Carte du monde nucléaire L'histoire de l'uranium
INES, NOMS ainsi que les perturbations Faible rayonnement radioactif ?!
Transports d'uranium à travers l'Europe Le concept de déploiement ABC

L'INES et les perturbations des installations nucléaires

1960 – 1969

***


INES, Qui diable est INES ?

L'échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques (INES) est un outil permettant de communiquer au public l'importance des événements nucléaires et radiologiques pour la sûreté, mais l'INES a un problème...

Nous sommes toujours à la recherche d'informations actuelles. Si quelqu'un peut vous aider, envoyez un message à :
nucleaire-welt@ Reaktorpleite.de

*

2019-2010 | 2009-20001999-19901989-19801979-19701969-19601959-19501949-1940 | précédemment

 


1969


 

17er octobre 1969 (INES 4) Akw INES Catégorie 4 "Accident"Saint Laurent, FRA

Plus de 50 kilogrammes de combustible d'uranium à la centrale nucléaire de Saint-Laurent ont commencé à fondre après la défaillance des systèmes de refroidissement. L'usine a dû être fermée et réparée. La réparation du réacteur a duré un an.
(Coût environ 541,4 millions de dollars US)

Accidents nucléaires
 

Peste des centrales nucléaires

Saint-Laurent (France)

1969 : Fusion partielle du réacteur A-1

Le premier accident du réacteur A-1, le 17 octobre 1969, a été causé par une erreur humaine et une défaillance technique. Lors du chargement de quatre chambres à combustible, la machine s'est arrêtée à plusieurs reprises, mais l'employé a annulé les arrêts et a continué le chargement. En raison d'une surchauffe et d'une augmentation de la radioactivité, une alarme s'est déclenchée et l'arrêt d'urgence a été déclenché. Certains éléments combustibles qui venaient d'être chargés ont fondu. Comme le système de refroidissement fonctionnait encore à un quart de son niveau normal, il n’y a pas eu de catastrophe majeure. Seules de petites quantités de radioactivité s'échappent du bâtiment. Le nettoyage du bâtiment a duré un an, après quoi le réacteur a été remis en service.

L'événement a été classé accident INES niveau 4...
 

Wikipédia fr

Centrale nucléaire de Saint Laurent

Le 17 octobre 1969, le cœur du réacteur est endommagé lors du chargement du réacteur graphite A1. Le refroidissement d'un élément combustible a été interrompu, qui a alors fondu. 50 kg d'uranium se sont échappés. Seul le site a été contaminé ; la population n'a pas été informée. En 1969, cet accident de niveau 4 sur l'échelle INES est déclaré « incident » par l'EDF...

 


12er octobre 1969 (INES 4) usine nucléaire INES Catégorie 4 "Accident"Windscale/Sellafield, GBR

Libération de la cheminée du bâtiment B204.
(Coût environ 2500 millions de dollars US)

Accidents nucléaires
 

Cet incident ainsi que plusieurs autres rejets de radioactivité sont en Wikipédia plus à trouver.

Wikipédia fr

Sellafield

Le complexe a été rendu célèbre par un incendie catastrophique en 1957 et par de fréquents incidents nucléaires, ce qui est l'une des raisons pour lesquelles il a été rebaptisé Sellafield. Jusqu'au milieu des années 1980, de grandes quantités de déchets nucléaires générés par les opérations quotidiennes étaient rejetées sous forme liquide via un pipeline dans la mer d'Irlande.
 

Wikipédia sur

Sellafield # Incidents

Rejets radiologiques

Entre 1950 et 2000, il y a eu 21 incidents ou accidents graves hors site impliquant des rejets radiologiques qui ont justifié une classification sur l'échelle internationale des événements nucléaires, un au niveau 5, cinq au niveau 4 et quinze au niveau 3. En outre, il y a eu des rejets intentionnels de plutonium et de particules d'oxyde d'uranium irradiées dans l'atmosphère connues pendant de longues périodes dans les années 1950 et 1960...

traduction avec https://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
 

Peste des centrales nucléaires

Sellafield (anciennement_Windscale), Royaume-Uni

Il existe des usines nucléaires comparables partout dans le monde :

Enrichissement et retraitement de l'uranium - installations et emplacements

Lors du retraitement, les stocks d'éléments combustibles usés peuvent être séparés les uns des autres grâce à un procédé chimique complexe (PUREX). L'uranium et le plutonium séparés peuvent alors être réutilisés. C'est la théorie...
 

Youtube

Economie de l'uranium : Installations de traitement de l'uranium

Les usines de retraitement transforment quelques tonnes de déchets nucléaires en plusieurs tonnes de déchets nucléaires

Toutes les usines d'uranium et de plutonium produisent des déchets nucléaires radioactifs : les usines de traitement, d'enrichissement et de retraitement de l'uranium, que ce soit à Hanford, La Hague, Sellafield, Mayak, Tokaimura ou n'importe où dans le monde, sont toutes confrontées au même problème : à chaque étape de traitement, de plus en plus extrêmement des déchets toxiques et hautement radioactifs sont créés...

 


11 mai 1969 (INES 5 | NOMS 2,3)INES Catégorie 5 "Accident Grave" usine nucléaire Rocky Flats, États-Unis

Un incendie de plutonium se déclare dans le service de traitement du bâtiment 776, set 10 TBq La radioactivité s'est libérée et a provoqué de fortes doses de rayonnement chez 41 pompiers.
(Coût environ 425,2 millions de dollars US)

Accidents nucléaires
 

L'extrait suivant du lien WikipédiaL'article n'est plus disponible dans cette formulation. L'article a été révisé, les faits ont disparu et tout semble un peu différent maintenant ; selon la devise : « C’était à moitié moins mauvais ! »

Wikipédia fr

Appartements rocheux

Du plutonium s'enflamme spontanément dans un conteneur contenant 600 t de matière inflammable. Le feu brûle 2 t de matériau et libère de l'oxyde de plutonium. Des échantillons de sol prélevés autour de l'installation ont révélé que la zone était contaminée par du plutonium. Les exploitants de l'usine ayant refusé d'ouvrir des enquêtes, les échantillons ont été prélevés dans le cadre d'une enquête non officielle...
 

Peste des centrales nucléaires

https://atomkraftwerkeplag.fandom.com/de/wiki/USA
 

Youtube

Economie de l'uranium : Installations de traitement de l'uranium

Toutes les usines d'uranium et de plutonium produisent des déchets nucléaires radioactifs : les usines de traitement, d'enrichissement et de retraitement de l'uranium, que ce soit à Hanford, La Hague, Sellafield, Mayak, Tokaimura ou n'importe où dans le monde, sont toutes confrontées au même problème : à chaque étape de traitement, de plus en plus extrêmement des déchets toxiques et hautement radioactifs sont créés...

 


Catégorie INES ?1 mai 1969 (INES ? Classer.?) Akw Ågesta, Stockholm, SWE

Un dysfonctionnement de vanne a provoqué une inondation dans le réacteur à eau lourde sous pression d'Agesta.
(Coût environ 16 millions de dollars US)

Accidents nucléaires 
 

Peste des centrales nucléaires

Ågesta (Suède) #Inondation de 1969

Le 1er mai 1969, une rupture de vanne provoque une fuite importante d'où s'échappent 400 mètres cubes d'eau légère, qui endommage le générateur, la turbine et un système de drainage et provoque divers courts-circuits. Le système de refroidissement d’urgence du cœur (ECCS) a été soumis à une pression accrue en raison d’une forte pénétration d’eau provenant du circuit primaire. L'inondation n'a pas été signalée dans la salle de contrôle. Pour éviter une perte totale d'eau, le réacteur a été arrêté. Si la pression dans le système de refroidissement avait été légèrement plus élevée et qu'il s'était brisé, le noyau aurait été exposé et un grave accident aurait pu se produire...
 

Wikipédia fr

Centrale nucléaire d'Agesta

La centrale nucléaire d'Ågesta (Ågestaverket en suédois) a été la première centrale nucléaire suédoise à être utilisée pour la production commerciale d'électricité et de chaleur. La construction commença en 1957 et les travaux furent achevés en 1962. La centrale électrique a été détruite dans une montagne près d'Ågesta à Huddinge et a fonctionné de 1964 à 1974. Elle produisait principalement du chauffage urbain pour le quartier de Farsta à Stockholm, mais aussi une petite quantité d'énergie électrique...
 

