La faillite du réacteur - THTR 300 Les newsletters du THTR
Études sur THTR et bien plus encore. La liste de répartition THTR
La recherche HTR L'incident du THTR dans le "Spiegel"

Les newsletters THTR de 2009

***


        2021 2020
2019 2018 2017 2016 2015 2014
2013 2012 2011 2010 2009 2008
2007 2006 2005 2004 2003 2002

***

Bulletin THTR n° 129, décembre 2009


contenu:

A la mort de Théo Hengesbach

Duisburg, Mühlheim, Essen - l'industrie nucléaire de la Ruhr veut faire disparaître les déchets du Münsterland.

Les expositions de résistance THTR dans le cadre de la Capitale européenne de la culture RUHR.2010 sont d'une grande actualité !


A la mort de Théo Hengesbach

Théo HengesbachTheo Hengesbach est décédé le 15 novembre 2009 à l'âge de 55 ans après une longue période de cancer. Il a été l'un des co-fondateurs des initiatives citoyennes contre les centrales nucléaires dans les régions de Hamm et Dortmund et les a façonnées de manière significative pendant de nombreuses années par son exemple prudent, amical et persistant. Il nous a fait découvrir le maniement des actions non-violentes et la désobéissance civile.

À Dortmund, il a emprunté des voies complètement nouvelles dans le travail communautaire. En tant que travailleur social au Kreuzviertel, il a fait campagne pour les droits des personnes âgées et a influencé pendant des décennies la politique nationale et fédérale dans le domaine du travail pour les personnes âgées. En 2000, Theo a été nommé à la conférence régionale des seniors par le ministère responsable de NRW. Il a reçu de nombreux prix pour son engagement. Son objectif n'était pas des soins condescendants, mais une vie indépendante dans la vieillesse et une plus grande participation des personnes âgées à tous les niveaux. Une importante source d'inspiration pour lui était la vie et l'œuvre du Mahatma Gandhi. Il nous a transmis ses connaissances - non avec un zèle missionnaire, mais comme une offre désintéressée que nous avons acceptée avec plaisir.

Tout a commencé par une annonce personnelle dans le numéro 17 du magazine "Graswurzelrevolution" en 1975 pour trouver des partisans contre les centrales nucléaires. Theo Hengesbach et une partie de l'Action non-violente Arnsberg se sont préparés à déménager à Dortmund dans le but d'étudier. Ils ont traité des dangers des centrales nucléaires et se sont dirigés directement vers la « fosse aux lions ». Dortmund était le siège de United Electricity Works, qui était responsable de la construction du réacteur à haute température de thorium (THTR) à Hamm. La révolution populaire a été lue dans le groupe de marteaux de la Société allemande de la paix - Opposants du service de guerre unie (DFG-VK) et très vite, il y a eu un échange de vues personnel intensif.

Quelques semaines plus tard, avant que l'initiative citoyenne pour la protection de l'environnement ne soit effectivement fondée, nous nous promenions dans le centre-ville de Hammer avec cinq personnes et un cadre squelette de quatre mètres de haut, des affiches et des dépliants. On m'a donné un appareil photo et j'ai pris des photos car il n'y avait ni photographe ni journaliste pour le samedi matin. Deux jours plus tard, presque toute la presse de la Ruhr titrait "Pour la première fois, une manifestation de rue contre la centrale nucléaire d'Uentrop".

Désormais, tout est allé très vite. Les initiatives citoyennes étaient à l'époque un phénomène nouveau dont nous ne savions pas grand-chose. Il a fallu mettre en place de nouvelles structures et expérimenter de nouvelles formes d'action. Théo n'a pas seulement emporté dans sa valise les papiers et les brochures des groupes de citoyens badois-alsaciens, qui étaient un an ou deux avant nous. Mais aussi des livres de Gandhi, Tolstoï et Kropotkine "Mutual Aid". Ce dernier titre indiquait déjà à l'époque qu'il ne s'arrêterait pas à des appels abstraits, mais qu'un travail communautaire orienté vers la pratique remplirait sa vie future.

