La faillite du réacteur - THTR 300 Les newsletters du THTR
Études sur THTR et bien plus encore. La liste de répartition THTR
La recherche HTR L'incident du THTR dans le "Spiegel"

Les newsletters THTR de 2015

***


        2021 2020
2019 2018 2017 2016 2015 2014
2013 2012 2011 2010 2009 2008
2007 2006 2005 2004 2003 2002

Newsletter THTR n°146, décembre 2015 :


contenu:

Chine : Nouveaux plans et faillites notoires

Réacteurs de génération IV : Tracer la voie pour les 10 prochaines années

3sat - la diffusion reprend la rhétorique de l'industrie nucléaire !

Que vont devenir les 152 roulettes de Jülich ?

Hannelore Kraft ignore la protection du climat et les droits humains

Nécrologie : Wolfgang Zucht est décédé

Désobéissance civile et démocratie

Chers lecteurs!

 


***

Chine : Nouveaux plans et faillites notoires - Deux nouveaux réacteurs à haute température prévus à Ruijin

Newsletter THTR n°146, décembre 2015En plus du petit réacteur de recherche en grande partie fermé à Pékin, un réacteur à haute température (HTR) est en construction sur la péninsule du Shandong près de la ville de Shidaowan depuis 2012. Il a depuis été annoncé que deux autres HTR sont prévus à Ruijin, dans le sud de la Chine.

En octobre 2013, la China Nuclear Engineering Corporation (CNEC) a signé un accord-cadre avec la ville de Ruijin dans la province du Jiangxi pour la construction de deux réacteurs à haute température de 600 MW (1). Une société de projet pour cela a été fondée en novembre 2014. La CNEC est l'une des dix plus grandes organisations du complexe militaro-industriel chinois. En collaboration avec la Commission nationale pour le développement et la réforme (NDRC), il présentera une proposition de projet pour le plan national de développement.

La Commission de développement de la province du Jiangxi a maintenant donné son approbation pour les travaux préliminaires du HTR. Selon le communiqué de presse mentionné ci-dessus, la construction devrait commencer en 2017. L'achèvement et la première production d'électricité sont donc prévus pour 2021.

Le réacteur du Shandong

Afin de pouvoir classer plus précisément ces annonces, il est logique de revenir sur la façon dont le calendrier du projet HTR de 200 MW prévu et encore inachevé sur la péninsule du Shandong a reculé de plus en plus : en 2005, l'emplacement de la un nouveau HTR a été annoncé (2). A cette époque, la date donnée pour le début de la construction était 2007 et la date de mise en service en 2010.

Le 28 octobre 2014, le 7e congrès international sur la technologie HTR s'est déroulé à l'Université de Tsinghua à proximité du réacteur à haute température en construction.

La réalité est différente : la construction n'a commencé qu'en 2012 (3). Jusqu'à il y a quelques mois, la fin de l'année 2015 était donnée comme date de mise en service (4). Ce sera désormais fin 2017. Les « travaux de génie civil » du réacteur sont sur le point de s'achever et les travaux internes pourront bientôt commencer, disent-ils. Même si cette échéance était effectivement respectée, ce serait un fier huit ans de construction ! - En tout cas, aucun progrès rapide de la construction n'est visible ici.

Il ne reste que l'usine d'éléments combustibles du projet HTR à Baotou en Mongolie intérieure (5). Dans la circulaire THTR n°144, nous signalions, en référence à une source chinoise, qu'après le début de la construction en février 2013, l'usine de production annuelle des 300.000 2014 éléments combustibles s'est achevée en septembre XNUMX (6). En attendant, ce lien n'existe plus et il a été mentionné ailleurs comme date d'août 2015 (7). Jusqu'à présent, cependant, on ne savait rien de la mise en service effective de l'usine de combustible nucléaire.

Anmerkungen:

1. http://www.world-nuclear-news.org/NN-Ruijin-HTR-plant-proposal-progresses-2704154.html

2. http://www.machtvonunten.de/atomkraft-und-oekologie/180-nukleare-premiere.html

3. http://www.reaktorpleite.de/thtr-rundbriefe-seit-2002/55-sp-590/rundbriefe-2014/495-thtr-rundbrief-nr-144-november-14.html#Hochtemperaturreaktor-China

4. http://www.world-nuclear-news.org/ENF-Irradiation-trials-of-HTR-PM-fuel-completed-0501154.html

5. voir remarque 3.