Miroir 17/1987 

"Un frisson froid me parcourt le dos"

Rapport du SPIEGEL sur les accidents cachés des centrales nucléaires dans le monde L'humanité a déjà plusieurs fois manqué de peu la catastrophe. C'est ce que révèlent 48 rapports d'accidents gardés secrets par l'Agence internationale de l'énergie atomique de Vienne : des accidents, souvent des plus bizarres et des plus banals, des États-Unis et de l'Argentine à la Bulgarie et au Pakistan...

 


5 mars 1969 (INES 3) usine nucléaire INES Catégorie 3 "Incident Grave"Windscale/Sellafield, GBR

Rejet de 370 MBq de plutonium dans le laboratoire du bâtiment B229.
(Coût environ 84,5 millions de dollars US)

Accidents nucléaires
 

Cet incident ainsi que plusieurs autres rejets de radioactivité sont en Wikipédia plus à trouver.

Wikipédia fr

Sellafield

Le complexe a été rendu célèbre par un incendie catastrophique en 1957 et par de fréquents incidents nucléaires, ce qui est l'une des raisons pour lesquelles il a été rebaptisé Sellafield. Jusqu'au milieu des années 1980, de grandes quantités de déchets nucléaires générés par les opérations quotidiennes étaient rejetées sous forme liquide via un pipeline dans la mer d'Irlande.
 

Wikipédia sur

Sellafield # Incidents

Rejets radiologiques

Entre 1950 et 2000, il y a eu 21 incidents ou accidents graves hors site impliquant des rejets radiologiques qui ont justifié une classification sur l'échelle internationale des événements nucléaires, un au niveau 5, cinq au niveau 4 et quinze au niveau 3. En outre, il y a eu des rejets intentionnels de plutonium et de particules d'oxyde d'uranium irradiées dans l'atmosphère connues pendant de longues périodes dans les années 1950 et 1960...

traduction avec https://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
 

Peste des centrales nucléaires

Sellafield (anciennement_Windscale), Royaume-Uni

Il existe des usines nucléaires comparables partout dans le monde :

https://atomkraftwerkeplag.fandom.com/de/wiki/Wiederaufarbeitung#Standorte_für_Wiederaufarbeitung

Enrichissement et retraitement de l'uranium - installations et emplacements

Lors du retraitement, les stocks d'éléments combustibles usés peuvent être séparés les uns des autres grâce à un procédé chimique complexe (PUREX). L'uranium et le plutonium séparés peuvent alors être réutilisés. C'est la théorie...

 


21 janvier 1969 (INES 5 | NOMS 1,6) Akw INES Catégorie 5 "Accident Grave"VAKL Lucens, CHE

C'est devenu environ 2,1 TBq rayonnement radioactif libéré.
(Coût environ 26 millions de dollars US)

Accidents nucléaires
 

Wikipédia fr

Réacteur Lucens # L'accident du 21 janvier 1969

Le 21 janvier 1969, les opérations reprennent après une refonte. Lors de l'augmentation de la puissance du réacteur, plusieurs éléments combustibles ont surchauffé. L'élément combustible n° 59 s'est tellement chauffé qu'il a fondu et a finalement provoqué l'éclatement de la conduite sous pression. 1100 kg d'eau lourde, de matières radioactives fondues et de gaz radioactifs ont été jetés dans la caverne du réacteur...
 

Peste des centrales nucléaires

Lucens, Suisse 1969

Le réacteur s'appelait "Centrale Nucléaire Expérimentale de Lucens (VAKL)" et appartenait à la Société Nationale pour la Promotion de la Technologie Atomique Industrielle et était exploité par Energie de l'Ouest Suisse. En 1966, le réacteur devint critique et en 1968, l'électricité fut injectée dans le réseau pour la première fois...

 


1968


 

INES Catégorie 4 "Accident"10 décembre 1968 (INES 4) usine nucléaire Maïak, URSS

Un technicien est décédé des suites d'une exposition aux radiations après avoir commencé un test.
(Frais ?)

Accidents nucléaires
 

Au fil des années, à Mayak, il y a eu environ 235 incidents radioactifs se sont produits, dont seuls quelques-uns ont été signalés...

Wikipédia fr

Centrale nucléaire de Mayak

10 décembre 1968 : Accident de criticité dans un conteneur contenant une solution de plutonium

Lors du transfert improvisé d'une solution de plutonium d'un conteneur de 20 litres vers un conteneur de 60 litres, la solution présente dans le conteneur cible est devenue critique. Après l'éclair lumineux et l'explosion de chaleur qui en ont résulté, le travailleur a laissé tomber le conteneur de 20 litres, les restes de la solution de plutonium à l'intérieur se sont répandus sur le sol. Le bâtiment a été évacué et le responsable de la radioprotection a interdit l'accès aux lieux. Cependant, le chef d'équipe a insisté pour entrer dans le bâtiment et s'est rendu, accompagné du responsable de la radioprotection, dans la pièce où s'est produit l'accident. Malgré des niveaux de rayonnement gamma dangereusement élevés, le chef d'équipe est entré après avoir renvoyé le responsable de la radioprotection. Il a probablement ensuite tenté de détourner une partie de la solution de plutonium vers un réservoir d’eaux usées, mais cela a conduit à un regain de criticité. Le chef d'équipe a été exposé à environ 24 Gray de radiations et est décédé environ un mois plus tard. Le travailleur a reçu environ 7 Gray et a développé un grave mal des rayons aigu ; ses deux jambes et une main ont dû être amputées.
 

La chaîne nucléaire

Mayak/Kyshtym, Russie

usine nucléaire

La centrale nucléaire russe de Mayak a contaminé plus de 15.000 2 km1957 de déchets hautement radioactifs à la suite d'une série d'accidents et de fuites radioactives. L'accident de Kyshtym a contaminé une vaste zone de la région orientale de l'Oural en XNUMX. Des milliers de personnes ont dû être relogées. À ce jour, la région touchée est l’un des endroits les plus contaminés au monde. 

Fond

La coopérative de production Mayak fut la première et, avec une superficie de plus de 200 km2, la plus grande centrale industrielle nucléaire de l'Union soviétique. Entre 1945 et 1948, cinq réacteurs nucléaires ont été construits sur ce site entre Ekaterinbourg et Tcheliabinsk pour produire du plutonium destiné au programme d'armes nucléaires soviétique. L'usine a été agrandie continuellement jusqu'en 1987, date à laquelle la production a été arrêtée et les opérations progressivement supprimées. De 1949 à 1956, un total de 100 péta becquerels (peta = quadrillion) de déchets radioactifs ont été déversés dans les affluents de la Techa - dont du strontium 90, du césium 137, du plutonium et de l'uranium.1 A titre de comparaison : la contamination radioactive de la Techa L'océan Pacifique par le Super La catastrophe de Fukushima est estimée à environ 78 PBq. De plus, il y a eu au moins huit accidents critiques à Mayak en 1968...
 

Peste des centrales nucléaires

L'usine de plutonium Mayak 

En 1957, le premier accident majeur s'est produit dans l'utilisation de l'énergie atomique, qui est comparable dans ses dimensions aux catastrophes de Fukushima et de Tchernobyl, mais n'a été connue du public mondial qu'en 1989.

Le complexe nucléaire de Mayak, à 15 kilomètres à l'est de la ville de Kyshtym dans l'oblast de Tcheliabinsk, à l'est du sud de l'Oural, était un élément important des plans de Staline de 1945 visant à produire rapidement du plutonium de qualité militaire et à combler le déficit d'armes nucléaires de l'Union soviétique. En 1948, le premier réacteur a été allumé, en 1949, la première bombe atomique a explosé et Staline a rattrapé les États-Unis.
 

Il existe des usines nucléaires comparables partout dans le monde :

Enrichissement et retraitement de l'uranium - installations et emplacements

Lors du retraitement, l'inventaire des éléments combustibles usés peut être séparé les uns des autres dans un procédé chimique complexe (PUREX). L'uranium et le plutonium séparés peuvent alors être réutilisés. Quant à la théorie...
 