Théo s'est préparé méticuleusement avec nous à notre première occupation en 1976. À côté du coûteux centre de propagande atomique du VEW à Uentrop, nous n'avons pas simplement installé notre tente d'information après que la clôture en fil de fer barbelé a été surmontée. Au lieu de cela, il y avait une feuille de préparation spéciale pour chacun des plus d'une centaine de « squatters » avec des recommandations d'action : soyez toujours ouvert à une conversation amicale - et restez ferme. Une fiche pour la police : Nous sommes non-violents et souhaitons vous aussi vous protéger de la radioactivité. En plus, une feuille supplémentaire pour les journalistes dans laquelle le contexte de l'action a été expliqué. Et pour les spectateurs curieux il y avait un grill à saucisses à côté de la tente d'information (chers végétariens, nous vous demandons votre indulgence...).

Il nous a montré comment s'exprimer dans les communiqués de presse et les conversations de manière à ce que la plupart des gens puissent comprendre et comprendre ce que nous faisions. Patiemment explicatif, poli, mais aussi emphatique et déterminé. Faire de même n'était pas toujours facile, c'était souvent épuisant. Dans les années qui ont suivi, de nombreux autres groupes et partis politiques ont tenté de nous coopter en tant qu'initiative citoyenne ou de nous imposer certaines actions (pseudo-) militantes ou un style de langage verbalement radical.

Théo, en revanche, était une personne complètement différente. Il était agréablement réservé et prévenant. Avec lui, beaucoup d'entre nous ont considéré la « joie débridée d'une activité passionnante » (Gandhi) d'un œil critique et ont essayé de garder l'esprit clair face au battage médiatique de Brokdorf qui était répandu à l'époque. A quoi bon des dizaines de milliers de personnes ont parcouru des centaines de kilomètres pendant quelques heures jusqu'aux prétendus points de cristallisation de la résistance antinucléaire, mais devant leur propre porte d'entrée, elles n'ont rien bougé ni changé ?

Lorsque dix ans plus tard, en 1986, l'incident majeur du THTR inquiéta les habitants de la région, les "agriculteurs et consommateurs contre le nucléaire" insistèrent sur leur droit de résister aux blocus et aux occupations de manière non-violente, tout comme ils le voulaient eux-mêmes - et a eu du succès après trois ans. Pour certains autres membres du mouvement antinucléaire, notre attitude « citoyenne » était trop ennuyeuse, pas assez révolutionnaire et assez spectaculaire. Lorsque nous avons dû écouter ces accusations amères encore et encore, j'ai souvent repensé aux premières années, lorsque Theo a enduré des attributions similaires avec sérénité et la certitude que des décennies plus tard, sur la base des faits, l'histoire portera un jugement objectif.

Theo nous a envoyé des centaines (!) de lettres avec des coupures de journaux, des encouragements, des suggestions et des propositions de stratégie à Hamm - il n'y avait ni internet ni boîte aux lettres dans les années 70 et 80. Dans "Info pour les organisateurs non-violents", le magazine plus interne des révolutionnaires de base, il a analysé le développement de la résistance contre le THTR dans une série d'articles sur 19 numéros. Des articles spécialisés dans « Action non-violente » de l'Union pour la réconciliation ont été ajoutés. Même si les combattants de la clôture méprisaient le petit BI non-violent discret de Hamm - les chercheurs de la paix et les travailleurs du mouvement ont évalué nos expériences et nos expériences avec l'aide des rapports critiques de solidarité de Theos avec un grand intérêt.

Theo a écrit sur ses expériences à Hamm et Dortmund dans les magazines "Nonviolent Action" (Association de réconciliations) et "Umweltmagazin" (Association fédérale d'initiatives citoyennes pour la protection de l'environnement). Avec sa brochure de 77 pages "Civil Disobedience and Democracy" en 1979, il est intervenu dans le débat sur les formes de résistance. La publication de 56 pages "Electricity Money Refusal", qui a été publiée avec Michael Schweizer, a façonné toute une génération d'activistes non-violents. Avec cet acte de désobéissance bien pensé et médiatisé, l'industrie nucléaire a été mise sous pression massive dans des dizaines de villes (voir article suivant).

Lorsque le congrès international de l'uranium a eu lieu à Dortmund en 2007, Theo est passé nous voir et participer à un mouvement puissant qu'il a contribué à mettre en branle il y a 34 ans. Il est incroyablement triste qu'il ne puisse pas voir les prochaines décennies.

D'autres avis de décès pour Theo Hengesbach se trouvent dans Grassroots Revolution n° 345 (janvier 2010) et sous www.kreuzviertel-verein.de à trouver.