6. voir remarque 3.

7. voir remarque 4.

 

***

Réacteurs de génération IV :

Fixer le cap pour les 10 prochaines années

haut de pageVers le haut de la page - reaktorpleite.de - circulaire THTR 146

Cette année, l'accord-cadre sur la coopération internationale dans la recherche et le développement des centrales nucléaires de 4e génération a été prolongé de dix ans. Cela a été annoncé par le Forum international Génération IV (GIF). Le développement et la recherche de la ligne de réacteurs HTR est l'un des principaux axes de cette alliance. Cela a eu lieu en 2000 à l'initiative des États-Unis.

Aujourd'hui, 13 pays sont concernés. Dix d'entre eux, à savoir la Chine, la France, le Japon, le Canada, la Russie, la Suisse (via l'Institut Paul Scherrer), l'Afrique du Sud, la Corée du Sud, les États-Unis et Euratom ont signé l'accord-cadre et sont considérés comme membres du GIF. L'Argentine, le Brésil et le Royaume-Uni sont des membres inactifs. Grâce à leur adhésion à Euratom, les instituts de recherche allemands, en particulier le Forschungszentrum Jülich (FZJ), peuvent participer au développement ultérieur de ces réacteurs déguisés en recherche de sûreté malgré la sortie du nucléaire (1).

Encore et encore l'Afrique du Sud

Dans ce contexte, il est particulièrement intéressant que le 15 septembre 9, l'Afrique du Sud ait étendu sa coopération avec le GIF. Ce jour-là, la ministre sud-africaine de l'énergie Tina Joemat-Pettersson a signé l'accord-cadre pour les dix prochaines années (2). Pour rappel : l'Afrique du Sud a investi au total plus d'un milliard de dollars dans le développement du Pebble Bed Modular Reactor (PBMR), mais a finalement dû accepter qu'un projet aussi exigeant ne pouvait être abordé dans un marché émergent en crise (3). En 2009, le PBMR a été arrêté.

Évidemment, seulement six ans plus tard, une nouvelle génération de politiciens têtus et ambitieux n'abandonnera pas ses visions nucléaires. Début juillet, un accord entre l'Afrique du Sud et l'entreprise publique russe Rosatom a été signé. Une large offensive de propagande nucléaire est également prévue : « La sensibilisation des résidents à l'utilisation de technologies nucléaires avancées dans l'industrie de l'énergie et d'autres secteurs doit être augmentée et l'acceptation du public pour l'utilisation de l'énergie nucléaire doit être augmentée » (4). Après le gigantesque gaspillage de fonds publics sur le flop géant PBMR, cela semble évidemment nécessaire...

Opportunisme et Far West

Cette année, la coopération nucléaire entre la Chine et l'Afrique du Sud a également été élargie. Le 21 avril 2015, la China Nuclear Engineering Group Corporation (CNEC) et la South African Nuclear Energy Corporation Ltd (Necsa) ont convenu de travailler ensemble à la construction d'un réacteur à haute température en Afrique du Sud au cours des dix prochaines années (5). L'ambassadrice sud-africaine en Chine, Dolana Mismang, a signé l'accord lors d'une cérémonie. « La revitalisation de l'industrie nucléaire en Afrique du Sud » est également citée comme objectif. Cela comprend également l'exploitation des mines d'uranium et l'enrichissement de l'uranium.

La coopération entre la Chine et l'Afrique du Sud est extrêmement piquante à la lumière des dernières révélations : quelques semaines avant la signature du contrat, divers médias ont révélé des informations de sources de renseignement sud-africaines selon lesquelles la mystérieuse attaque, y compris l'échange de coups de feu, dans le sud-africain centre nucléaire de Pelindaba en 2007 par des agents chinois armés (6). La proie des chinois : des documents pour la construction de réacteurs à haute température !

Après leur propre tentative complètement ratée de construire le PBMR, l'organisation sud-africaine de l'énergie atomique en disgrâce est maintenant sur le tapis des Chinois puissants sur le plan économique et technologique pour demander le soutien de ceux qui leur ont volé un savoir-faire important huit ans plus tôt en utilisant des méthodes occidentales. - Une leçon sur l'impolitesse et l'opportunisme à traiter entre « partenaires » lors de l'utilisation d'une technologie très dangereuse.