Youtube

Economie de l'uranium : Installations de traitement de l'uranium

Toutes les usines d'uranium et de plutonium produisent des déchets nucléaires radioactifs : les usines de traitement, d'enrichissement et de retraitement de l'uranium, que ce soit à Hanford, La Hague, Sellafield, Mayak, Tokaimura ou n'importe où dans le monde, ont toutes le même problème : à chaque étape de traitement De plus en plus extrêmement des déchets toxiques et hautement radioactifs sont produits...

 


Sous-marin endommagé avec réacteur nucléaire et armes nucléaires à bord22 mai 1968 (Flêche briséeUSS Scorpion coulé SO des Açores, USA

Armes nucléaires de A à Z

Accidents d'armes nucléaires - Açores, 1968

Le sous-marin à propulsion nucléaire USS Scorpion a coulé le 22 mai 1968, à 740 kilomètres au sud-ouest des îles des Açores. Les 99 marins à bord sont morts. Un réacteur nucléaire et deux torpilles ASTOR équipées d'armes nucléaires ont coulé avec le sous-marin à une profondeur de 3.000 XNUMX mètres.
 

Wikipédia fr

Sous-marin SSN-589 Scorpion

Le Scorpion (identification : SSN-589) était un sous-marin nucléaire de classe Listao de la marine américaine. Il a été mis en service en 1960 et a coulé en 1968 en tant que deuxième sous-marin à propulsion nucléaire de la marine américaine dans l'Atlantique Nord, dans des circonstances encore mal comprises. On pense qu’une torpille a explosé à l’intérieur du sous-marin. 99 marins ont perdu la vie. L'épave n'a été retrouvée que cinq mois plus tard, à 3300 XNUMX mètres de profondeur...
 

Raisons possibles du naufrage

Après l'accident, une commission d'enquête composée de sept agents a été constituée. Les résultats de son enquête ont été annoncés au public dans un communiqué de presse en janvier 1969, indiquant clairement que, sur la base des preuves, aucune cause exacte ne pouvait être déterminée. Ce n'est qu'en 1993, lorsque l'administration Clinton a publié l'intégralité du rapport, qu'il est devenu clair qu'un accident de torpille était l'issue la plus probable pour la commission d'enquête...
 

Explosion d'une batterie de torpilles

Aujourd'hui, sur la base de nouvelles informations qui n'étaient pas encore disponibles pour la commission d'enquête mais qui n'ont été publiées par des journalistes du New York Times qu'en 1998 dans le livre Hunting under Water (original : Blind Man's Bluff), on suppose qu'un Mark 46 en feu La batterie de torpilles a fait exploser l'ogive des torpilles Mark 37. Cette théorie est basée sur un incident secret lors d'un test de batterie : lors d'un test de vibration, la batterie a explosé sans avertissement. Il s'est avéré que la membrane, qui était censée empêcher l'écoulement de l'électrolyte dans la cellule énergétique et se déchirer complètement lorsque la torpille était activée, avait été quelque peu endommagée en raison des mouvements et les produits chimiques se mélangeaient lentement, ce qui provoquait un développement de chaleur et a finalement provoqué un incendie. Compte tenu notamment des vibrations survenues à bord du Scorpion, cela est désormais considéré comme la cause la plus probable de l'accident. L'un des ingénieurs du laboratoire où l'explosion s'est produite a également déclaré qu'il se souvenait avoir entendu lors d'une conversation que le Scorpion avait à bord une batterie du lot défectueux. L'avertissement concernant ces batteries est arrivé quelques jours avant que le Scorpion ne rentre chez lui à Norfolk.

conséquences pour l'environnement

L'épave du Scorpion est très dangereuse pour la zone car, outre le réacteur, se trouvent également à bord deux torpilles Mark 45 ASTOR avec des têtes nucléaires. La marine américaine teste régulièrement des échantillons d'eau et de sédiments ainsi que des poissons de la zone pour détecter toute contamination au plutonium. Selon les rapports de la Marine, les résultats n’indiquent jusqu’à présent aucune radiation ou autre contamination. Cela montre que le réacteur est toujours scellé.
 

Liste des accidents de U-boot depuis 1945

Parmi les navires perdus, au moins neuf étaient à propulsion nucléaire, certains armés de missiles nucléaires ou de torpilles...

 


INES Catégorie 4 "Accident"1 mai 1968 (INES 4 | NOMS 4) usine nucléaire Windscale/Sellafield, GBR

La cheminée du bâtiment B230 en a rejeté 550 sur une période d'environ un mois à cause d'un filtre défectueux TBq rayonnement radioactif.
(Coût environ 1900 millions de dollars US)

Accidents nucléaires 
 

Cet incident ainsi que plusieurs autres rejets de radioactivité sont en Wikipédia plus à trouver.

Wikipédia fr

Sellafield

Depuis la fin des années 1940 et la création de Windscale/Sellafield, environ 20 incidents de gravité plus ou moins grande impliquant la libération de radioactivité ont été signalés. Les déchets nucléaires générés lors des opérations quotidiennes sont rejetés en grande quantité sous forme liquide via un pipeline dans la mer d'Irlande.
 

Wikipédia sur

https://en.wikipedia.org/wiki/Sellafield

Accidents nucléaires par pays#Royaume_Uni

traduction avec https://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
 

Peste des centrales nucléaires

Sellafield (anciennement_Windscale), Royaume-Uni

Il existe des usines nucléaires comparables partout dans le monde :

Enrichissement et retraitement de l'uranium - installations et emplacements

Lors du retraitement, les stocks d'éléments combustibles usés peuvent être séparés les uns des autres grâce à un procédé chimique complexe (PUREX). L'uranium et le plutonium séparés peuvent alors être réutilisés. C'est la théorie...
 

Youtube

Economie de l'uranium : Installations de traitement de l'uranium

Toutes les usines d'uranium et de plutonium produisent des déchets nucléaires radioactifs : les usines de traitement, d'enrichissement et de retraitement de l'uranium, que ce soit à Hanford, La Hague, Sellafield, Mayak, Tokaimura ou n'importe où dans le monde, sont toutes confrontées au même problème : à chaque étape de traitement, de plus en plus extrêmement des déchets toxiques et hautement radioactifs sont créés...

 


Sous-marin endommagé avec réacteur nucléaire et armes nucléaires à bord8 avril 1968 (Flêche briséeSous-marin K-129 coulé 2900 km au nord-ouest d'Hawaï, URSS

Armes nucléaires de A à Z

Accidents d'armes nucléaires - Hawaï, 1968

Le 1.200 avril 4.900, à 11 1968 km au nord-ouest de l'île d'Oahu, à Hawaï, par 129 5 mètres de profondeur dans le Pacifique, un sous-marin diesel soviétique K-80 (classe Gulf) a coulé dans des circonstances peu claires. Trois missiles balistiques (SS-N-1974) et éventuellement deux torpilles équipées d'engins explosifs nucléaires se trouvaient à bord. XNUMX marins ont été tués. En XNUMX, la CIA, avec la participation des forces navales, a tenté secrètement de renflouer le sous-marin, ce qui a entraîné la rupture de la coque. L’effort s’appelait « Projet Jennifer ». Apparemment, le bateau Howard Hughes "Glomar Explorer" a été utilisé à cet effet.
 

Wikipédia fr

Sous-marin K-129

Le K-129 était un sous-marin soviétique du projet 629 (classe Golf). Il s'agissait d'un sous-marin lance-missiles à propulsion diesel-électrique. Après avoir coulé en 1968, il fut partiellement relevé par la marine américaine dans le cadre du projet Azorian en 1974...

Histoire

En février 1968, le sous-marin quitte une base du Kamtchatka pour sa troisième patrouille de dissuasion nucléaire dans le Pacifique. Début mars, il n'y avait pas de messages radio réguliers du bateau vers la marine soviétique, après quoi la marine soviétique a lancé une opération de recherche, mais n'a pas réussi à trouver le sous-marin...

