éthique de la recherche

26 mars 2014

La recherche THTR en NRW continue !

Horst Blume

Dans l'émission télévisée WDR "Markt" du 17 mars 2014, il a été révélé que le cours du développement ultérieur des réacteurs à haute température (RHT) avait de nouveau été tracé au Centre de recherche de Jülich (FZJ) et au RWTH Aix-la-Chapelle.

Le petit réacteur de recherche de Jülich et le THTR 300 de Hamm-Uentrop ont dû être arrêtés en 1988 et 1989 après de nombreuses pannes et incidents. Malgré la « sortie du nucléaire » et la catastrophe du réacteur de Fukushima et malgré les lacunes de sécurité dévastatrices de cette ligne de réacteurs, l'État de Rhénanie du Nord-Westphalie et le gouvernement fédéral ont dépensé plusieurs millions d'euros pour son développement ultérieur pendant des décennies (! ). Nous l'avons documenté en détail de manière continue dans les numéros de la circulaire THTR (voir note ci-dessous).

Aujourd'hui, le lobby nucléaire dans les entreprises politiques, scientifiques et énergétiques a franchi une nouvelle étape. Le conseil de surveillance du FZJ, dans lequel le gouvernement rouge-vert de Rhénanie du Nord-Westphalie est également représenté avec un siège et un vote, a approuvé fin 2013 que le fanatique du réacteur à lit de galets parraine le professeur Hans-Josef Allelein (né en 1952 ) pourrait continuer à travailler pendant cinq ans jusqu'à ce que sa ligne de réacteur HTR à la retraite puisse faire des recherches ! En conséquence, ce fan atomique apparaît également avec audace dans l'émission : Personne ne peut plus rien me faire !

L'incapacité ou la réticence du gouvernement de l'État de NRW et du gouvernement fédéral pendant une décennie à empêcher la recherche sur les réacteurs Pleiter est vraiment unique ! Il est grand temps d'examiner dans quelle mesure certaines personnes peuvent être tenues pour responsables d'infractions manifestes aux décisions et lois applicables.

Il est particulièrement intéressant de noter qu'à Jülich et Aix-la-Chapelle, les capacités et les ressources financières ne sont pas investies dans l'éventuelle "élimination" inoffensive des grandes quantités de déchets nucléaires radioactifs HTR et dans la sécurisation des ruines des réacteurs radioactifs, mais dans des calculs et des recherches pour la construction de nouveaux HTR en Chine, en Inde ou même dans l'UE.

Nous documentons ici l'article très intéressant sur la contribution à l'émission WDR "Markt" du 17 mars 2014 :

Recherche atomique : poursuivre le développement au lieu de l'élimination ? Recherche controversée à Jülich

Il devrait arriver en 2022 : la sortie du nucléaire. Nous le savons aussi au Forschungszentrum Jülich. Voici une installation nucléaire contaminée aux rayons bêta. Une des questions qui se pose maintenant est : que faire des assemblages combustibles ? Mais apparemment, Jülich travaille également au développement d'une technologie nucléaire controversée.

Le réacteur expérimental de Jülich est un échec.

Catastrophe scientifique : réacteur à haute température à Jülich

Un réacteur d'essai a fonctionné pendant 20 ans au Forschungszentrum Jülich, dans lequel des températures de plus de 1000 ° ont été générées à l'aide d'éléments combustibles sphériques - l'espoir d'une énergie nucléaire sûre. Mais le rêve a éclaté après de nombreuses failles de sécurité et incidents. En 1978, des quantités importantes de strontium 90 et de tritium se sont échappées du réacteur dans le sol et les eaux souterraines. Ces deux substances peuvent provoquer une leucémie, et le strontium 90 peut également provoquer un cancer des os. Malgré cela, le réacteur a continué à fonctionner, à une température beaucoup trop élevée. La fermeture définitive a eu lieu il y a 26 ans. Après cela, Jülich a longtemps été "l'installation nucléaire au monde la plus fortement contaminée par des rayons bêta comme le strontium 90", reconnaissait l'exploitant lui-même en 2000.

Le professeur Hans-Josef Allelein est directeur d'institut au Centre de recherche de Jülich ainsi qu'à l'Université technique d'Aix-la-Chapelle. Malgré les incidents, il est impressionné par la technologie : « En Allemagne, vous n'aurez certainement pas besoin d'un réacteur à lit de galets dans les 30 prochaines années. Ce ne sera pas non plus économique. Mais, comme pour de nombreuses technologies, la question est de savoir si vous prenez le le temps maintenant et cela se développe et explore ensuite également le potentiel », explique le scientifique.

Coûts de démantèlement énormes

Il y a beaucoup de problèmes aigus. Que faire des assemblages combustibles ? Elles sont stockées dans 152 roulettes, stockées dans un bâtiment léger fait de métal et de tôle. Les coûts de démantèlement du réacteur sont considérables et la fin n'est pas en vue. Selon les informations du ministère fédéral de l'Éducation et de la Recherche (BMBF), un total de 2012 millions d'euros d'impôts ont été versés dans le démantèlement depuis la fermeture, auxquels s'ajoutent 651 million d'euros supplémentaires de frais d'exploitation courants par mois. Le chimiste et expert en sécurité Rainer Moormann a travaillé au centre de recherche de Jülich pendant 1,3 ans. Entre-temps, il est devenu un critique acerbe : « Les coûts ne peuvent pas du tout être estimés pour le moment. Car vous ne savez pas où se trouve le strontium et dans quelle mesure il s'y est répandu. conteneur, le moût est maintenant rempli de béton afin que la radioactivité soit liée, il doit être traité dans 35 ans ou plus tard, ou il doit être éliminé ou démantelé dans son ensemble. C'est une tâche énorme. "