Anmerkungen:

1. http://www.reaktorpleite.de/nr.-122-august-08.html

2. http://www.nuklearforum.ch/de/aktuell/e-bulletin/suedafrika-verlaengert-gif-zusammenarbeit

3. http://www.machtvonunten.de/atomkraft-und-oekologie/197-der-thtr-in-suedafrika-wird-nicht-gebaut.html

4. http://www.nuklearforum.ch/de/aktuell/e-bulletin/rosatom-staerkung-der-zusammenarbeit-mit-suedafrika

5. http://www.cnecc.com/en/tabid/665/SourceId/1462/InfoID/18114/language/zh-CN/Default.aspx

6. http://www.reaktorpleite.de/57-sp-590/rundbriefe-2015/522-thtr-rundbrief-nr-145-mai-2015.html

 

***

3sat - la diffusion reprend la rhétorique de l'industrie nucléaire !

haut de pageVers le haut de la page - reaktorpleite.de - circulaire THTR 146

Le 29 octobre 2015, 3sat a diffusé le documentaire scientifique "Tabu Nuclear Research", dans lequel des étudiants en génie nucléaire et leurs professeurs, mis en scène avec sensibilité, se plaignent amèrement que leurs "compétences" ne seront plus recherchées en Allemagne à l'avenir. en raison de la sortie du nucléaire pourraient devoir migrer à l'étranger.

En revanche, dans le programme, les opposants aux centrales nucléaires sont dépeints comme des gens qui ne savent plus vraiment comment traiter les déchets nucléaires et les ruines des réacteurs et qui, en plus, se bloquent contre une recherche scientifique compétente qui cherche solutions possibles. Les scientifiques nucléaires prudents et tournés vers l'avenir, cependant, seraient empêchés de mener des recherches de sécurité urgentes. Ce ténor traverse tout le film. - Une impudence !

Le fait qu'exactement ces scientifiques nucléaires étaient responsables d'une grande partie des incidents des centrales nucléaires et de leur dissimulation est caché dans le film. Ils voudraient saboter la sortie et continuer à expérimenter l'exploitation de centrales nucléaires. "L'Allemagne manque d'experts nucléaires, des esprits capables migrent à l'étranger, nous perdons un savoir-faire important" - c'est le message à sens unique de ce film de relations publiques du diffuseur public 3sat.

C'est pourquoi j'ai posté spontanément sur la page Facebook de 3sat :

"Pourquoi le professeur de Jülich Allelein a-t-il son mot à dire dans le film, qui banalise et passe sous silence les incidents à l'AVR Jülich depuis des années et n'a jamais caché qu'il préfère continuer à développer le réacteur à haute température ligne malgré la décision de sortie et les risques de sécurité élevés veulent continuer? - Et pourquoi vient le lauréat du prix du lanceur d'alerte Rainer Moormann, qui a découvert ces incidents et a même reçu beaucoup d'attention de la part de nombreux scientifiques nucléaires au niveau international, pourquoi Rainer Moormann n'a-t-il pas son mot à dire dans ce film ? Pourquoi ce film s'empare-t-il de la rhétorique de l'industrie nucléaire ("Nous avons profité du nucléaire..."), alors même que la société a dû lever des milliards d'euros de subventions supplémentaires déguisées pour cette technologie de faillite ?"

Le film n'a pas été fait sans intention : le professeur Allelein va prendre sa retraite en 2017 et souhaiterait que sa chaire poursuive ses recherches sur la ligne HTR avec l'argument hypocrite « Compétence pour le démantèlement ». Il serait beaucoup plus judicieux et surtout plus clair si ce démantèlement devait être intégré à la nouvelle RWTH Disposal Association. Mais c'est exactement ce que le lobby nucléaire veut empêcher dans les prochains mois et exploite les médias pour ces intérêts égoïstes. Le gouvernement rouge-vert de Rhénanie du Nord-Westphalie pourrait exercer une influence et faire en sorte que les représentants désignés de la transition énergétique donnent le ton dans les institutions de recherche à l'avenir et non les partisans bornés d'une forme d'énergie longtemps rejetée. par les électeurs de la République fédérale.