Projet Açorien 

Les États-Unis, en revanche, ont pu localiser le lieu de l’accident grâce au système d’écoute sous-marine SOSUS. La CIA a alors commencé à planifier comment fouiller l’épave pour obtenir plus d’informations sur les capacités nucléaires soviétiques. Le milliardaire Howard Hughes est intervenu comme couverture et a fait construire un navire, le Hughes Glomar Explorer, apparemment pour extraire du minerai sous-marin. En fait, le gouvernement américain a financé le navire, qui était censé encercler l'épave à 5000 1974 mètres de profondeur avec un bras de préhension et la ramener à la surface de l'eau. En XNUMX, le Glomar Explorer met le cap sur le lieu de l'accident et parvient à récupérer l'épave comme prévu. Cependant, celui-ci s'est cassé lors du levage, de sorte que seule une partie de l'arc a pu être récupérée.

Jusqu’alors, l’ensemble de l’opération restait caché au public ; ce n’est qu’en 1975 que parurent les premiers reportages dans les journaux et à la télévision. En mars 1975, le New York Times a finalement découvert une grande partie du projet azorien dans un rapport du lauréat du prix Pulitzer Seymour Hersh. La CIA elle-même a publié pour la première fois des documents détaillés sur l’opération en 2010.

[...] Réalisation de l'opération

Le 1er août, le bras de préhension était enfin refermé autour de l'épave du K-129 et le levage pouvait commencer. Le Glomar Explorer a alors annoncé par radio non cryptée que le bras de préhension utilisé pour récupérer les nodules de manganèse avait été endommagé et qu'il fallait se rendre sur la base navale des îles Midway pour vérifier. C’est ainsi que la CIA a voulu expliquer pourquoi le navire civil faisait escale dans une base navale. Cependant, il y a eu des problèmes pour soulever la charge et les pompes hydrauliques sont partiellement tombées en panne. Lors de la remontée, une partie du bras de préhension s'est détachée et avec elle, une grande partie de l'épave a également glissé vers le fond marin. Ce qui a été récupéré par le Glomar Explorer n'a pas été officiellement annoncé. Selon les médias, la proue du bateau contenait, entre autres, deux torpilles à tête nucléaire, mais pas les missiles nucléaires. Les corps de six marins soviétiques ont également été retrouvés. Ils ont été enterrés en mer en septembre 1974.

Le 9 août, le reste de l'épave a été mis en sécurité dans la coque du bateau, peu après que le remorqueur soviétique SB-10, qui s'était déplacé à quelques mètres du Glomar Explorer les jours précédents, ait quitté la zone. Lors d'une première enquête, l'équipage du Glomar Explorer a découvert que l'épave était contaminée par de l'hydroxyde de plutonium...

Liste des accidents de U-boot depuis 1945

Parmi les navires perdus, au moins neuf étaient à propulsion nucléaire, certains armés de missiles nucléaires ou de torpilles...

 


Perte d'une bombe atomique (Broken Arrow)21 janvier 1968 (Flêche brisée) Aéroport de Thulé, Groenland, États-Unis

La chaîne nucléaire

Thulé, Groenland

Crash d'un avion nucléaire

Le crash d'un bombardier B-52 de l'US Air Force transportant des armes nucléaires au-dessus du Groenland a contaminé de vastes zones terrestres et les eaux environnantes avec du plutonium radioactif. Les résidents et les équipes de secours et de décontamination ont été exposés à de fortes doses de radiations. 

Fond

Le 21 janvier 1968, un bombardier américain B-52 en provenance de New York a entamé un vol de patrouille autour du Groenland, armé de quatre bombes à hydrogène. Dans les années 1960, dans le cadre de l'opération Chrome Dome, jusqu'à douze bombardiers américains à arme nucléaire étaient dans les airs chaque jour 13 heures sur 7,68 afin de pouvoir riposter en cas de première frappe nucléaire de l'Union soviétique. Cependant, ce jour-là, six heures après le décollage, un incendie s'est déclaré dans la cabine de l'avion. L'équipage a été contraint d'évacuer l'avion à l'aide d'un siège éjectable et l'avion s'est écrasé sur la glace du Groenland, à environ XNUMX km au sud de la base aérienne américaine de Thulé. Un membre de l'équipage est mort dans l'accident, les six autres ont survécu. Par chance, il n’y a pas eu de réaction atomique en chaîne lorsque les bombes à hydrogène se sont écrasées. Cependant, l'explosif non nucléaire a explosé et a entraîné une contamination généralisée d'environ XNUMX km² des environs avec une dizaine de térabecquerels de plutonium radioactif (tera = billions) ainsi que de l'uranium, de l'américium et du tritium...
 

Wikipédia fr

Crash d'un B-52 près de la base aérienne de Thulé en 1968

Le crash d'un B-52 près de la base aérienne de Thulé s'est produit le 21 janvier 1968...
 

Base spatiale de Pituffik (anciennement base aérienne de Thulé)

Histoire

En 1951, le Corps des ingénieurs de l'armée des États-Unis a commencé la construction d'une piste et d'une base de 10.000 3 pieds (environ 1 km) sous le nom de code ROBIN (plus tard BLUE JAY) pour l'armée de l'air américaine. Celui-ci fut mis en service le 1951er mars 2[2] sur la base de l'accord Thulesag 36 entre les États-Unis et le Danemark. Pendant la guerre froide, la base a d'abord servi de base au Strategic Air Command pour les bombardiers à longue portée B-47 et B-1950 avant que ceux-ci ne soient remplacés par des unités de bombardiers B-1960 dans les années 52 et XNUMX.

[...] Depuis Thulé, à la fin des années 1950, commencent les travaux de construction de Camp Century, à 240 kilomètres de là, une base américaine située sous la calotte glaciaire, qui servira de prélude au projet Iceworm visant à stationner des missiles nucléaires américains au Groenland. devrait servir...
 

Wikipédia sur

Incidents de flèche brisée

Le département américain de la Défense a officiellement reconnu au moins 32 incidents de Broken Arrow entre 1950 et 1980.

Des exemples de ces événements sont :

Accident d'un B-1950 en Colombie-Britannique en 36
1956 Disparition du B-47
1958, incident de perte d'armes nucléaires à Mars Bluff B-47
Collision en vol à Tybee Island en 1958
Accident du B-1961 à Yuba City en 52
Accident du Goldsboro B-1961 en 52
Accident du Savage Mountain B-1964 en 52
Accident de piste de Bunker Hill AFB en 1964
1965 Incident de la mer des Philippines A-4
Accident du Palomares B-1966 en 52
Accident d'un B-1968 sur la base aérienne de Thulé en 52
Explosion du missile Damas Titan en 1980, Arkansas

Officieusement, la Defense Atomic Support Agency (maintenant connue sous le nom de Defense Threat Reduction Agency (DTRA)) a détaillé des centaines d’incidents de « flèche brisée ».

traduction avec https://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
 

Wayback Machine fr

La liste OUPS

Un rapport des laboratoires Sandia de 1973, citant une compilation alors secrète de l'armée, indiquait qu'entre 1950 et 1968, un total de 1.250 272 armes nucléaires américaines ont été impliquées dans des accidents ou des incidents de gravité variable, dont 22 (XNUMX pour cent), dans lesquels des circonstances se sont produites qui , dans certains cas, a déclenché la détonation de l'explosif conventionnel de l'arme...

 


1967


 

Catégorie INES ?1967 (INES Classer.?) réacteur de recherche Würenlingen, CHE

Wikipédia fr

Réacteur de recherche_Diorite

Le petit réacteur de recherche "Diorit" a produit un élément combustible fondu, le hall du réacteur a été contaminé. Plus tard, un lot d'eaux usées a été réalisé, ce qui correspondait à 40 fois la valeur normale. (Source : ASK, l'Inspection fédérale de la sûreté nucléaire actuelle IFSN)
 

Peste des centrales nucléaires

Schweiz
 

Miroir 17/1987 

"Un frisson froid me parcourt le dos"

Rapport du SPIEGEL sur les accidents cachés des centrales nucléaires dans le monde L'humanité a déjà plusieurs fois manqué de peu la catastrophe. C'est ce que révèlent 48 rapports d'accidents gardés secrets par l'Agence internationale de l'énergie atomique de Vienne : des accidents, souvent des plus bizarres et des plus banals, des États-Unis et de l'Argentine à la Bulgarie et au Pakistan...

