "centre de compétence pour toutes les questions pertinentes liées à l'énergie nucléaire". Pour l'avenir, Lohnert s'appuie sur des modules HTR et cite plus tard le THTR à Hamm-Uentrop : « C'était une erreur cruciale de tailler le réacteur à la bonne taille.

Pendant 30 ans, travail de lobbying pour les HTR chinois

La continuité d'une décennie avec laquelle les lobbyistes de HTR ont favorisé le contact avec la Chine est remarquable. Des ingénieurs de l'Association des grandes centrales électriques d'Essen (VGB) se sont rendus en Chine dès 1976 et ont lancé des invitations en Allemagne. Le 19 janvier 1, le vice-ministre chinois de l'Énergie, Chan Pin, a visité le THTR à Hamm-Uentrop. Dans la période qui a suivi, la société Innotec Energietechnik KG basée à Essen avait l'intention de commercialiser des HTR plus petits en Chine. Dans les années 1978, des contacts intensifs ont eu lieu entre le Centre de recherche nucléaire de Jülich et l'Université Tsinghua de Pékin (voir THTR RB n° 80). La filiale de Siemens Interatom et le groupe suédo-suisse (ABB) prévoyaient à ce moment-là des systèmes de modules HTR en Chine. Le massacre de la place Tiananmen à Pékin en 88 n'a pas affecté les relations. Entre 1989 et 1990, des scientifiques allemands et chinois ont travaillé ensemble au Forschungszentrum Jülich (FZJ) sur trois études/conférences sur le HTR en Chine. Et en 1993, le FZJ a fièrement attiré l'attention sur le sujet de sa coopération scientifique avec l'Institut de technologie d'ingénierie nucléaire (INET) de l'Université Tsinghua de Pékin avec les mots suivants : « Analyses de sécurité pour le réacteur chinois HTR-2002 ».

Grâce à "FACTS", des détails extrêmement intéressants de la connexion Pékin-Jülich sont maintenant mis au jour : , HB) et a été le premier scientifique à rédiger sa thèse de doctorat sur les petits réacteurs à lit de galets auto-sécurisés. Wang a reconnu les besoins énergétiques croissants de son pays et a convaincu la nomenclature à Pékin. (...) L'université de Tsinghua a reçu de l'argent, dans un premier temps a acheté à l'Allemand les machines désaffectées pour la fabrication des boules de combustion, puis la Chine a acquis les plans dressés en Allemagne pour le petit réacteur à lit de galets" !!!

Le scandale "oublié" du HTR Hanau

Les machines qui ont été arrêtées pour la fabrication des boules d'éléments combustibles ne peuvent être que des usines de la société Hobeg dans l'usine de plutonium de Hanau. La vente a dû avoir lieu il y a plusieurs années et il n'y a pas eu de tollé dans les médias, comme l'année dernière lorsque le complexe de plutonium de Hanau a été exporté en Chine ! Deuxièmement, même après la fermeture du THTR, la vente de ses brevets peut encore rapporter de l'argent. De cette façon, il y a encore une marge de manœuvre pour les chercheurs nucléaires occupés à une époque de budgets serrés et de restriction à la « recherche de sûreté ».

De plus, il reste encore quelques questions : Le FZJ en a-t-il profité ? Ou qui d'autre ? Toujours sous rouge-vert après 1998 ? Quel jeu moche quand la ligne HTR peut rechercher assidûment la sécurité, les produits qui en résultent sont ensuite vendus à l'industrie nucléaire à l'étranger, puis le lobby nucléaire, soutenu par de nombreux médias, souligne de manière accusatrice avec l'index levé : souligné à l'étranger ligne de réacteurs avancée utilisée comme une évidence !

C'est incroyable : un petit groupe de lobbyistes de HTR au Forschungszentrum Jülich (et souvent aussi à Karlsruhe) attire des élèves fidèles depuis des décennies, les envoie partout dans le monde, entretient des contacts, vend des brevets à bon prix et n'a qu'à attendre que le les gens ont occupé les bons postes - et alors ce qu'ils ne sont actuellement pas autorisés à faire en Allemagne sera fait : un HTR après l'autre sera construit !

Et personne à Rotgrün ne les empêche de jouer à ce petit jeu. Le 2 février, le ministre de l'Environnement de NRW, Bärbel Höhn, a de nouveau été

à Jülich. Elle ne s'intéressait qu'à la recherche sur les engrais et les agents phytosanitaires. L'énergie nucléaire devrait être un tabou avant les élections de l'État de NRW.