Boycott des paiements d'électricité : avec patience et crachat...

En mai 1978, la campagne non-violente pour la protection de l'environnement décide de commencer à organiser le refus de l'argent de l'électricité. Il y avait de nombreuses raisons à cela, car VEW avait un total de quatre centrales nucléaires en exploitation, en construction ou en projet sur deux sites. En outre, VEW est membre de la Société allemande pour le retraitement des combustibles nucléaires, qui est responsable de la construction de l'installation de stockage provisoire des déchets nucléaires à Ahaus et de l'usine de retraitement à Gorleben.

Pendant environ six mois, il y a eu de l'organisation, du matériel a été développé, des dépliants ont été distribués, des groupes et des individus ont été adressés. Lors de la première assemblée générale du 1er décembre 1978, il a été décidé que les 100 ménages à ce jour commenceraient avec le refus de 1979 % en 10. Avant cela, les participants voulaient écrire des justifications pour leur boycott et remettre ces lettres au VEW lors d'un événement avant Noël.

Cadeau de Noël pour VEW

C'était trois jours avant la veille de Noël lorsqu'un petit cortège de démonstration, d'environ 30 personnes, s'est rendu au siège de VEW.

Alors qu'il y avait encore de nouveaux textes écrits sur l'énergie nucléaire et le refus de payer l'électricité joués sur les mélodies d'anciens chants de Noël, un Père Noël a été aperçu à vélo, qui s'est immédiatement tourné vers les manifestants. N'est-ce pas le VEW ? Oui! Il était ici pour la première fois et a dû regarder dans son livre d'or pour voir quelles bonnes actions le VEW avait faites au cours de l'année écoulée. Mais qu'est-ce que c'était ? Il n'y avait pas de bonnes actions enregistrées dans le livre d'or ! En revanche, la liste des méfaits du livre noir n'en était que plus longue ; le refus de payer l'électricité semblait être nécessaire comme un petit coup de pouce pour aller mieux, et alors que des chansons étaient encore chantées à l'extérieur, une délégation du VEW a apporté les lettres mentionnées ci-dessus. Les représentants de VEW qui nous ont reçus n'étaient pas particulièrement sympathiques, mais sans plus tarder, ils ont correctement accusé réception du courrier de Noël. Le soir et le lendemain, la joie était grande : la télévision apportait un très bon reportage sur l'action et le décor, la presse régionale rapportait avec bienveillance, parfois très abondamment dans la partie suprarégionale, de sorte que cette action était parmi les meilleures en termes de presse, ce qui s'est passé dans le domaine de la protection de l'environnement à Dortmund ces dernières années.

Déjà lors de la première assemblée générale, il a été décidé de mener une action de dépôt commune le 1er février 1979 afin de montrer clairement le début de l'action à Dortmund. Contrairement à la campagne de Noël, cette fois nous n'avons pas annoncé notre venue au VEW.

Promotion de dépôt

Nous nous sommes réunis peu avant midi, toujours avec environ 30 à 40 personnes, devant le centre client VEW au centre-ville, décoré de banderoles et de sandwichs. Mais lorsque les refus d'électricité prêts à payer ont voulu payer dans leurs 90 %, les portes du VEW ont été verrouillées. Des porteurs incertains et des employés de VEW nous ont clairement fait savoir que nous ne serions pas autorisés à entrer. Même une tentative de communication à l'aide d'un mégaphone à travers la porte vitrée a été brusquement rejetée. Notre offre que les participants entrent dans le bâtiment individuellement et non ensemble n'a pas non plus été acceptée. Nous n'avions donc pas d'autre choix que d'organiser un programme de divertissement interne et de parler aux passants et aux autres clients VEW qui se sont retrouvés par la porte arrière du bâtiment VEW.