 


2 mai 1967 (INES 4) Akw INES Catégorie 4 "Accident"Chapelcross, Royaume-Uni

Une barre de combustible a pris feu provoquant une fusion partielle à la centrale nucléaire de Chaplecross Magnox, un arrêt et un temps de réparation de 2 ans.
(Coût environ 89 millions de dollars US)

Accidents nucléaires
 

Wikipédia fr

Centrale nucléaire de Chapelcross

En mai 1967, il y a eu une fusion partielle du cœur du bloc 2. La cause était une barre de combustible d'essai dans laquelle une particule de graphite a bloqué le système de refroidissement. Le noyau a été renouvelé et remis en service en 1969.

En 2001, il y a eu un incident lors du ravitaillement du réacteur 3...
 

Wikipédia sur

Accidents nucléaires par pays#Royaume_Uni

traduction avec https://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
 

Peste des centrales nucléaires

Chapelcross (Royaume-Uni)

Fusion partielle, accident d'avion de Lockerbie et autres incidents

Le 2 mai 1967, un effondrement partiel s'est produit à Chapelcross-2. Le déclencheur était une barre de combustible qui s'est brisée et a pris feu. L'incident a été tenu secret pendant plusieurs années, le réacteur est resté à l'arrêt pendant deux ans...

 


1966


 

5er octobre 1966 (INES 4) Akw INES Catégorie 4 "Accident"Enrico Fermi 1, États-Unis

Fermi-1, le prototype de réacteur surgénérateur rapide, a subi une fusion partielle du combustible.
(Coût environ 23 millions de dollars US)

Accidents nucléaires
 

Wikipédia fr

Enrico Fermi 1

Le 5 octobre 1966, certaines parties du cœur du réacteur ont fondu. Cet accident est dû à un fragment qui s'est introduit dans le circuit de refroidissement. Deux des 105 éléments combustibles ont fondu. Le réacteur a été arrêté le 29 novembre 1972...
 

Wikipédia sur

Centrale nucléaire Enrico Fermi#Fermi_1

traduction avec https://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
 

Peste des centrales nucléaires

Enrico Fermi 1

...La construction du surgénérateur rapide près de Monroe, dans l'État du Michigan, au sud de Détroit, sur le lac Érié, a commencé en 1956 et le réacteur est entré en service en 1963.

[...] Les coûts de construction avaient triplé l'estimation initiale, à 135 millions de dollars, et des problèmes initiaux d'exploitation ont entraîné des pertes financières. En 1966, année de sa mise en service, le réacteur ne produisait que 300.000 5 dollars d'électricité et d'infimes quantités de combustible. Après un accident survenu le 1966 octobre XNUMX, il fut réparé pendant quatre ans, mais même après cela, il n'atteignit jamais sa pleine performance.

[...] Le réacteur est en confinement sûr ; la fermeture est prévue pour 2032...

 


Le champignon atomique est synonyme de bombes atomiques ou à hydrogène, également dans le cadre d'essais2 juillet 1966 - 1er essai atomique français sur le Atoll de Muroroa Terrain d'essai d'armes nucléaires

Depuis 1945, il y a eu plus de 2050 XNUMX essais d'armes nucléaires dans le monde...

miroir

http://www.spiegel.de/einestages/mururoa-wie-frankreich-atombomben-auf-dem-atoll-testete-a-1100371.html
 

Wikipédia fr

Liste des essais d'armes nucléaires

Liste chronologique et incomplète des essais d'armes nucléaires. Le tableau ne contient que des points marquants de l'histoire de la détonation d'une bombe atomique à des fins de test...
 

Armes nucléaires de A à Z

États dotés d'armes nucléaires.html

 


07 mai 1966 (INES 4) INES Catégorie 4 "Accident"Institut de recherche RIAR, Melekess, près de Nijni Novgorod (Gorki), URSS

Un accident s'est produit dans le réacteur de recherche VK-50 : un technicien et le chef de quart ont été exposés à une forte dose de rayonnement.
(Frais ?)

Accidents nucléaires
 

Peste des centrales nucléaires

VK-50 Melekess (Russie)

Le 7 mai 1966, un accident se produit dans le réacteur de recherche VK-50 : une réaction en chaîne de neutrons rapides entraîne une excursion de puissance. L'opérateur et le chef d'équipe ont été exposés à une forte dose de rayonnement...
 

Wikipédia fr

RIRE

À l'Institut de recherche sur les réacteurs atomiques de Melekess, une excursion de puissance utilisant des neutrons rapides s'est produite dans un réacteur expérimental à eau bouillante (réacteur VK). L'opérateur et le chef d'équipe ont reçu de fortes doses de rayonnement...

Avec le VK-50 à Melekess, le concept de réacteur à eau bouillante des États-Unis a également été brièvement adopté dans les années 1960, qui a cependant pris fin brutalement après deux ans avec un grave accident...

Liste_des_installations_nucléaires_en_Russie#Histoire
 

Wikipédia sur

Accidents nucléaires par pays # Russie

 


Perte d'une bombe atomique (Broken Arrow)17 janvier 1966 (Flêche brisée) Palomares, Espagne, États-Unis

La chaîne nucléaire

Palomares, Espagne

Crash d'un avion nucléaire

En janvier 1966, quatre bombes à hydrogène ont explosé près de la ville espagnole de Palomares après qu'un B-52 de l'US Air Force soit entré en collision avec un autre avion en vol. Les explosifs non nucléaires de deux bombes ont explosé et propagé des retombées radioactives sur une vaste zone. Même 40 ans après l'accident, des sols contaminés par la radioactivité peuvent être découverts à proximité du lieu de l'accident.

Fond

Le 17 janvier 1966, un bombardier B-52 de l'US Air Force est entré en collision avec l'avion ravitailleur alors qu'il faisait le plein en vol. L'accident s'est produit à environ 9.500 52 m au-dessus du petit village de pêcheurs espagnol de Palomares. À cette époque, le B-80 avait à son bord quatre bombes à hydrogène, qui ont été larguées après la collision et se sont écrasées avec l'avion. Les parachutes n’ont pas fonctionné sur deux des bombes. Ils ont frappé les limites est et ouest de la ville, provoquant l'explosion de certains explosifs non nucléaires de ces armes. Ce n’est que grâce à une coïncidence qu’aucune réaction en chaîne ne s’est produite dans les têtes nucléaires. Cependant, l'explosion a propagé des matières radioactives, principalement de l'uranium et du plutonium, à travers les champs de Palomares. Des vents violents ont projeté le nuage radioactif contenant de la poussière de plutonium sur de longues distances, provoquant une contamination généralisée de la zone environnante. La troisième bombe à hydrogène a été retrouvée rapidement et relativement intacte par les équipes de récupération, tandis que la quatrième bombe n'a été récupérée des fonds marins que 1968 jours plus tard. Après l'accident de Palomares, l'Espagne a interdit les survols avec des armes nucléaires dans son espace aérien. Les vols de patrouille réguliers équipés d'armes nucléaires ont été réduits, mais n'ont été complètement arrêtés qu'après l'accident de Thulé en XNUMX...
 

Wikipédia fr

Accident nucléaire de Palomares

L'accident nucléaire de Palomares, impliquant des armes nucléaires du Strategic Air Command de l'US Air Force, s'est produit le 17 janvier 1966 près de Palomares, une petite ville de la côte sud-est de l'Espagne, entre Almería et Carthagène. Un bombardier américain transportant quatre bombes à hydrogène et un avion ravitailleur sont entrés en collision en vol. Aucune des bombes à hydrogène n'a explosé, mais les détonateurs remplis de plutonium de deux des bombes ont explosé, dispersant plusieurs kilos de plutonium 239 hautement radioactif à travers le paysage...
 

Wikipédia sur

Incidents de flèche brisée

Le département américain de la Défense a officiellement reconnu au moins 32 incidents de Broken Arrow entre 1950 et 1980.