En 2000, un comité interministériel (IMA) composé de représentants du ministère des Affaires économiques, des Finances, des Affaires étrangères et de l'Aide au développement a approuvé les garanties Hermes de la Chine pour promouvoir l'approvisionnement en technologie nucléaire allemande. " Die Zeit " titrait le 16 mars 2000 : " L'Allemagne encourage la Chine à se lancer dans le nucléaire " et concluait en disant : " Tout le monde sait que l'industrie nucléaire lie ses chances de survie à l'entrée en Chine ". Le calcul a fonctionné et la bureaucratie ministérielle rouge-verte aide avec diligence et continue de crier : C'est juste de la recherche en sécurité, de la recherche en sécurité, de la recherche en sécurité ! 

Horst Blume

Le Pakistan a fourni Téhéran

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Dans THTR-RB n° 95, j'ai décrit comment l'élève germano-néerlandais d'Urenco et de Jülich Khan a obtenu des informations et des sources d'approvisionnement pour la construction de centrifugeuses à uranium dans les années 70 et rend maintenant le monde entier dangereux. L'histoire sans fin suit son cours :

« Le gouvernement pakistanais a pour la première fois admis le transfert de technologie nucléaire vers l'Iran par l'ancien chef du programme d'armement nucléaire pakistanais. Abdul Qadeer Khan a livré un système de centrifugation à l'Iran, a déclaré jeudi à Islamabad le ministre de l'Information, Cheikh Rashid Ahmed. l'interrogatoire de Khan par des enquêteurs étrangers ou internationaux a de nouveau conclu Ahmed. Khan est considéré comme le "père de la bombe atomique islamique". à l'Iran, la Libye et la Corée du Nord mais pour ses services, il a été gracié par le président Pervez Musharraf. » (Nouvelle Allemagne, 2004 mars 11)

Accord international HTR

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

« Les États-Unis, le Canada, la France, la Grande-Bretagne et le Japon ont signé lundi un accord à Washington pour développer la dernière technologie nucléaire. Selon le secrétaire américain à l'Énergie Samuel Bodman, les systèmes prévus de la quatrième génération (dont le HTR L'ambassadeur français Jean-David Lévitte a déclaré lors de la cérémonie que les premiers réacteurs de nouvelle génération sont attendus dans 30 ans, et que l'accord est attendu dans les prochains mois signé par l'Argentine, le Brésil, la Suisse, la Corée du Sud et l'Afrique du Sud et l'UE Atomic Agence de l'énergie Euratom." (De : Neues Deutschland, 2 mars 3)

FZ Jülich travaille sur la ligne HTR

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Dans le THTR-RB n° 92 d'août 2004, une liste de 20 travaux de recherche, dans certains cas très étendus, du Forschungszentrum Jülich a été publiée, qui a été enregistrée sous un gouvernement fédéral rouge-vert entre 1998 et 2004. Entre-temps, de nouvelles versions ont été ajoutées et nous n'en avons remarqué qu'une plus ancienne. Voici donc le complément à l'ancienne liste :

2004

Demandez : "Analyse et tests de sécurité HTGR en Allemagne". Actes de l'atelier de l'AIEA sur « Démonstration de sécurité et potentiel commercial des réacteurs refroidis au gaz à haute température », Pékin, Chine. Article dans un livre et un CD-ROM

Kühn, Hinssen, Moormann : « Différences entre le comportement d'oxydation des graphites de matrice d'élément combustible A3 dans l'air et dans la vapeur et sa pertinence sur la progression des accidents dans les HTR ». Actes de l'ICAPP 04, Pittsburg, USA

Moormann, Hinssen, Kühn : « Comportement à l'oxydation d'un graphite à matrice d'élément combustible HTR dans l'oxygène par rapport à un graphite nucléaire standard ». Dans : Nuclear Engineering and Design, 277 (2004), pp. 281-284

2000

Bisplinghoff, Lochny, Fachinger, Brüchner : "Caractérisation radiochimique du graphite du réacteur expérimental de Jülich (AVR)." Dans : Énergie nucléaire, 39 (2000), pp. 311-315

Le THTR après 2009

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Réponse du ministère des transports, de l'énergie et de la planification nationale NRW à nos questions sur le confinement/démantèlement sûr et le financement du THTR après l'année 2009 à partir du 3.1.2005 :

« Ces questions (1 à 4 ; HB) concernent le financement en cours de la facilité THTR restante, qui doit être mis en place dans quelques années. Votre lettre a été transmise au ministère des Finances pour réponse.