Avec 3sat, cependant, une chaîne de télévision financée par des fonds publics s'est laissée utiliser à mauvais escient comme outil de propagande pour l'industrie nucléaire.

Le film 3sat peut être visionné ici :

http://www.3sat.de/mediathek/?mode=play&obj=54594

 

***

Que vont devenir les 152 roulettes de Jülich ?

haut de pageVers le haut de la page - reaktorpleite.de - circulaire THTR 146

Des milliers de boules d'éléments combustibles radioactifs de la centrale électrique d'essai AVR, déclassée depuis longtemps, sont stockées à Jülich. On ne sait toujours pas où ils doivent être acheminés : vers l'entrepôt intermédiaire d'Ahaus, les États-Unis ou un nouvel entrepôt intermédiaire de Jülich.

Les initiatives antinucléaires de l'alliance suprarégionale contre Castorexporte et de l'alliance d'action Münsterland contre les installations nucléaires voient avec une grande inquiétude la débâcle des déchets nucléaires de Jülich. Marita Boslar de l'Alliance contre les exportations de Castor : « Désormais, le transport des Castors de Jülich vers l'entrepôt intermédiaire d'Ahaus devient de plus en plus probable ! - À notre connaissance, l'Office fédéral de la radioprotection ne traite que la demande de stockage des 152 roulettes dans l'entrepôt intermédiaire d'Ahaus. »

Nouvelles responsabilités - les questions au BfS devraient faire la lumière sur l'obscurité

Depuis quelques mois, le Forschungszentrum Jülich (FZJ) n'est plus responsable des déchets nucléaires. Une nouvelle société d'élimination des déchets de Jülich pour les centrales nucléaires mbH (JEN) ​​​​a été fondée. Elle est responsable du démantèlement de l'AVR et de la poursuite de la manutention des quelque 300 000 éléments combustibles stockés dans 152 castor castor. « Afin de faire la lumière sur ce point, nous avons maintenant envoyé à l'Office fédéral de radioprotection (BfS) une liste de questions très précises », explique Peter Bastian. Les initiatives anti-nucléaire veulent savoir exactement quelles options le JEN ont discuté avec l'Office fédéral de la radioprotection et pour quelles demandes d'options ont été faites. "Malheureusement, nous devons supposer que le centre de recherche n'a jamais soumis les études de sécurité sismique sur le site de Jülich qui étaient requises à l'époque et que le processus de stockage supplémentaire des déchets nucléaires à Jülich n'est plus en cours de traitement", a déclaré Peter Bastian. , désappointé. "Nous avons également posé des questions spécifiques à l'Office fédéral à ce sujet."

Les transports Castor démarreront-ils en 2016 ?

L'Office fédéral de la radioprotection a annoncé que le processus d'approbation pour le stockage des 152 roulettes AVR à Ahaus sera achevé à la fin de l'année. C'est pourquoi les initiatives ont demandé une réponse rapide. Marlies Schmidt ose sa colère : "On peut supposer que - comme c'est si souvent le cas - les vacances sont utilisées à mauvais escient pour annoncer une décision désagréable. " Utiliser le nouveau bâtiment à Jülich et contre les transports Castor. "

En cette fin d'année, les opposants au nucléaire vous invitent à flâner le dimanche de Noël le 20 décembre à 14h devant l'entrepôt d'Ahaus !

Pour un nouveau dépôt intermédiaire à Jülich !

« La débâcle de Castor montre clairement que le Forschungszentrum Jülich ne s'est jamais sérieusement occupé de ses déchets nucléaires », souligne Siegfried Faust. Il n'y a qu'une seule solution pour ceux qui s'opposent à l'énergie nucléaire : construire une nouvelle installation de stockage provisoire sûre au centre de recherche de Jülich. Parce que c'est seulement là que les roulettes peuvent être ouvertes et les sphères hautement poreuses et inflammables emballées pour l'élimination finale. Ceci n'est pas possible dans l'entrepôt intermédiaire d'Ahaus. Pour les réparations ultérieures, les roulettes devraient retourner d'Ahaus à Jülich car il n'y a pas de "cellule chaude" là-bas. Siegfried Faust : « 180 kilomètres à travers la Rhénanie du Nord-Westphalie jusqu'à Ahaus, c'est dangereux et irresponsable. Les habitants de Rhénanie du Nord-Westphalie supportent les coûts et les risques. Des incidents toucheraient les personnes qui habitent le long du parcours, mais aussi les policiers qui doivent sécuriser les transports. »