Des exemples de ces événements sont :

Accident d'un B-1950 en Colombie-Britannique en 36
1956 Disparition du B-47
1958, incident de perte d'armes nucléaires à Mars Bluff B-47
Collision en vol à Tybee Island en 1958
Accident du B-1961 à Yuba City en 52
Accident du Goldsboro B-1961 en 52
Accident du Savage Mountain B-1964 en 52
Accident de piste de Bunker Hill AFB en 1964
1965 Incident de la mer des Philippines A-4
Accident du Palomares B-1966 en 52
Accident d'un B-1968 sur la base aérienne de Thulé en 52
Explosion du missile Damas Titan en 1980, Arkansas

Officieusement, la Defense Atomic Support Agency (maintenant connue sous le nom de Defense Threat Reduction Agency (DTRA)) a détaillé des centaines d’incidents de « flèche brisée ».

traduction avec https://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
 

Wayback Machine fr

La liste OUPS

Un rapport des laboratoires Sandia de 1973, citant une compilation alors secrète de l'armée, indiquait qu'entre 1950 et 1968, un total de 1.250 272 armes nucléaires américaines ont été impliquées dans des accidents ou des incidents de gravité variable, dont 22 (XNUMX %), dans lesquels des circonstances se sont produites qui , dans certains cas, a déclenché la détonation de l'explosif conventionnel de l'arme...

 


1965


 

Le 2 mars 1965, les États-Unis bombardent pour la première fois le Nord-Vietnam et à partir du 8 mars, des troupes de combat américaines régulières débarquent au Vietnam.

*

20 janvier 1965 (INES 4 | NOMS 3,7) usine nucléaire INES Catégorie 4 "Accident"LLNL, Livermore, États-Unis

Environ 13000 TBq ont été rejetés par la cheminée de l'usine de tritium en 1965. Cet accident est resté secret pendant des années, pendant lesquelles la population a augmenté et a construit des maisons sur des sols contaminés..
(Coût environ 6,1 millions de dollars US)

Accidents nucléaires
 

Veiller à l'écologie de Livermore

Livermore Eco Watchdogs (Ce domaine n'est plus disponible.)

Doses historiques au public provenant des rejets de routine et accidentels de tritium

Au cours de ses cinquante-trois années d'exploitation, des estimations ont été réalisées sur le site Livermore du Lawrence Livermore National Laboratory 29300 TBq le tritium rejeté dans l'atmosphère ; environ 75 % de cette quantité a été rejetée accidentellement sous forme de tritium gazeux en 1965 et 1970. Les émissions de routine ont contribué à hauteur d'un peu plus de 3700 XNUMX TBq tritium gazeux et environ 2800 XNUMX TBq vapeur d'eau tritiée à la dose totale à...

traduction avec https://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
 

La deuxième dose la plus élevée résultait de la Libéré 10700 TBq en 1970.

UTILISATION DU TRITIUM AU LABORATOIRE DE LIVERMORE :

Le tritium et le Lawrence Livermore National Laboratory

Deux des trois plus grands accidents liés au tritium que j'ai jamais vu se sont produits ici, au siège du Livermore Lab. En 1965 et 1970, le Livermore Lab a libéré environ 650000 23700 Curies (XNUMX XNUMX TBq) Tritium rejeté dans l'air par les cheminées de l'usine de tritium (bâtiment 331). 

Remarque : Un curie correspond à 37 milliards de processus de désintégration radioactive par seconde, en becquerels 37 GBq.

Après l'accident de 1965, peu de données sont disponibles sur la configuration des vents, les précipitations, etc., mais après l'accident de 1970, les scientifiques du Livermore Lab ont trouvé des niveaux élevés de tritium qu'ils ont liés à l'accident de 1970, aussi loin au sud que Fresno, dans le sud-est à environ 200 à des miles.

traduction avec https://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
 

Wikipédia fr

Malheureusement, il y en a Wikipédia de aucune information sur les accidents de 1965 et 1970.

Lawrence_Livermore_National_Laboratoire
 

Wikipédia sur

Aussi en anglais Wikipédia seuls les rapports judiciaires habituels peuvent être trouvés.

Lawrence_Livermore_National_Laboratory#Public_protests

Manifestations publiques

J'ai noté la Groupe d'action de Livermore a organisé de nombreuses manifestations de masse contre la production d'armes nucléaires par le Laboratoire national Lawrence Livermore de 1981 à 1984. Le 22 juin 1982, plus de 1300 2003 militants anti-armes nucléaires sont arrêtés lors d’une manifestation non-violente. Plus récemment, des manifestations annuelles ont eu lieu à Lawrence Livermore contre la recherche sur les armes nucléaires. En août 1000, 2007 64 personnes ont manifesté contre les « ogives nucléaires de nouvelle génération » aux laboratoires Livermore. 2008 personnes ont été arrêtées lors des manifestations de 80. En mars XNUMX, plus de XNUMX personnes ont été arrêtées alors qu'elles manifestaient devant les portes.

Le 27 juillet 2021, la Society of Professionals, Scientists, and Engineers - University of Professional & Technical Employees Local 11, CWA Local 9119 a déclenché une grève de trois jours contre les pratiques de travail déloyales.

traduction avec https://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

 


1964


 

1964 à 1979 (INES 4) Akw Beloïarsk, URSSINES Catégorie 4 "Accident"

Wikipédia fr

Centrale nucléaire de Beloïarsk

De 1964 à 1979, il y a eu une série de destructions de canaux de combustible dans le réacteur 1 de la centrale nucléaire de Beloyarsk. Dans chacun de ces accidents, le personnel a été exposé à une radioexposition importante...
 

Wikipédia sur

Accidents nucléaires par pays # Russie
 

Peste des centrales nucléaires

https://atomkraftwerkeplag.fandom.com/de/wiki/Beloyarsk_(Russland)

 


24 juillet 1964 (INES 4) usine nucléaire INES Catégorie 4 "Accident"UNC Charlestown, RI, États-Unis

Wikipédia fr

Liste des accidents dans les installations nucléaires#1960s_Years

Dans une usine de fabrication de combustible nucléaire de United Nuclear Corporation à Charlestown, un ouvrier de 38 ans, Robert Peabody, a causé un accident impliquant une solution d'uranium liquide. En conséquence, Peabody a été exposé à une dose mortelle de rayonnement d'environ 88 sieverts. (INES : 4)
 

Wikipédia sur

United Nuclear Corporation, jonction de Wood River

Le 24 juillet 1964, un accident mortel de criticité s'est produit à l'installation nucléaire de Wood River Junction de United Nuclear Corporation. Cette usine a été conçue pour la récupération d'uranium hautement enrichi à partir de déchets issus de la production d'éléments combustibles. Le technicien Robert Peabody a travaillé avec un réservoir contenant de l'uranium 235 radioactif dans une solution de carbonate de sodium agitée avec un agitateur. Dans l'intention d'ajouter une bouteille de trichloroéthane pour éliminer les matières organiques, il a accidentellement ajouté une bouteille de solution d'uranium dans le réservoir, entraînant une excursion de criticité (emballement de la réaction en chaîne) qui s'accompagne d'un flash de lumière et du jaillissement d'environ 20 % de le contenu du réservoir (environ 10 litres de 40 à 50 litres y compris le contenu de la bouteille).

Cette criticité a exposé Peabody, 37 ans, à une dose de rayonnement létale de "plus de 700 rem", équivalant à 7 Sv. Il est décédé 49 heures après l'incident...

traduction avec https://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

 


Le champignon atomique est synonyme de bombes atomiques ou à hydrogène, également dans le cadre d'essaisTerrain d'essai d'armes nucléaires1 avril 1964 - Site d'essais d'armes nucléaires de la Chine Lop ni

Depuis 1945, il y a eu plus de 2050 XNUMX essais d'armes nucléaires dans le monde...

Wikipédia fr

Site d'essais d'armes nucléaires de Lop Nor

Le site d'essais d'armes nucléaires chinois Lop Nor a été construit le 1er avril 1960 dans le Xinjiang près de Qinggir au nord du désert de Lop Nor dans les montagnes de Kuruk Tagh comme le plus grand site d'essais d'armes nucléaires au monde avec une superficie de 100.000 1964 km². Entre 1996 et 45, un total de 16 essais nucléaires aériens (dernier le 1980 octobre 1967) et souterrains pour des bombes au plutonium et à partir de XNUMX également pour des bombes à hydrogène y ont été effectués.
 

