15 fév. 2018 - Démantèlement du THTR : coûts et risques comme « processus établi »

Horst Blume

L'opération de maintenance du réacteur fermé à haute température au thorium (THTR) durera de 1997 à 2027.

Il y a dix ans, le 17 octobre 10, la commission de l'économie, des petites et moyennes entreprises et de l'énergie de Rhénanie du Nord-Westphalie confirmait les informations données dans l'avis d'agrément 2008/7c, après que les exploitants de THTR eurent dû informer l'autorité de tutelle nucléaire d'ici fin 12 pour combien de temps le confinement sûr est maintenu et quand commencer le démantèlement du réacteur.

Quoi de neuf?

Comme rien n'est connu du public jusqu'à présent, nous, en tant qu'initiative citoyenne de protection de l'environnement, avons demandé en détail au ministère de l'Économie, de l'Innovation, de la Numérisation et de l'Énergie NRW (1) et a reçu une réponse après presque quatre mois le 7 février 2018 :

"Selon l'état actuel de la planification, la centrale nucléaire à haute température GmbH (HKG), en tant qu'exploitant de la centrale, a l'intention de maintenir l'enceinte de sécurité jusqu'en 2027 et de commencer à préparer la centrale pour un démantèlement complet à partir de 2028. (...) MWIDE n'a encore reçu aucune demande de modification des autorisations nucléaires existantes ou de démantèlement du THTR 300. »

Cette information clairsemée, bien sûr, en dit très peu sur les discussions et les délibérations réelles en coulisses des opérateurs et des ministères. Il y a dix ans, le ministère désormais taciturne était plus informatif et le 9 avril 2008 a présenté un calendrier relativement détaillé pour les 21 années prévues d'activités de démantèlement :

« 2023 - 2028 planification et approbation 5,3 ans

2028 - 2030 Préparation du système au démantèlement 2,0 ans

2030 - 2042 démantèlement nucléaire 12,0 ans

2042 - 2044 démantèlement conventionnel 2,0 ans "

Le coût

Le ministère écrit aujourd'hui sur les coûts de démantèlement de 347,1 millions d'euros qui étaient prévus il y a dix ans :

« Le niveau de prix déclaré se rapporte à l'année 2007. Le niveau de prix est mis à jour chaque année dans le plan d'affaires de HKG. (...) Selon le planning actuel (en novembre 2017), les coûts du démantèlement sont estimés à environ 430 millions d'euros.»

Compte tenu des coûts de démantèlement antérieurs du THTR vingt fois plus petit à Jülich, supérieurs à un milliard d'euros, ces prévisions pour le THTR Hamm peuvent au mieux être qualifiées de mauvaise blague. Mais peut-être que les prévisions de coûts réalistes beaucoup plus élevées en interne sont une raison de plus pour ne pas ralentir avec le démantèlement du THTR et laisser passer des échéances comme celle du 31 décembre 12. Car il est trop évident que le démantèlement coûtera très cher et que l'argent se fait rare.

charges à payer

Lorsque nous avons posé des questions sur les dispositions, le ministère a répondu :

« A la date de clôture du 31 décembre 12, HKG a constitué des provisions pour un montant total d'environ 2016 millions d'euros pour le stockage dans le secteur de l'énergie nucléaire. Cela comprend des provisions pour l'arrêt de la centrale ainsi que des provisions pour l'élimination des éléments opérationnels irradiés. Bien que le montant des provisions soit basé sur les coûts attendus, les provisions qui sont sous-estimées n'ont aucun effet sur les obligations de paiement réelles."

Les 900 millions d'euros de provisions de HKG seront à peine suffisants pour "l'élimination des éléments d'exploitation irradiés", puisqu'ils sont à considérer comme des coûts perpétuels à payer en continu. Lorsque HKG n'aura plus d'argent, le contribuable devra intervenir. Tout le reste n'est que façade.