Communiqué de presse conjoint de l'alliance contre Castorexporte et de l'alliance d'action Münsterland contre les installations nucléaires du 27 novembre 11

 

***

Hannelore Kraft ignore la protection du climat et les droits humains

haut de pageVers le haut de la page - reaktorpleite.de - circulaire THTR 146

Lors de son voyage en Colombie du 25 au 27 novembre, la Première ministre de NRW, Hannelore Kraft, a fait de la publicité pour des entreprises en Rhénanie du Nord-Westphalie, ignorant largement les questions controversées telles que la protection du climat et les violations des droits humains liées à l'extraction du charbon.

La grande délégation d'entreprises qui accompagnait Kraft comprenait des représentants de la compagnie d'électricité STEAG, qui importe de la houille colombienne, ainsi que des entreprises du secteur de l'extraction du charbon. Le secteur du charbon en particulier a longtemps été critiqué en Colombie et dans d'autres pays pour des violations des droits de l'homme et la dégradation de l'environnement. Selon les médias et les représentants d'organisations non gouvernementales, Kraft n'est pas entré plus en détail sur les comptes des représentants syndicaux et des militants des droits de l'homme et a plutôt déclaré : « Je ne peux pas évaluer cela, les questions de droits de l'homme doivent être clarifiées, surtout ici par terre."

Les organisations Kolko, Powershift et Urgewald critiquent cette attitude de Kraft : « Des milliers de personnes ont été tuées et des dizaines de milliers déplacées dans les régions houillères de Colombie. De nombreux témoins ont témoigné sous serment que les compagnies charbonnières ont aidé à financer les gangs meurtriers. Malgré ces allégations bien connues, la social-démocrate Hannelore Kraft fait la promotion de la technologie minière NRW sans poser de questions critiques aux sociétés charbonnières présentes », a déclaré Sebastian Rötters de PowerShift.

« Mme Kraft a raté une occasion importante de soutenir ceux qui défendent leurs droits fonciers et un État de droit fonctionnel et qui ont reçu de nombreuses menaces de mort pour ce faire. Les questions de droits de l'homme ne doivent pas être subordonnées aux intérêts économiques », exige Alexandra Huck de kolko - les droits de l'homme pour la Colombie.

« Alors que l'élimination progressive du charbon est en cours de discussion en Allemagne et autour du sommet sur le climat à Paris, Mme Kraft se rend en Colombie pour vendre la technologie de l'extraction du charbon. C'est un signal complètement faux », déclare Heffa Schücking, directrice générale d'urgewald.

De : Communiqué de presse de « Urgewald » du 3 décembre 2015. - Plus d'informations sur la lobbyiste charbonnière Hannelore Kraft :

http://www.machtvonunten.de/atomkraft-und-oekologie/204-kohle-kraft-der-egoismus-regiert.html

 

***

Nécrologie : Wolfgang Zucht est décédé

haut de pageVers le haut de la page - reaktorpleite.de - circulaire THTR 146

Le 17 septembre 2015, Wolfgang Zucht, un important initiateur lors de la fondation et de la phase initiale de l'initiative citoyenne de Hamm, est décédé à l'âge de 86 ans.

Élevage de Wolfgang

Avec sa femme Helga Weber-Zucht, il avait contribué discrètement, mais d'autant plus durablement, à façonner de nombreuses initiatives citoyennes contre les centrales nucléaires depuis les années 70. Depuis que Wolfgang a été secrétaire de War Resisters International (WRI) à Londres de 1965 à 1973, il a pu s'appuyer sur une riche expérience des mouvements non-violents internationaux qui étaient largement inconnus en République fédérale d'Allemagne.

En tant qu'ouvriers des « ateliers de base », Helga et Wolfgang ont publié le « Service d'information pour les organisateurs non violents » à Kassel de 1974 à 1980, dont de nombreuses éditions ont également atteint Hamm, ont été lues ici et à partir desquelles une correspondance animée dans cet INFO s'est développée.