Liste des essais d'armes nucléaires

Liste chronologique et incomplète des essais d'armes nucléaires. Le tableau ne contient que des points marquants de l'histoire de la détonation d'une bombe atomique à des fins de test...
 

Armes nucléaires de A à Z

https://www.atomwaffena-z.info/heute/atomwaffenstaaten.htm

 


1963


 

Ai-je manqué quelque chose? Y avait-il un militaire connu vers 2050 Essais d'armes nucléaires ou même un incident jusqu'alors peu connu, éventuellement du secteur civil ou médical ?

nucleaire-welt@ Reaktorpleite.de

 


1962


 

Le champignon atomique est synonyme de bombes atomiques ou à hydrogène, également dans le cadre d'essais1er mai 1962 - Essai de la bombe atomique française "Beryl" à À Ecker AlgerienTerrain d'essai d'armes nucléaires

Essai nucléaire Béryl - En 1961 et 1962, la France a mené 13 essais nucléaires souterrains dans les monts du Hoggar, le deuxième essai "Béryl" le 01er mai 1962 a percé et a été réalisé en surface...
 

Depuis 1945, il y a eu plus de 2050 XNUMX essais d'armes nucléaires dans le monde...

Peste des centrales nucléaires

Essais de bombes atomiques France

Algérie et Polynésie française

Jusqu'en 2001, le gouvernement français a toujours nié qu'il y ait eu des victimes de radiations à la suite de ses 210 essais nucléaires en Algérie et en Polynésie.

Dans le Sahara algérien, peu après l'un des essais, des recrues françaises auraient été délibérément conduites sur le lieu de l'explosion afin "d'explorer les effets physiques et psychologiques des armes nucléaires sur les populations". De nombreux vétérans des essais nucléaires souffrent aujourd'hui de cancer et d'autres maladies liées aux radiations...
 

Armes nucléaires de A à Z

Les États dotés d'armes nucléaires

Aperçu des arsenaux nucléaires dans le monde...
 

Wikipédia fr

Essais français de bombes atomiques

Dans les environs d'In Ekker, la France exploitait un centre expérimental pour les militaires ("Centre d'expérimentations militaires des oasis, CEMO"). 7 essais d'armes nucléaires y ont été effectués entre le 1961 novembre 16 et le 1966 février 13. Au deuxième essai (Béryl) le 1er mai 1962, la fermeture du tunnel ne tient pas. Des gaz radioactifs, de la poussière et de la lave ont été émis. Les observateurs de l'essai ont été contaminés (dont les ministres français présents)...

Liste des essais d'armes nucléaires

Liste chronologique et incomplète des essais d'armes nucléaires. Le tableau ne contient que des points marquants de l'histoire de la détonation d'une bombe atomique à des fins de test...

 


1961


 

Le champignon atomique est synonyme de bombes atomiques ou à hydrogène, également dans le cadre d'essais30 octobre 1961 - Essai de bombe à hydrogène, URSS - "AN602" Novaya ZemliaTerrain d'essai d'armes nucléaires

Depuis 1945, il y a eu plus de 2050 XNUMX essais d'armes nucléaires dans le monde...

Armes nucléaires de A à Z

La détonation de la Tsar Bomb (ou Tsar Bomb)

[...] Le test a été effectué à un moment où la tension était élevée. Le 1er septembre 1961, un moratoire de trois ans sur les essais a pris fin. Au cours des 16 mois suivants, les États-Unis et la Russie ont procédé à davantage d’essais en surface qu’au cours des 16 années précédentes.

Cependant, cette bombe était inutilisable militairement en raison de son poids élevé et a été conçue comme une pure démonstration de puissance pendant la guerre froide...
 

Wikipédia fr

AN602

L'AN602 était une bombe à hydrogène qui a explosé le 30 octobre 1961 dans le nord de l'Union soviétique. Cela a créé la plus grande explosion jamais provoquée par l’homme…

Construction

Celle d'une équipe autour du dernier dissident Andreï Sakharov La bombe construite pesait 27 tonnes, mesurait huit mètres de long et deux mètres de diamètre. Il a été construit en trois étapes et conçu pour une force explosive de 100 MT. La moitié de la puissance explosive a été omise pour le test afin de réduire la contamination radioactive de 97 pour cent...

puissance explosive

Selon les informations soviétiques, la puissance explosive de la bombe Tsar était de 50 MT, ce qui la rendait environ 4000 XNUMX fois plus puissante que la bombe Hiroshima Little Boy et environ trois à quatre fois plus puissante que Castle Bravo, le test d'armes nucléaires le plus puissant de l'histoire. ETATS-UNIS...

La quantité d'explosif chimique TNT, qui libérerait une énergie comparable à celle de la bombe tsariste, aurait un diamètre de 400 mètres comme une sphère.

réalisation de l'épreuve

La bombe a explosé le 30 octobre 1961 à 11 h 32, heure de Moscou, au-dessus du site d'essai de Soukhoï Nos, zone C, à environ 73,8° de latitude nord et 54,6° de longitude est, dans la baie de Mityushika, sur l'île de Novaya Zemlya. Il a été largué depuis un bombardier Tupolev Tu-95W modifié à une altitude de 10.500 XNUMX mètres et décéléré par un parachute pour donner à l'avion suffisamment de temps pour quitter la zone d'essai...

effets

L'explosion a eu lieu à environ 4.000 XNUMX m d'altitude...

Liste des essais d'armes nucléaires

Liste chronologique et incomplète des essais d'armes nucléaires. Le tableau ne contient que des points marquants de l'histoire de la détonation d'une bombe atomique à des fins de test...

 


19 juin 1961 (INES 3 | NOMS 4)INES Catégorie 3 "Incident Grave" usine nucléaire Windscale/Sellafield, GBR

Une fuite dans un évaporateur a libéré de grandes quantités de liquide contenant du plutonium (540 TBq) libéré dans l'eau de refroidissement. Bien qu'il s'agisse du XNUMXe plus grand rejet de radioactivité au monde, nous n'avons pas d'autres informations.
(Coût environ 800 millions de dollars US)

Accidents nucléaires
 

La chaîne nucléaire

Sellafield/Windscale, Royaume-Uni

La plus grande installation nucléaire civile et militaire d'Europe se trouve à Sellafield. Alors que le plutonium y était autrefois produit pour le programme d'armement nucléaire britannique, le site sert aujourd'hui d'installation de retraitement des déchets nucléaires. L'incendie majeur de 1957 et les nombreuses fuites radioactives ont contaminé l'environnement et exposé la population à des niveaux de radiations accrus...
 

Cet incident ainsi que plusieurs autres rejets de radioactivité sont en Wikipédia de est introuvable.

Wikipédia fr

Sellafield

Le complexe a été rendu célèbre par un incendie catastrophique en 1957 et par de fréquents incidents nucléaires, ce qui est l'une des raisons pour lesquelles il a été rebaptisé Sellafield. Jusqu'au milieu des années 1980, de grandes quantités de déchets nucléaires générés par les opérations quotidiennes étaient rejetées sous forme liquide via un pipeline dans la mer d'Irlande.
 

Wikipédia sur

Sellafield # Incidents

Rejets radiologiques

Entre 1950 et 2000, il y a eu 21 incidents ou accidents graves hors site impliquant des rejets radiologiques qui ont justifié une classification sur l'échelle internationale des événements nucléaires, un au niveau 5, cinq au niveau 4 et quinze au niveau 3. En outre, il y a eu des rejets intentionnels de plutonium et de particules d'oxyde d'uranium irradiées dans l'atmosphère connues pendant de longues périodes dans les années 1950 et 1960...

traduction avec https://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
 

Peste des centrales nucléaires

Sellafield (anciennement_Windscale), Royaume-Uni

Il existe des usines nucléaires comparables partout dans le monde :

Enrichissement et retraitement de l'uranium - installations et emplacements

Lors du retraitement, l'inventaire des éléments combustibles usés peut être séparé les uns des autres dans un procédé chimique complexe (PUREX). L'uranium et le plutonium séparés peuvent alors être réutilisés. Quant à la théorie...