La situation n'a changé que lorsqu'une voiture de police appelée par le VEW est arrivée. Nous avons vu les agents parler aux employés de VEW, puis ils sont venus vers nous, se sont seulement plaints du son de la trompette d'un manifestant (violation de l'Immissionsschutzgesetz), et soudain Sesam s'est ouvert. Ceux qui refusaient de payer l'électricité ont été autorisés à entrer individuellement et à payer leurs 90 %. La Westfälische Rundschau a rapporté à juste titre : « VEW a fermé la caisse pour ceux qui refusaient de payer l'électricité : ce n'est qu'après l'intervention de la police que tout le monde a été autorisé à payer individuellement. »
La raison du changement d'avis de VEW était probablement qu'ils étaient en défaut d'acceptation. Cela aurait signifié que nous n'aurions pas été obligés de faire une autre tentative pour payer l'argent, mais que le VEW aurait plutôt dû récupérer les 90 % offerts par chaque ménage. Cela leur a épargné les visites à domicile, mais a dû accepter l'inconvénient d'ouvrir la caisse une heure de plus que d'habitude en raison du retard. Le gardien de VEW nous a alors admis que toute l'affaire aurait pu être moins excitante si nous avions été autorisés à entrer immédiatement. Cependant, le comportement du VEW a eu un effet positif sur nous, tant au niveau de la presse qu'au niveau de l'adressage aux passants. Dynamique des actions non-violentes : la répression frappe ceux qui la pratiquent.

Stroboscope de tous les jours

En plus de ces actions spectaculaires, un gros travail de détail est bien entendu effectué ici. Ceci s'applique avant tout au recrutement des participants, où nous accordons plus d'importance aux discussions personnelles avec les individus et les groupes qu'aux grands tirages de brochures. Afin de garder les participants ensemble et de développer un travail en commun, il y a eu une fête et la mise en place de groupes de travail, ce qui devrait permettre de tirer le meilleur parti des processus par une argumentation factuelle. Entre-temps, le groupe organisationnel connaît également une plus grande popularité.
A la mi-mars 1979, environ 135 ménages avaient transféré plus de 1000 90 DM sur le compte en fiducie, quelques transferts étant ajoutés chaque semaine. VEW a envoyé des rappels en réponse, mais les a déclarés faits lorsque le refusant concerné a appelé VEW et a expliqué pourquoi il n'avait payé que XNUMX %. Selon nos informations, les avocats de VEW réfléchissent encore à leur propre approche. Pour notre part, nous déclarons que nous attendons les procès et que nous sommes prêts à y mener une contestation argumentative avec le VEW.

Théo Hengesbach

De : Révolution populaire n° 41, mai 1979

Duisbourg, Mühlheim, Essen :

L'industrie nucléaire de la Ruhr veut faire disparaître les déchets du Münsterland.

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Depuis la fermeture des centrales nucléaires de Hamm, Würgassen et Jülich, la NRW n'a pratiquement plus rien à voir avec l'industrie nucléaire depuis longtemps ? -- Même pas près !

Les héritages nucléaires provoquent des dangers au milieu de la Ruhr, là même dans les zones résidentielles. Non seulement les 152.000 XNUMX éléments combustibles radioactifs du mini-THTR de Jülich, mais aussi des matières radioactives légères et moyennement radioactives de Duisbourg doivent être amenés à l'avenir dans l'installation de stockage provisoire d'Ahaus.

Presque personne ne connaît la GNS (Society for Nuclear Service) et encore moins la centrale de traitement des déchets nucléaires GNS de Duisburg-Wanheim. L'installation nucléaire est directement adjacente à une zone résidentielle et est située à mi-chemin de Jülich à Ahaus. Le 14 novembre 2009, dans le cadre de l'approbation de nouveaux déchets nucléaires, la taz a signalé à Ahaus que ces déchets nucléaires « de faible et moyenne activité » selon le GNS seraient entre autres pressés dans l'usine de conditionnement de Duisbourg, afin qu'ils peut être stocké. Le GNS utilise, entre autres, des conteneurs dits Mosaic II, dans lesquels sont emballés des déchets nucléaires hautement irradiés provenant du cœur des cœurs des réacteurs. Même vides, les containers pèsent une bonne dizaine de tonnes.

Entre-temps, on a appris qu'au début de 2009, des déchets nucléaires indiens étaient stockés à Duisbourg pendant « six mois ». De plus, le GNS est autorisé à stocker temporairement ses déchets nucléaires comprimés dans les locaux de l'usine pendant « deux à quatre ans », selon le Rheinischer Post (source : Europaticker).