Service d'informationDepuis de nombreuses années, l'atelier et INFO sont non seulement devenus un carrefour unique d'informations autrement difficiles à obtenir, mais aussi de rapports d'expériences et de réflexions extrêmement utiles qui ont été importants lors de la phase fondatrice des initiatives citoyennes. Car avant 1973, les BI n'existaient pas sous leur forme actuelle. Nous avons innové à Hamm en 1975 lorsque nous nous préparions à fonder notre initiative citoyenne, et en tant que jeunes, nous étions assez inexpérimentés. Ici, nous pouvions apprendre sans être enseignés.

Des sociaux-démocrates aux maoïstes, beaucoup voulaient nous influencer et très souvent nous imposaient de soi-disant « bons conseils » sans qu'on le leur demande. Helga et Wolfgang, d'autre part, n'ont jamais essayé de persuader qui que ce soit, mais avec eux, différentes personnes et groupes ont pu présenter leurs perspectives et expériences respectives sur un problème particulier dans l'INFO. Au cours des discussions qui ont suivi, parfois longues, un résultat est généralement ressorti qui a été très utile pour beaucoup.

Dans cet « INFO », un total de 19 rapports ont été écrits sur la phase de fondation de Hammer BI, principalement par Theo Hengesbach, décédé depuis. Le camp de tentes à Frielinghausen, l'occupation du chantier par le « Centre d'information VEW », les événements de la jeunesse rurale, le festival folklorique et le rassemblement au THTR, la date de discussion pour la deuxième centrale nucléaire prévue à Hamm et, pour la première une fois dans l'histoire du mouvement de protection de l'environnement, une participation gênante à l'assemblée générale des actionnaires de VEW à Dortmund. Dans cet INFO, on pouvait également découvrir comment d'autres initiatives ont réussi, comment elles ont traité des problèmes récurrents tels que la discussion de la question de la violence et comment elles évaluent la politique énergétique actuelle.

Le soutien du mouvement pour refuser l'électricité, dans lequel 10 % de la facture d'électricité ont été versés sur un compte séquestre en guise de protestation contre les centrales nucléaires, était particulièrement important pour Wolfgang. En 1977, il a écrit plusieurs chapitres sur des expériences dans d'autres pays avec des campagnes similaires de désobéissance civile pour le livret "Pas de centrale nucléaire avec notre argent!", qui a été publié par le pasteur Welveraner Michael Schweizer et Theo Hengesbach.

À Hamm, nous avons soutenu cette campagne en distribuant quatre mille tracts et nos propres articles dans nos journaux municipaux « Der Grüne Hammer » et « Uentroper Umweltzeitung ». La brochure a été distribuée par la "Versandbuchhandlung Helga und Wolfgang Weber-Zucht", avec des centaines d'autres publications. De là, la librairie de vente par correspondance la plus complète et la mieux approvisionnée développée sur le thème des actions non-violentes et du pacifisme dans tout l'espace germanophone, présente et très appréciée lors de nombreux congrès, séminaires, conférences d'action et salons du livre. Une maison d'édition distincte a été créée avec des livres de et sur Gandhi, ML King et la Lanza del Vasto, très appréciés de Wolfgang (pour lequel un groupe de trois de Hamm dans le Larzac dans le sud de la France est même parti à la fin du années 70...).

En 1978, dans le numéro 33 d'une lettre à l'éditeur de la "Graswurzelrevolution", j'écrivais : peut être dû au fait que l'« Info » est rédigée de manière plus personnelle et contient davantage de rapports de fond sur la situation et le travail des BI et des groupes ». Il est étonnant que ce journal extraordinaire n'ait guère retenu l'attention dans le paysage médiatique très recherché. C'est peut-être aussi dû au fait que les chercheurs se sont trop concentrés sur le papier et qu'ils n'ont donc pas remarqué d'autres faits importants : le comportement amical, sympathique et modeste de Wolfgang ne peut pas être représenté de manière adéquate dans un format papier.

Plus tard, j'ai appris à mieux connaître Wolfgang lors de la réunion éditoriale d'une journée sur la « révolution populaire ». Alors que je me précipitais souvent avec impatience et agacé sur ma chaise lors de discussions compliquées et prolongées, Wolfgang écoutait attentivement et patiemment dans de telles situations, généralement pour dire quelque chose de profond plus tard. "Les tons forts qui ont été prononcés rapidement par excitation n'étaient pas son truc", a écrit très précisément Elmar Klink dans sa nécrologie.