Jusqu'à présent, l'autorité d'autorisation nucléaire n'a pas reçu de demande d'autorisation pour modifier de manière significative la centrale résiduelle approuvée, et conformément à l'accord entre le gouvernement fédéral et les sociétés de fourniture d'énergie du 14.6. En 2000, il ne faut pas non plus s'attendre à ce qu'une telle demande soit faite dans un avenir prévisible.

Conformément à l'article 9a, paragraphe 3 de la loi sur l'énergie atomique, le gouvernement fédéral doit mettre en place des installations pour la garde et le stockage définitif des déchets radioactifs. Selon de multiples déclarations du gouvernement fédéral, sur la base de l'accord des partis de la coalition les soutenant le 20 octobre 10, le gouvernement fédéral envisage de mettre en service un dépôt pour tous les types de déchets radioactifs d'ici 19998. Pour l'instant, il n'est pas nécessaire que le gouvernement de l'État décide du maintien de l'enceinte de sécurité agréée ou de la poursuite du démantèlement de l'installation THTR, pour lesquels, comme pour d'autres projets de démantèlement nucléaire, un dépôt disponible serait généralement un mesure.

Il ne suffit pas, comme vous l'avez supposé, de désigner un dépôt, un dépôt pour tous les types de déchets radioactifs doit effectivement être disponible en Allemagne.

Le gouvernement fédéral vise à disposer d'un référentiel opérationnel d'ici 2030 environ. Selon eux, la disponibilité opérationnelle d'un centre de stockage de déchets caloporteurs ne sera même nécessaire que vers 2030 d'un point de vue technique, scientifique et économique. Dans un avenir prévisible, comme vous l'avez supposé, il est peu probable qu'un dépôt correspondant soit disponible en Allemagne avant 2030. Cela signifie que les conditions aux limites qui ont conduit à la décision d'établir un confinement sûr du THTR et le maintien des opérations de surveillance du confinement n'ont pas changé. » Wilfried Hohmann, 15 février 2

Un article sur nos questions était dans le WA le 4 février 2

Incident dans l'installation de stockage nucléaire d'Ahauser :

Grotte de stalactites

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

« Un pressostat défectueux déclenche le système de surveillance. Les initiatives anti-nucléaires se plaignent d'un manque de sécurité : l'entrepôt ressemble à une « grotte de stalactites », les roulettes de déchets nucléaires continuent de rouiller.

Le pressostat défectueux d'un château Castor a déclenché dimanche le système de surveillance de l'installation de stockage intermédiaire d'éléments combustibles d'Ahaus. Cependant, le conteneur nucléaire était parfaitement étanche à tout moment et la radioactivité ne s'était pas échappée, a annoncé mardi la société exploitante "installation de stockage d'éléments combustibles Ahaus". Selon la SARL, la pièce défectueuse a désormais été remplacée en coordination avec les autorités de contrôle. "A aucun moment il n'y a eu de danger", assure Lothar Wittenberg, porte-parole du ministre de l'Energie de Rhénanie du Nord-Westphalie, Axel Horstmann (SPD).

Désormais, les Verts et les initiatives antinucléaires demandent que l'incident fasse l'objet d'une enquête approfondie. "Les responsables de l'installation de stockage provisoire doivent indiquer clairement où se trouvait l'erreur", demande Rüdiger Sagel, porte-parole du groupe parlementaire vert - après tout, des incidents graves se sont produits à plusieurs reprises à Ahaus. "Nous avions déjà des roulettes rouillées."

Les militants antinucléaires s'en chargent également : le hall dans lequel sont stockées les roulettes est « totalement humide », comme « une grotte de stalactites », se plaignent Matthias Eickhoff de l'initiative Résistance aux installations nucléaires basée à Münster et Felix Ruwe de l'anti-nucléaire -Initiative Citoyenne (BI) nucléaire Ahaus en accord. Afin d'assurer le refroidissement des grands conteneurs Castor avec des crayons combustibles, par exemple des centrales nucléaires de Grundremmingen et de Neckarwestheim, le hall devrait être refroidi à l'air. "Et maintenant il pleut par les gros trous."