Comment éliminer les déchets nucléaires de Jülich ? Problèmes d'élimination importants

Le réacteur est maintenant démantelé par la société fédérale Energiewerke Nord - avec des obstacles majeurs : à maintes reprises, il y a eu des retards parce que, selon le BMBF, la « complexité de ce travail a été sous-estimée dans la planification initiale » et la « contamination des composants" n'a pas pu être évalué ou l'est. L'héritage atomique transparaît : 300.000 XNUMX éléments combustibles sphériques à l'uranium hautement enrichi. Les conteneurs à roulettes sont au-dessus du sol. La salle est une installation de stockage provisoire, actuellement sans permis. Rainer Moormann considère tout cela comme une « débâcle totale ». Il reproche à Jülich de ne pas avoir abordé les nombreuses questions ouvertes et les travaux et mesures préparatoires nécessaires à l'élimination des éléments combustibles.

Avancement controversé de la technologie du lit de galets

Cependant, la recherche sur l'élimination n'est pas le sujet du professeur Allelein. Malgré la sortie du nucléaire, les recherches et les calculs se poursuivent. Nous avons des articles avec lesquels le professeur Allelein a donné une conférence en 2013. Calculs compliqués - compréhensibles uniquement pour les scientifiques. De toute évidence, il s'agit du développement ultérieur de la technologie du lit de galets. Allelein déclare : « Nous avons les programmes informatiques appropriés et nous les développons davantage, les mettant à la disposition des parties intéressées. Nous avons un intérêt mondial : les Chinois en particulier sont intéressés. Ils construisent actuellement un tel réacteur à lit de galets et ils utilisent également notre savoir-faire."

Malgré les incidents, le professeur Hans-Josef Allelein est impressionné par la technologie du lit de galets.

La plupart des collègues de l'industrie voient cela d'un œil critique, y compris l'expert nucléaire Michael Sailer de l'Ökoinstitut de Darmstadt. "Le réacteur à lit de galets est plus compliqué et plus cher et n'a pas encore prouvé son utilité dans la pratique. La plupart des gens qui traitent de la technologie nucléaire le voient de cette façon. C'est pourquoi il n'y a pratiquement aucun projet dans le monde dans lequel le concept est poursuivi plus loin ", ainsi le chimiste.

Recherche avec l'argent des contribuables

Et pourtant, l'argent des impôts afflue : le ministère fédéral de l'Économie verse depuis des années un budget de recherche à la chaire du TH Aachen. En 2013, c'était 730.000 390.000 euros, et le ministère de la Recherche a donné 25 XNUMX euros en plus - pour la recherche en sécurité. Soit dit en passant, la soi-disant recherche sur la sûreté des réacteurs est financée à l'échelle nationale avec plus de XNUMX millions d'euros. Cependant, Michael Sailer et Rainer Moormann critiquent le fait que cet argent puisse non seulement être utilisé pour mener des recherches sur la sécurité, mais aussi pour promouvoir le développement ultérieur de la technologie des lits de galets.

Un minuscule réacteur expérimental, qui au cours de sa durée de vie a fourni un maximum de 13 mégawatts d'électricité, est devenu un gouffre nucléaire et financier sans fond. La cession n'a pas été clarifiée. Le béton s'effrite. Et pourtant, il y a des scientifiques qui ne peuvent pas lâcher prise.

Auteur : Petra Storch

L'émission peut être visionnée ici :

http://www1.wdr.de/fernsehen/ratgeber/markt/sendungen/atomforschung101.html

Remarques : Financement de la recherche pour le THTR à ce jour - Documenté dans les bulletins du THTR

Circulaire THTR n°143 - Juin 2014 : 25 ans après l'arrêt du THTR : Jülich doit abandonner la recherche THTR !

THTR-Rundbrief n°140 : les amis de THTR s'embrassent encore plus

Bulletin THTR n° 136 : La recherche THTR continue !

THTR-Rundbrief n°133 : CDU-Wirtschaftsvereinigung veut des subventions pour la technologie de faillite !

THTR-Rundbrief n°131 : Excellente puissance nucléaire NRW ?

THTR-Rundbrief n° 124 : Des nouvelles de "Atomausstieg" : à RWTH Aachen

*

Continuer à: Article de journal 2014

***


haut de pageFlèche vers le haut - Jusqu'en haut de la page

***

Appel aux dons

- Le THTR-Rundbrief est publié par le 'BI Environmental Protection Hamm' et est financé par des dons.

- Le THTR-Rundbrief est entre-temps devenu un support d'information très remarqué. Cependant, il y a des coûts permanents en raison de l'expansion du site Web et de l'impression de fiches d'information supplémentaires.

- Le THTR-Rundbrief recherche et rapporte en détail. Pour que nous puissions le faire, nous dépendons des dons. Nous sommes heureux de chaque don!

Les dons représentent:

BI protection de l'environnement Hamm
Objet : circulaire THTR
IBAN : DE31 4105 0095 0000 0394 79
BIC : WELADED1HAM

***


haut de pageFlèche vers le haut - Jusqu'en haut de la page

***

 

GTranslate

deafarbebgzh-CNhrdanlenettlfifreliwhihuidgaitjakolvltmsnofaplptruskslessvthtrukvi
stage de survie-1989.jpg