Helga et Wolfgang Weber-Zucht

Dans sa maison d'édition, qu'il dirige avec Helga, Wolfgang a également apporté le livre « Plan d'action pour les mouvements sociaux. Un cadre stratégique pour des mouvements sociaux réussis ». Le « Plan d'action du mouvement » (MAP) de Moyer veut encourager les initiatives citoyennes à penser à long terme et surtout les inciter à capitaliser avec optimisme sur leurs réussites partielles.

Une pensée centrale dans ce MAP est que chaque personne peut trouver sa place dans la résistance en tant qu'activiste, réformateur, rebelle, assistant silencieux, manifestant sporadique ou écrivain (etc.) à sa manière et est nécessaire.

Les mouvements de vagues, les hauts et les bas des mobilisations au cours de décennies de résistance, ne sont ni dramatiques ni inquiétants. Connaître cette « horloge interne » de la résistance nous évite de grandes déceptions et une euphorie excessive et a un effet stabilisateur à long terme. Ces connaissances m'ont été d'une grande aide au cours des 40 dernières années.

Dans la notice nécrologique de Wolfgang dans la TAZ, il y avait une citation de Bart de Ligt : « Les nouvelles idées ne sont connues que grâce à la persévérance d'une minorité audacieuse ! » a fait Wolfgang toute sa vie. Il va beaucoup me manquer.

Horst Blume

La page commémorative de Wolfgang Zucht peut être consultée ici :

http://www.dadaweb.de/wiki/Wolfgang_Zucht_-_Gedenkseite

 

***

Désobéissance civile et démocratie

Une contribution attendue depuis longtemps au débat sur la résistance des initiatives citoyennes

haut de pageVers le haut de la page - reaktorpleite.de - circulaire THTR 146

Wolfgang Zucht a écrit cet article en 1980 dans « Umweltmagazin » (n° 1), le journal de « l'Association fédérale des initiatives citoyennes pour la protection de l'environnement » (BBU) :

Désobéissance civileAu cours des 30 ans d'histoire de la République fédérale d'Allemagne, il y a eu à maintes reprises des groupes de citoyens à l'intérieur et à l'extérieur des grandes organisations telles que les syndicats, les partis et les églises qui ont essayé en vain de faire entendre leur voix ou de faire valoir leurs intérêts. Si on regarde d'autres pays, on constate que la situation est similaire dans presque toutes les démocraties parlementaires.

Dans les grandes organisations, il n'y a pas de place pour les minorités - c'est là que la majorité règne. La formation de nouveaux partis politiques à travers des clauses de 5% et des mesures similaires est une impasse, car elle ne conduit ni aux parlements ni aux parlements à l'inefficacité et à une existence obscure. Si les citoyens s'organisent, les dirigeants proposent un dialogue de rue à sens unique de haut en bas. Ce faisant, ils se comportent souvent de manière si présomptueuse que les comparaisons avec le droit divin de la monarchie absolue sont presque imposantes.

Theo Hengesbach a maintenant dans sa brochure "Désobéissance civile et démocratie - considérations fondées sur l'exemple du mouvement écologiste" pointé un moyen de faire respecter les intérêts, qui, contrairement aux pays anglo-saxons d'Allemagne, n'a pas de tradition et qui restreint le pouvoir et l'autorité des dirigeants peut renforcer l'auto-organisation et l'autonomie des citoyens et donc la démocratie. Ici, pour la première fois en Allemagne, cette forme de résistance est discutée un peu plus en détail. Il décrit ce qu'est la « désobéissance civile », comment elle fonctionne et comment elle peut être justifiée.

Le droit de résister en réaction aux expériences de l'Allemagne nazie a été inclus dans la constitution de la République fédérale d'Allemagne. De manière significative, la discussion sur le droit de résistance fait principalement référence à la nécessité et à la légitimité de la résistance aux dictatures. Hengesbach, d'autre part, traite en détail de la question de la « désobéissance civile » en démocratie et arrive à la conclusion que la « désobéissance civile » n'est pas seulement un correctif dans une démocratie, mais aussi un moyen démocratique de base pour imposer de nouvelles valeurs.