Pour les gros conteneurs de déchets nucléaires, qui avaient une température extérieure d'environ 100 degrés à leur livraison, l'humidité n'est pas un problème, selon les militants antinucléaires. Actuellement, 305 petites roulettes contenant des éléments combustibles hautement radioactifs provenant du réacteur à haute température au thorium (THTR) déclassé de Hamm sont également stockées à Ahaus - et elles rouillent. Burkhard Helling, président du BI Ahaus, parle de « trous prétendument de la taille d'une plaque ». Les couvercles supérieurs des conteneurs auraient dû être dévissés, sablés et peints par le peintre Ahauser Heuten. Même le porte-parole du stockage intermédiaire, Jürgen Auer, confirme le cœur des problèmes, mais ne veut parler que d'un « éclair de rouille ». Néanmoins, les 305 conteneurs THTR reçoivent actuellement une nouvelle « peinture anticorrosion ».

Cela ne suffit pas pour les initiatives antinucléaires. Ils doutent de l'étanchéité des conteneurs de déchets nucléaires rayonnants : « Après le sablage et la peinture, il n'est plus question du prétendu sceau de précision. (De : TAZ-Ruhr du 10.3.2005 mars XNUMX)

Faire une note de la:

Une manifestation BEZ aura lieu le dimanche 17 avril 2005 à partir de 14h depuis la mairie d'Ahaus. Les agriculteurs veulent participer avec de nombreux tracteurs à la protestation contre le transport Castor de Rossendorf à Ahaus. Ce transport doit avoir lieu immédiatement après les élections de l'État de NRW. Il faut faire beaucoup de pression au préalable pour empêcher ces transports ! Info: www.bi-ahaus.de et le www.wigatom.de

Les Verts de Gronau laissent l'adhésion au parti se reposer !

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Les Verts de Gronau veulent tirer le déclic : dans une lettre, ils ont fait savoir à l'exécutif fédéral et étatique ainsi qu'aux factions parlementaires fédérales et étatiques de Bündnis 90 / Die Grünen qu'ils suspendraient leur adhésion au parti jusqu'à nouvel ordre.

Le contexte est l'approbation accordée par le gouvernement de l'État rouge-vert pour étendre l'usine d'enrichissement d'uranium de 1800 à 4500 tonnes de travail de séparation d'uranium par an. Les Verts ont été choqués d'apprendre l'approbation du journal, écrit Rüdiger Bartels à la direction du parti. Et : Il est donc clair que le site de Gronau favorise massivement l'expansion de l'industrie nucléaire en Allemagne et dans le monde. Bartels et la dizaine de compagnons d'armes de l'association locale de Gronau considèrent l'agrément comme un affront. À ce stade en particulier, nous nous attendions à ce que l'État rouge-vert ou le gouvernement fédéral prenne toutes les mesures possibles pour empêcher politiquement l'expansion de l'usine d'enrichissement d'uranium.

Au lieu de cela, cependant, le permis d'expansion a été accordé sans aucune résistance apparente - une approche que les Verts sur place perçoivent comme une gifle (Bartels) et qu'ils ne considéraient pas comme possible. C'est surtout dans ce contexte que l'association locale a été fondée en 1982 dans le but d'empêcher l'usine d'enrichissement d'uranium.
Bartels poursuit dans la lettre : Nous nous serions attendus à ce que les Verts au niveau des États et au niveau fédéral indiquent clairement au partenaire de la coalition que l'approbation de l'expansion massive de l'usine d'enrichissement d'uranium signifie la guerre et la fin de la coopération. En raison de l'approbation qui a maintenant été accordée, il n'est pas clair non plus comment l'objectif de quitter l'industrie nucléaire en Allemagne et dans le monde peut encore être atteint.

Les Verts de Gronau attendent désormais des réponses plausibles - par exemple aux questions de savoir ce que les Verts pensent de la sortie de l'industrie nucléaire et comment la centrale de Gronau devrait être traitée à l'avenir. Bartels : Ce n'est qu'avec de telles réponses qu'il nous est possible de continuer à représenter la politique verte à Gronauer.
Les alternatives locales veulent donner à leur chef de parti du temps pour des réponses d'ici le 31 mars. Bartels : S'il n'y a pas de réponse d'ici là ou si les réponses ne sont pas satisfaisantes, nous mettrons fin à notre adhésion. (De : Westfälische Nachrichten du 18 février 2)

SPD : Cynisme dans l'expansion de la SAU

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Les initiatives anti-nucléaires du Münsterland réagissent avec une grande indignation aux déclarations des rangs du groupe parlementaire SPD à Düsseldorf concernant l'extension de l'usine d'enrichissement d'uranium (UAA) à Gronau, qui a été approuvée en février.