Le ministère écrit au sujet des engagements financiers antérieurs pour l'opération de démantèlement :

"Jusqu'à présent, tous les engagements financiers ont été tenus." Et il souligne "que les frais encourus seront couverts par les fonds mis à disposition par le gouvernement fédéral et la Rhénanie du Nord-Westphalie jusqu'en 2009 et non utilisés. Si ces fonds ne suffisaient pas, le gouvernement fédéral et la Rhénanie du Nord-Westphalie se sont engagés à prendre en charge la moitié des coûts supplémentaires. D'ici fin 2022, des coûts d'environ 28,5 millions d'euros sont attendus pour l'exploitation de l'enceinte sécurisée. Un nouvel accord complémentaire basé sur l'accord-cadre pour la période postérieure à 2022 n'a pas encore été conclu. »

En d'autres termes : jusqu'à présent, le contribuable a payé les coûts de démantèlement de manière significative et cela le restera probablement à l'avenir. On ne sait pas comment les choses continueront après 2022.

risques

Et comment le ministère évalue-t-il le risque potentiel de démantèlement au vu de l'inventaire radioactif (dont 1,6 kg de combustible nucléaire) et des incidents passés ?

« Le démantèlement et le démantèlement des centrales nucléaires sont un processus établi en Allemagne, tant sur le plan technique qu'organisationnel, dans lequel les différentes étapes de démantèlement sont effectuées conformément à la planification détaillée précédente, en tenant compte du potentiel de risque respectif. En particulier lors de l'extraction du graphite dans le réacteur, dans la zone duquel se trouvent encore des résidus de combustible nucléaire de la phase de déclassement, on peut supposer que des techniques d'exploitation minière et de conditionnement ultérieures seront principalement utilisées. L'historique d'exploitation, c'est-à-dire les événements en cours d'exploitation, est pris en compte dans la mesure où il est pris en compte dans une description radiologique avant le démantèlement des éléments individuels du système pour déterminer les voies de stockage et la radioprotection individuelle. »

L'« historique d'exploitation » ou les « événements en cours d'exploitation », pour s'en tenir au jargon euphémique du ministère, montrent cependant qu'il faut se préparer à la défaillance du réacteur THTR que rien ne se passera comme prévu. La poussière de graphite radioactif a été soufflée dans le dernier coin du réacteur par des fuites et des canalisations. Selon cet historique, le ministère et l'entreprise de démolition mandatée ne peuvent plus se fier qu'à une description radiologique qui ne peut être quantifiée en termes de technologie de mesure avant le démantèlement de certaines parties de l'installation. La création d'un atlas détaillé des nucléides pour toutes les parties de l'usine, que nous avons demandé, a été rejetée par toutes les personnes impliquées après la fermeture du THTR. Cela se vengera du futur démantèlement.

L'entreprise de démolition va fouiller dans le réacteur contaminé au graphite tout aussi au hasard que les opérateurs dans l'imprévisible tas de galets lors des tests opérationnels dans les années 80. Les surprises chez THTR resteront. Ils s'éterniseront pendant des décennies. Un « processus établi » depuis longtemps.

*

(1) Circulaire THTR n° 149 déc. 2017 : Démantèlement du THTR : le gouvernement de NRW a-t-il un plan ?

*

Recherchez la faillite du réacteur avec le terme de recherche :
Démantèlement du THTR

*

Continuer à: Article de journal 2018

***


haut de pageFlèche vers le haut - Jusqu'en haut de la page

***

Appel aux dons

- Le THTR-Rundbrief est publié par le 'BI Environmental Protection Hamm' et est financé par des dons.

- Le THTR-Rundbrief est entre-temps devenu un support d'information très remarqué. Cependant, il y a des coûts permanents en raison de l'expansion du site Web et de l'impression de fiches d'information supplémentaires.

- Le THTR-Rundbrief recherche et rapporte en détail. Pour que nous puissions le faire, nous dépendons des dons. Nous sommes heureux de chaque don!

Les dons représentent:

BI protection de l'environnement Hamm
Objet : circulaire THTR
IBAN : DE31 4105 0095 0000 0394 79
BIC : WELADED1HAM

***


haut de pageFlèche vers le haut - Jusqu'en haut de la page

***

GTranslate

deafarbebgzh-CNhrdanlenettlfifreliwhihuidgaitjakolvltmsnofaplptruskslessvthtrukvi
nr4.jpg