Le Rheinische Post a écrit le 30 novembre 11 : « La Gesellschaft für Nukleartransporte, fondée en 2009, est devenue la Gesellschaft für Nuklear-Service (GNS) en 1974. La succursale au sud de Duisburg est l'un des nombreux sites comme Essen, Jülich , Mülheim ou Ahaus Les domaines d'activité de la société comprennent les services de gestion des déchets pour les centrales nucléaires, la maintenance, la réparation et le démantèlement des installations nucléaires, l'élimination du combustible et l'exploitation des installations de stockage provisoire des déchets radioactifs.GNS a loué un local à Wanheim en 1977. 1985 employés prendre soin de la rue Friemersheimer sur le site industriel de la Sona-Präzisionsschmiede à Wanheim afin de garantir que les matériaux contaminés radioactivement soient nettoyés et préparés pour l'installation de stockage provisoire de Gorleben et, désormais, également pour Ahaus. »

GNS est une filiale des groupes nucléaires (48% EON, 28% RWE, plus EnBW + Vattenfall). En NRW, GNS exploite également un système de conditionnement supplémentaire pour le démantèlement de la centrale nucléaire de la centrale nucléaire désaffectée de Würgassen sur la Weser. GNS est également fortement représenté à Jülich (par exemple avec l'un des trois points de collecte de l'État de Basse-Saxe (!)) et est impliqué dans la construction du système de vitrage à Karlsruhe (source: Europaticker).

La forte représentation de l'industrie nucléaire dans la région de la Ruhr ressort clairement du communiqué de presse du GNS du 4 décembre 12, dans lequel est annoncé le déménagement du siège du GNS à Essen-West en 2009. Au moins 2011 personnes sont employées au siège social.

Le Rheinische Post cite le porte-parole du GNS, Michael Köbl, comme suit : "Nous sommes actifs à Duisbourg depuis 1985. Depuis lors, il y a eu des transports constants. Rien ne changera pour Duisbourg", a-t-il déclaré hier lorsque notre journal a demandé notre journal. Pour autant qu'il sache, deux transports de substances faiblement ou moyennement contaminées ont lieu chaque semaine à travers l'Allemagne.

Dans un communiqué de presse, les initiatives citoyennes contredisent les tentatives de Köbl pour le minimiser : « Apparemment, l'extension de l'usine de conditionnement entraînera à moyen terme des problèmes de capacité pour le stockage des déchets nucléaires comprimés. Comme la quantité de stockage sur site est limitée , Ahaus doit maintenant servir de tampon intermédiaire avant le stockage définitif prévu à partir de 2014. Ainsi, à notre avis, cela explique la limitation inhabituelle du permis de mise en place d'Ahauser à un maximum de dix ans ", a expliqué Felix Ruwe de BI " Pas de déchets nucléaires à Ahaus".

« L'industrie nucléaire étouffe dans ses propres déchets nucléaires. Ahaus est censée devenir le bassin de collecte de la montagne de déchets nucléaires en croissance rapide. Il y aura des gens à Ahaus et à Duisbourg, où les déchets nucléaires s'accumulent déjà. Duisbourg sera particulièrement touchée par les transports nucléaires prévus. Que ce soit par camion ou par train - dans les deux cas le nucléaire Les déchets circuleront au milieu de zones résidentielles animées. En revanche, ce sera aussi à Duisbourg Il y a des protestations, car Duisbourg va devenir une plaque tournante des déchets nucléaires », a déclaré Willi Hesters de l'alliance d'action du Münsterland contre les installations nucléaires.

Les demandes d'agrément de 2006 conteneurs de transport au départ de La Hague (France) sont en cours à l'Office fédéral de radioprotection depuis 150. Le transport de ces conteneurs vers l'entrepôt intermédiaire d'Ahaus débutera dans les prochaines années. 11.11/2009 En XNUMX, la mise en place des déchets radioactifs de moyenne et faible activité issus de l'exploitation et le démantèlement des anciennes installations nucléaires ont été approuvés. Ces transports pourraient commencer à rouler cette année.

Et les exploitants de l'installation de stockage d'éléments combustibles Ahaus de Jülich souhaitent également stocker davantage de roulettes à Ahaus. Le processus d'approbation pour le stockage de nouveaux déchets nucléaires à Ahaus est complètement fermé au public.