Werner Bischoff, porte-parole du groupe parlementaire pour la politique économique, avait déclaré dans une interview à un journal pour le SPD, entre autres, que "l'expansion à Gronau n'ébranlera pas du tout la sortie". Il a également déclaré que le NRW-SPD se préoccupait uniquement de créer jusqu'à 150 emplois.
Nous considérons ces déclarations comme stupides et cyniques de deux manières. D'une part, c'est une contradiction évidente que de décider de sortir progressivement de l'énergie nucléaire à Berlin puis d'agrandir une installation nucléaire à Gronau qui sert uniquement à approvisionner les centrales nucléaires du monde entier en combustible nucléaire. Quiconque veut sortir du nucléaire ne doit pas investir dans l'avenir de l'énergie nucléaire.

Car l'extension de la SAU est destinée à couvrir, entre autres, le besoin de nouvelles centrales nucléaires à l'avenir. Quiconque annonce officiellement sa sortie chez lui, mais veut faire de bonnes affaires avec l'énergie nucléaire à l'étranger, agit simplement de manière mensongère. D'un autre côté, la technologie de l'enrichissement de l'uranium est d'une importance militaire exceptionnelle. La bombe atomique a déjà été construite au Pakistan avec la technologie de la société d'exploitation UAA Urenco. L'Iran est accusé de vouloir utiliser cette technologie pour construire sa propre bombe atomique. C'est pourquoi l'Agence internationale de l'énergie atomique travaille avec l'ONU et au nom des États-Unis pour mettre en œuvre un moratoire mondial sur l'enrichissement d'uranium.
La déclaration du SPD selon laquelle il s'agit d'emplois à Gronau est cynique dans ce contexte. Évidemment, le SPD ne se soucie pas de ce qui est produit dans la SAU de Gronau et de qui est approvisionné en combustible nucléaire. Alors que la politique industrielle ratée du NRW-SPD a perdu des milliers et des milliers d'emplois en NRW au cours des dernières décennies, les 150 nouveaux sont à ajouter
Emplois à Gronau les statistiques du chômage NRW de plus de 1 million de chômeurs belle. C'est un point bas absolu, même pour le SPD, lorsqu'il s'agit de justifier sa politique en faveur du nucléaire.

Au vu d'une telle politique nucléaire, on ne s'étonne pas que le SPD soit clairement en retard dans les sondages électoraux. Les habitants du Münsterland doivent reconnaître qu'un gouvernement d'État dirigé par le SPD cimente l'avenir des installations nucléaires de Gronau et d'Ahaus. Le SPD prévoit également d'amener de nouveaux transports Castor de Dresde à Ahaus fin mai. Personne ne devrait voter pour un parti qui a une politique aussi effrontée contre son propre peuple.
Nous appelons donc à d'intenses protestations contre les projets nucléaires du gouvernement rouge-vert à Gronau et Ahaus dans les semaines et les mois à venir afin de promouvoir la sortie du nucléaire dans le Münsterland. (6 mars 3) 

Signataire: 

BI "Pas de déchets nucléaires à Ahaus", résistance contre les centrales atomiques (WIGA) Münster, alliance d'action Münsterland contre les centrales atomiques, peuple contre les centrales atomiques (MEGA) Waltrop

Chers lecteurs!

C'est la campagne électorale de l'État de NRW. J'aime donner ma conférence « Exportation HTR de Rhénanie du Nord-Westphalie partout dans le monde » non seulement à Münster et à Hamm, mais aussi dans d'autres endroits. 

Horst Blume

***


haut de pageFlèche vers le haut - Jusqu'en haut de la page

***

Appel aux dons

- Le THTR-Rundbrief est sponsorisé par le 'BI Environmental Protection Hamm e. V. ' émis et financés par des dons.

- Le THTR-Rundbrief est entre-temps devenu un support d'information très remarqué. Cependant, il y a des coûts permanents en raison de l'expansion du site Web et de l'impression de fiches d'information supplémentaires.

- Le THTR-Rundbrief recherche et rapporte en détail. Pour que nous puissions le faire, nous dépendons des dons. Nous sommes heureux de chaque don!

Les dons représentent:

BI protection de l'environnement Hamm
Objet : circulaire THTR
IBAN : DE31 4105 0095 0000 0394 79
BIC : WELADED1HAM

***


haut de pageFlèche vers le haut - Jusqu'en haut de la page

***

GTranslate

deafarbebgzh-CNhrdanlenettlfifreliwhihuidgaitjakolvltmsnofaplptruskslessvthtrukvi
rb-140-titre-image.jpg