 


INES Catégorie 4 "Accident"3 janvier 1961 (INES 4 | NOMS 2,9) SL-1, NRTS Idaho Falls, États-Unis

Dans cet accident survenu dans ce qui était essentiellement le premier petit réacteur modulaire (SMR), 3 personnes et 41 sont mortes TBq rayonnement radioactif Wurden libéré
(Coût environ 26 millions de dollars US)

Accidents nucléaires
 

Wikipédia fr

Laboratoire national de l'Idaho

L'accident peut être trouvé dans l'article Wikipédia dans ce paragraphe :

Le Réacteur stationnaire de faible puissance numéro un (SL-1) était un réacteur de particulièrement faible puissance destiné à fournir de l'énergie électrique et de la chaleur aux stations éloignées de l'armée américaine telles que les stations radar dans l'Arctique. Lors d'un accident survenu le 3 janvier 1961, trois personnes, le personnel d'exploitation du réacteur, furent tuées. De l'iode radioactif s'est échappé du bâtiment du réacteur et a contaminé les environs avec une contamination 50 à 100 fois supérieure à la contamination naturelle ; même à 80 km dans le sens du vent, le niveau de rayonnement était deux fois supérieur à la normale...

Liste des accidents dans les installations nucléaires #années 1960

À la National Reactor Testing Station Idaho, le réacteur expérimental SL-1 a subi une explosion de vapeur critique et une forte libération de matières radioactives, tuant les trois membres de l'équipe d'exploitation. A l'exception de l'iode-131, la propagation du rayonnement a été limitée à une zone de 12.000 30 m². Dans un rayon de 131 km autour du réacteur, la contamination de la végétation par l'iode 100 était d'environ 80 fois l'intensité du rayonnement naturel. Même à XNUMX km de là, la charge sur la végétation était deux fois plus élevée...

... L'équipe de secours n'a pas trouvé d'incendie ni de victimes dans un premier temps, mais elle a trouvé des niveaux de rayonnement d'environ 10 mSv/h à l'intérieur du bâtiment du réacteur. Lorsque l'équipement de protection approprié est arrivé, une équipe est entrée dans le bâtiment du réacteur et a trouvé un mort et un autre membre de l'équipage de trois hommes toujours en vie. Selon un rapport de la Commission américaine de l'énergie atomique, 22 sauveteurs ont reçu une dose équivalente comprise entre 30 et 270 mSv. Le réacteur a été démantelé et le cœur du réacteur de 12 tonnes et la cuve sous pression ont été enterrés quelques mois plus tard...
 

Wikipédia sur

Accidents nucléaires par pays#États-Unis

traduction avec https://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

 


1960


 

3 avril 1960 (INES 4) Réacteur de recherche INES Catégorie 4 "Accident"Réacteur WTR-2, Waltz Mill, États-Unis

Accident de fusion du réacteur WTR-2 sur le site de Waltz Mill de Westinghouse.
(Coût environ 38 millions de dollars US)

Accidents nucléaires
 

Cet incident ainsi que plusieurs autres rejets de radioactivité sont en Wikipédia de est introuvable.

Wikipédia sur

Westinghouse_TR-2#1960_accident

Le dimanche soir 3 avril 1960, le réacteur subit une fusion partielle. Un élément combustible a fondu et a libéré les produits de fission gazeux radioactifs krypton et xénon. La surchauffe et les dommages ultérieurs à l'assemblage combustible auraient été causés par un manque local de débit de liquide de refroidissement suffisant. L'accident a été classé 4 sur l'échelle internationale des événements nucléaires, ce qui signifie un accident avec des conséquences locales.

La première notification de l'accident par l'AEC est venue par un appel téléphonique de Westinghouse au bureau des opérations de l'AEC à New York. Dans une lettre ultérieure, Westinghouse a déclaré : « Une activité élevée dans le liquide de refroidissement primaire et des niveaux de rayonnement élevés sur le site ont conduit à l'arrêt du WTR et à l'évacuation du site vers 20 h 50 le 3 avril 1960. Il y a preuve que les niveaux élevés étaient causés par une défaillance d'un élément combustible. "...

traduction avec https://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

 


13 février 1960 - 1er essai de bombe atomique française à Reggane, AlgérieLe champignon atomique est synonyme de bombes atomiques ou à hydrogène, également dans le cadre d'essaisTerrain d'essai d'armes nucléaires

 

Depuis 1945, il y a eu plus de 2050 XNUMX essais d'armes nucléaires dans le monde...

FAZ - Frankfurter Allgemeine Zeitung

La France a délibérément fait irradier des soldats

La puissance nucléaire émergente, la France, a envoyé des soldats dans les zones radioactives d'Algérie pour une série d'essais nucléaires au début des années XNUMX et se souciait peu de leur santé. La révélation des extraits d'un rapport secret.

À environ 50 km au sud-ouest de Reggane ou à 20 km au sud de Hamoudia, il y avait un site d'essais d'armes nucléaires français (CSEM - Centre Sahara des Expérimentations Militaires) jusqu'en 1965. Là, le 13 février 1960, la France a effectué son premier essai nucléaire avec une bombe atomique de 70 kT, qui était environ 4 fois plus puissante que la bombe d'Hiroshima. Le 1er avril 1960, le 27 décembre 1960 et le 25 avril 1961, trois autres essais de bombes atomiques en surface avec moins de 5 kT chacun ont été effectués sur ce site...
 

Peste des centrales nucléaires

Essais de bombes atomiques France

Algérie et Polynésie française

Jusqu'en 2001, le gouvernement français a toujours nié qu'il y ait eu des victimes de radiations à la suite de ses 210 essais nucléaires en Algérie et en Polynésie.

Dans le Sahara algérien, peu après l'un des essais, des recrues françaises ont été délibérément conduites sur le site de l'explosion afin "d'explorer les effets physiques et mentaux de l'arme nucléaire sur les personnes". De nombreux vétérans des essais nucléaires souffrent maintenant de cancer et d'autres maladies liées aux radiations...

Environ 150.000 XNUMX personnes ont travaillé pour le programme de test, dont beaucoup ont été exposées à des radiations non protégées, ont développé un cancer et sont décédées...
 

Armes nucléaires de A à Z

Les États dotés d'armes nucléaires

Aperçu des arsenaux nucléaires dans le monde...
 

Wikipédia fr

Essais français de bombes atomiques

Le 13 février 1960, la France teste sa première bombe atomique (d'un rendement de 70 kt équivalent TNT) près de Reggane. C'était la bombe la plus puissante jamais explosée lors d'un premier essai. A titre de comparaison : le premier test US (Trinity) avait une puissance de 20 kt, le premier test USSR (RDS-1) était de 22 kt, le premier test britannique (Hurricane) était de 25 kt. La bombe d'Hiroshima (Little Boy) était de 13 kt, la bombe de Nagasaki (Fat Man) était de 22 kt. Les trois autres bombes de surface à Reggane faisaient moins de 5 kt chacune...
 

Liste des essais d'armes nucléaires

Liste chronologique et incomplète des essais d'armes nucléaires. Le tableau ne contient que des points marquants de l'histoire de la détonation d'une bombe atomique à des fins de test...

*

2019-2010 | 2009-20001999-19901989-19801979-19701969-19601959-19501949-1940 | précédemment

 


Pour travailler sur 'Newsletter du THTR','réacteurpleite.de«Et»Carte du monde nucléaire' vous avez besoin d'informations à jour, de compagnons d'armes énergiques et frais de moins de 100 (;-) et de dons. Si vous pouvez aider, veuillez envoyer un message à : info@Reaktorpleite.de

Appel aux dons

- Le THTR-Rundbrief est publié par le 'BI Environmental Protection Hamm' et est financé par des dons.

- Le THTR-Rundbrief est entre-temps devenu un support d'information très remarqué. Cependant, il y a des coûts permanents en raison de l'expansion du site Web et de l'impression de fiches d'information supplémentaires.

- Le THTR-Rundbrief recherche et rapporte en détail. Pour que nous puissions le faire, nous dépendons des dons. Nous sommes heureux de chaque don!

Les dons représentent: BI protection de l'environnement Hamm

Objectif: Newsletter du THTR

IBAN: DE31 4105 0095 0000 0394 79

BIC: JAMBON SOUDÉ1

 


Sources haut de page

***