Les expositions de résistance THTR dans le cadre de la Capitale européenne de la culture RUHR.2010 sont d'une grande actualité !

haut de pageJusqu'en haut de la page - www.reaktorpleite.de -

Les préparatifs de l'exposition sur le thème du changement structurel dans la région de la Ruhr, qui doit être présentée dans le contexte du nouveau RuhrMuseum sur le terrain du Zeche Zollverein à Essen, ont commencé dès 2007. Cette exposition permanente fait partie intégrante des activités de la Capitale européenne de la culture RUHR.2010.

L'initiative citoyenne pour la protection de l'environnement à Hamm est représentée par deux expositions. L'un est un dépliant de 1990, sur lequel est annoncée une conférence du conférencier du BI Ahaus à Hamm. Il porte le titre "THTR-Müll: Juste loin de Hamm ?!"

THTR boules de crottes de cheval

Il contient une caricature du dessinateur westphalien d'Anzeiger Fritz Brümmers, qui dépeint les éléments combustibles radioactifs du "Gaules" THTR, qui s'étend à quatre pattes de lui-même, comme des crottes de cheval que personne ne veut plus avoir.

La deuxième exposition consiste en une affiche qui fait référence à la randonnée de trois jours en tracteur des « agriculteurs et consommateurs contre l'énergie atomique » à travers la région de la Ruhr à partir du 10 juillet 1986.

Trecker Trek 1986

Quelques semaines après l'incident du THTR et la catastrophe de Tchernobyl, les agriculteurs ont conduit leurs tracteurs dans une randonnée sensationnelle avec des arrêts et des rassemblements à Dortmund et à Essen jusqu'à la capitale de l'État de NRW, Düsseldorf, pour faire pression sur la fermeture du THTR à Hamm.

Ces expositions montrent aux visiteurs du RuhrMuseum qu'il y a eu une résistance sérieuse et finalement réussie à la technologie du risque nucléaire dans la région de la Ruhr. Vous êtes au niveau dit 6 mètres de la station de lavage de charbon dans la section "Histoire" (qui commence avec l'industrialisation de la région de la Ruhr), chapitre "Changement de structure", thème "Crises et protestations", qui traite de la crise énergétique, entre autres.

Les deux expositions ne sont en aucun cas un retour nostalgique sur le passé, mais sont d'une grande actualité : les éléments combustibles THTR représentés par le dessinateur Brümmer seront peut-être encore envoyés dans un voyage risqué cette année 2009, mais certainement 2010. Peut-être à travers la Ruhr. Ce sont les 152 300.000 billes stockées dans XNUMX conteneurs à roulettes du petit THTR du centre de recherche de Jülich qui doivent être transportées vers Ahaus.

Le dimanche 20 décembre 2009 à 14 heures, une manifestation organisée au niveau national contre les transports prévus de déchets nucléaires aura lieu devant l'installation de stockage provisoire d'Ahaus. À l'occasion de l'anniversaire de Tchernobyl le 24 avril 2010, Ahaus a déjà été sélectionné comme l'un des trois sites de démonstration à l'échelle nationale.

Des représentants de BI Hamm ont été invités par le RuhrMuseum à participer à la cérémonie d'ouverture de l'exposition le 9 janvier 2010. Lorsque le Premier ministre Jürgen Rüttgers, le Lord Mayor et des représentants du gouvernement fédéral y prononceront les mots de bienvenue, le mouvement antinucléaire sera également présent. Mais cela fait 35 ans, car c'est l'âge de Hammer BI l'année prochaine.

***


haut de pageFlèche vers le haut - Jusqu'en haut de la page

***

Appel aux dons

- Le THTR-Rundbrief est sponsorisé par le 'BI Environmental Protection Hamm e. V. ' émis et financés par des dons.

- Le THTR-Rundbrief est entre-temps devenu un support d'information très remarqué. Cependant, il y a des coûts permanents en raison de l'expansion du site Web et de l'impression de fiches d'information supplémentaires.

- Le THTR-Rundbrief recherche et rapporte en détail. Pour que nous puissions le faire, nous dépendons des dons. Nous sommes heureux de chaque don!

Les dons représentent:

BI protection de l'environnement Hamm
Objet : circulaire THTR
IBAN : DE31 4105 0095 0000 0394 79
BIC : WELADED1HAM

***


haut de pageFlèche vers le haut - Jusqu'en haut de la page

***

GTranslate

deafarbebgzh-CNhrdanlenettlfifreliwhihuidgaitjakolvltmsnofaplptruskslessvthtrukvi
laurenz-m.jpg