Ce qui est particulièrement impressionnant dans cette brochure, c'est la manière dont trois complexes sont liés entre eux pour qu'ils apparaissent clairs et compréhensibles. Les questions de la relation entre citoyen et État sont discutées et reliées aux discussions et actions précédentes de désobéissance civile de Thoreau à Gandhi à la résistance contre la guerre du Vietnam aux USA. Enfin, Hengesbach aborde les conflits sur l'énergie atomique en République fédérale, où la « désobéissance civile » a été discutée et réalisée pour la première fois en Allemagne dans un contexte un peu plus large.

Cette brochure est une contribution attendue depuis longtemps pour explorer l'importance de la désobéissance civile pour les citoyens et l'application de leurs droits et intérêts restreints et supprimés par l'industrie, le gouvernement et la bureaucratie.

Daniel Berrigan, qui a joué un rôle majeur dans la résistance contre la guerre du Vietnam aux USA, qui a sorti les dossiers des conscrits des "centres d'intronisation" (comparables à nos bureaux de remplacement militaire de district) et les a aspergés de napalm et de sang et les a brûlés, a récemment déclaré à propos d'une visite en République fédérale d'Allemagne que la folie des armes atomiques ne pouvait être combattue avec succès sans la désobéissance civile. La folie de l'énergie atomique, d'autre part, est inconcevable sans la folie des armes atomiques et la connexion - voir l'Inde, le Pakistan, l'Afrique du Sud - peut être ressentie à chaque tournant.

Theo Hengesbach : « Désobéissance civile et démocratie », 76 pages, 3 DM, librairie de vente par correspondance Weber-Zucht, Kassel.

Élevage de Wolfgang

 

***

Chers lecteurs!

haut de pageVers le haut de la page - reaktorpleite.de - circulaire THTR 146

C'est vraiment triste : j'ai dû écrire trois nécrologies cette année. La nécrologie de Wolfgang Zucht se trouve dans cette newsletter. Walter Mossmann, l'auteur-compositeur le plus célèbre du mouvement antinucléaire, est décédé. Mon article détaillé "L'oiseau de vie ne chante plus" est paru dans "Graswurzelrevolution" n°401 et peut être consulté ici :

http://www.machtvonunten.de/musik/268-der-lebensvogel-singt-nicht-mehr.html

 

Cette année également, Arno Klönne, le co-fondateur du mouvement de la marche de Pâques et un important défenseur du mouvement extra-parlementaire, est décédé. Mon article détaillé « A 'black' red » est paru dans « Grassroots Revolution » n°402 et peut être consulté ici :

http://www.machtvonunten.de/linke-bewegung/269-ein-schwarzer-roter.html

 

Quiconque souhaite en savoir plus sur la politique énergétique locale à Hamm et ses environs peut visiter la page d'accueil « Hamm gegen Atom. Énergies renouvelables pour Hamm « exactement raison :

http://www.ernergie-hamm.de/

 

Au cours de mois de travail minutieux et détaillé, Werner Neubauer a créé une carte du monde nucléaire sur notre site Web Reaktorpleite.de. De l'extraction et du traitement de l'uranium à la recherche nucléaire et à la construction et à l'exploitation d'installations nucléaires, au traitement des déchets nucléaires et des armes nucléaires. Dans le monde entier, tout en un coup d'œil avec Google Maps et de nombreux liens et informations :

http://www.reaktorpleite.de/karte-der-atomaren-welt.html

***


haut de pageFlèche vers le haut - Jusqu'en haut de la page

***

Appel aux dons

- Le THTR-Rundbrief est sponsorisé par le 'BI Environmental Protection Hamm e. V. ' émis et financés par des dons.

- Le THTR-Rundbrief est entre-temps devenu un support d'information très remarqué. Cependant, il y a des coûts permanents en raison de l'expansion du site Web et de l'impression de fiches d'information supplémentaires.

- Le THTR-Rundbrief recherche et rapporte en détail. Pour que nous puissions le faire, nous dépendons des dons. Nous sommes heureux de chaque don!

Les dons représentent:

BI protection de l'environnement Hamm
Objet : circulaire THTR
IBAN : DE31 4105 0095 0000 0394 79
BIC : WELADED1HAM

***


haut de pageFlèche vers le haut - Jusqu'en haut de la page

***

GTranslate

deafarbebgzh-CNhrdanlenettlfifreliwhihuidgaitjakolvltmsnofaplptruskslessvthtrukvi
nr4.jpg